Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 janvier 2016

Le gouvernement allemand, Angela Merkel, ont déclaré extatiques que l’Allemagne peut accueillir 1 ou 2 millions de réfugiés syriens et irakiens avec joie et les bras ouverts. Ils vivent bien à l’abri dans un monde virtuel, et mettent en danger leur population.

La raison de cette soudaine extase est que l’Allemagne est toujours intérieurement rongée par le génocide de la seconde guerre mondiale, et qu’elle espère, avec la crise des réfugiés, montrer que le peuple allemand a changé, qu’il s’est réparé, régénéré, amendé, et qu’il est devenu un peuple humainement exemplaire.

Le gouvernement, bien informé que des atrocités se produisent dans les camps de réfugiés mêmes, entre réfugiés eux-mêmes, que des viols, des agressions de chrétiens, des vols, de nombreuses bagarres se produisent, a délibérément couvert l’information afin que la société ne change pas d’avis et continue à chanter « nous aimons les réfugiés ! »

river

Mais au lendemain du jour de l’an, la société allemande s’est réveillée avec la gueule de bois en découvrant de quoi les barbares musulmans sont capables.

Des milliers de réfugiés, nord africains, moyen orientaux, d’hommes de type arabe – c’est ainsi qu’ils ont été décrits par les victimes et témoins – ont violé, violenté, agressé, volé, abusé, de jeunes femmes allemandes, voire même, dans la petite ville frontalière suisse de Weil am Rhein, quatre réfugiés syriens ont violé en bande deux adolescentes de 14 et 15 ans.

Une agression d’une ampleur européenne impossible à étouffer

La police de Cologne a tout fait pour suivre les ordres et étouffer que les razzias mahométanes qui avaient disparu sur le sol européen depuis le 19e siècle ont repris. Mais elle a échoué, et Wolfgang Albers, le chef de la police, vient de servir de bouc émissaire et a été suspendu.

Voilà où nous en sommes.

Comme tous les médias sont au travail pour minimiser la gravité de cette barbarie importée et dire que cela n’a rien à voir avec l’islam, comptez sur eux pour étouffer l’affaire en quelques jours.

Pour les musulmans, ce test est une victoire importante

Les réfugiés et migrants ont livré une bataille facile et ils sont vainqueurs : ils ont violenté, volé, et abusé des femmes chrétiennes sans combattre, comme si elles leurs étaient offertes par le pays occupé, comme dans les récits du coran. Personne n’a protégé ni défendu ces femmes, à commencer par la police. Presque aucun agresseur n’a été arrêté, et ceux qui ont été arrêtés seront ou relâchés ou très légèrement punis.

Les musulmans vainqueurs prépareront la prochaine razzia – car les musulmans ne s’arrêtent jamais dans leur conquête, et ce qu’ils ont fait, le soir du nouvel An, est peut-être dramatique pour les pays occupés, mais pour eux, ils ont strictement suivi l’exemple de leur prophète Mohamed.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

Qui a décidé cette nuit de terreur ?

Comme ces actes de barbarie se sont produits dans de nombreuses villes d’Europe, et que des personnes ont été arrêté avec des morceaux de papiers où étaient inscrits des traductions de l’arabe vers l’allemand pour dire : « j’aime ta poitrine », « je vais te tuer »…, tout laisse à croire que les razzias étaient coordonnées.

Ce qu’on ne sait pas – pas encore, c’est par qui, et dans quel but.

Les noms des Frères musulmans et de l’Etat islamique sont évoqués, mais aucune preuve ne vient le confirmer.

Wien_-_Westbahnhof,_Migranten_am_5_Sep_2015

Le clash de civilisation a commencé en taille réelle. L’opération était destinée à inciter les populations musulmanes à ne pas s’intégrer à l’Europe mais à se conduire en conquérant qui se sert – et tous les conquérants violent les femmes. Cette nuit du nouvel An était destinée à montrer que les mécréants sont faibles, passifs, pleurnichards. A leur montrer qu’ils sont forts, dominants. Destinée à soumettre l’Europe à l’islam, à marquer le terrain, à encourager et récompenser les guerriers, ces jeunes hommes en pleine force de l’âge qui représentent la quasi totalité (72% selon les chiffres de l’ONU) des migrants, et qui, ont préféré conquérir l’Europe que rester à défendre leurs pays.

Les enquêteurs et les services de sécurité doivent savoir car c’est leur fonction d’assurer la sécurité des personnes. Les gouvernements et les médias veulent le cacher.

Nous vous informerons, avec honnêteté et intégrité, car nous n’avons pas peur de le faire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz