Quantcast
Publié par Magali Marc le 10 janvier 2016

lesbos_3430415b

Le 5 janvier dernier, JP Grumberg disait son ras le bol de parler de l’Islam. Mais c’est obligatoire écrivait-il.

Obligatoire ? Pas du tout. Hillary Clinton, elle, a décidé de parler des extraterrestres et je suis d’accord avec elle. Parlons des extraterrestres !

Hillary Clinton a promis d’enquêter sur les ovnis si elle accédait à la Maison-Blanche: «Je ferai toute la lumière sur le sujet» aurait-elle dit en plaisantant à une journaliste du Conway Daily Sun lors d’une visite dans le New Hampshire.

Bon d’accord, j’aimerais mieux qu’elle fasse toute la lumière sur l’attaque de l’ambassade américaine à Benghazi en 2012 au cours de laquelle l’ambassadeur J. Christopher Stevens a été assassiné, compte tenu du fait qu’elle et Obama ont été très lents (14 jours) à admettre qu’il s’agissait d’une attaque terroriste plutôt que de protestations au sujet d’un quelconque vidéo sur Mahomet. Un rapport final du Comité chargé de faire la lumière sur cette affaire devrait être rendu public en 2016.

Vu que nous sommes nombreux à croire que des extra-terrestres nous ont peut-être déjà rendu visite, on devrait se pencher sur cette question, selon moi bien plus urgente.

D’autant plus que John Podesta, le directeur de campagne d’Hillary et ancien conseiller d’Obama, est incollable sur les OVNIS et se désespère encore d’avoir échoué à déclassifier les dossiers portant sur les observations d’OVNIS sous la présidence de ce cachottier d’Obama.

En cas de victoire, l’ex-First Lady a promis de faire du sujet une priorité de son Administration.

Pourquoi se soucier des réfugiés syriens potentiellement djihadistes quand nous vivons sous la menace constante d’être envahis par des petits hommes verts qui ont des pouvoirs spéciaux et cherchent à nous envahir depuis que le monde est monde ?

D’accord le film ET de Spielberg nous a montré qu’un extraterrestre pouvait être bienveillant mais avec les films Star Wars, Independance Day, Rencontre du Troisième Type et la série Star Trek, on voit bien que les soi-disants petits hommes verts pourraient n’être ni petits, ni verts et très méchants.

Avec la série V (Les Visiteurs) on a ont vu que ces extraterrestres peuvent être mal intentionnés envers la race humaine et avoir des peaux de reptiles. Beurk !

En 1993, Bill Clinton avait épluché les rapports gouvernementaux ayant trait à la fameuse base militaire de Roswell et la zone 51. Il n’avait rien trouvé suggérant la venue sur notre planète de petits hommes verts. Toutefois, il espérait que si un tel événement se produisait un jour, ça ne ressemblerait pas aux scènes d’apocalypse du film Independance Day.

Au Québec, l’Association Québécoise d’Ufologie signale périodiquement les apparitions d’OVNIS dans le ciel de Montréal et a même posté sur son site une carte de signalements récents d’OVNIS au Québec.

Donc tout ça, c’est très sérieux.

Ceux qui pensent que nous allons être envahis par des hordes de réfugiés dont un certain nombre seraient des djihadistes ou des violeurs se mettent le doigt dans l’œil.

En vérité, en décembre dernier le ministre fédéral de l’Immigration, John McCallum, a été obligé d’admettre que les réfugiés syriens ne veulent pas venir au Canada.

En effet, trois mois après la promesse de Justin Trudeau selon laquelle 25 000 réfugiés syriens viendraient au Canada avant le 1er janvier 2016, un rapport est sorti selon lequel l’ONU a envoyé pas moins de 41 000 textos à des candidats syriens pour les informer de la possibilité d’émigrer au Canada avant le 31 décembre.

Seuls 3 049 de ces derniers ont accepté de rencontrer des représentants des Nations unies pour une entrevue et, finalement, 1 801 d’entre eux ont exprimé leur volonté de sauter le pas — soit 4,4 % du total des personnes contactées !

Autrement dit, les réfugiés font la fine bouche. Ils ne veulent pas venir au Canada.

Si je n’étais pas si inquiète à propos de l’invasion imminente des extraterrestres, je serais super-insultée !

Le ministre McCallum a dû se livrer à une séance de patinage artistique particulièrement vertigineuse pour expliquer comment il se fait que les réfugiés ne veulent pas venir au Canada.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

En politicien ingénieux, il a trouvé l’explication: « Parfois [l’ONU] n’a pas le bon numéro et certains réfugiés n’ont pas de téléphone.» a t-il dit.

Cette hypothèse serait en partie accréditée par le fait que lorsque l’ONU a envoyé 41 000 textos, des appels directs visant à s’enquérir de l’intérêt des Syriens concernés ont permis de déterminer que seulement 28 000 numéros de téléphone étaient encore en service.

Ainsi, vu que les réfugiés syriens sont aux abonnés absents, ils arrivent au compte goutte au Canada et ne seront jamais 25 000 !

Cela n’empêchera pas Justin Trudeau et ses ministres d’affirmer qu’ils s’en tiennent à leur objectif initial mais on ne peut quand même pas mettre le fusil sur la tempe des réfugiés (ils ont déjà assez de problèmes comme ça) pour les obliger à choisir notre pays !

D’après Furio de Angelis, le représentant au Canada du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le gigantesque écart entre trois dizaines de milliers de personnes rejointes et les 3 049 qui ont répondu à l’appel ne signifie pas du tout que ces gens n’aiment pas le Canada ou que l’option canadienne n’est pas valable.

Apparemment, les réfugiés cherchent à mettre «leurs œufs dans le plus de paniers possible, dans le but, notamment, de démarrer une nouvelle vie avec leur famille élargie dans un seul et même endroit».

«En raison de leur culture et de leur société, a dit De Angelis, les familles sont très liées entre elles. Une famille peut être composée d’un père, d’une mère et d’enfants, mais ils ne prendront pas une décision aussi radicale sans consulter la famille élargie. Et cela peut prendre un certain temps et peut demander un peu plus de réflexion pour évaluer les différentes options.»

Dans cet esprit, a expliqué M. de Angelis, la décision des autorités canadiennes de reporter à février la date limite pour l’accueil des 25 000 réfugiés est à la fois un soulagement pour les différents paliers de gouvernement et une bonne nouvelle pour les réfugiés eux-mêmes, qui se sont ainsi vu donner un «délai plus réaliste» pour prendre une décision.

Ainsi, nous n’avons aucun raison de nous inquiéter d’une quelconque invasion des IVLIs (Individus Valorisant L’Islam).

Ce qui doit nous préoccuper c’est l’invasion imminente d’OVNIS remplis d’extraterrestres malveillants !

Que la Force soit avec vous !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz