Quantcast
Publié par François Sweydan le 24 janvier 2016

Screen Shot 2016-01-24 at 12.41.15

Suite à la lamentable intervention d’une jeune femme « française musulmane » (en vérité une extrémiste islamiste), nommée Wiam Berhouma dans l’émission politique de France 2 du jeudi 21 janvier 2016, Des Paroles et des actes, se positionnant en donneuse de leçon à monsieur Alain Finkielkraut, il est de bon ton de mettre quelques points sur les “i”, au moins pour rafraichir les mémoires défaillantes.

C’est bien grâce à la France que cette jeune femme musulmane a eu l’éducation et le droit de s’exprimer librement ; ce qu’elle n’aurait pas eue dans le pays de ses origines. Dans son arrogance on reconnait bien une catégorie de musulmans à l’esprit conquérant et sans complexe dont l’ignorance suffisante perd de vue certaines vérités ; à l’exclusion d’autres musulmans respectables, innocents de cette stratégie de la terre brulée, précisons-le.

Cette jeune femme fait partie de l’association ultra-communautariste du Parti des Indigènes de la République (le PIR, moins que 1% de l’opinion française). La porte-parole Houria Bouteldja avait qualifié avec mépris les « blancs » du néologisme ambigu de « souchiens ». Présidente homophobe du PIR, Houria Bouteldja, avait par ailleurs encensé les islamo-fascistes du Hamas et du Hezbollah. Autrement dit, Wiam Berhouma, militante du pro terrorisme (et pas du tout « apolitique »), s’est ridiculisée en tentant par plusieurs mensonges de se mesurer à un philosophe académicien et d’envergure qu’elle a traité sans rire de « pseudo-intellectuel ».

On se demande si le ridicule ne tue pas, en islamisme ? En islam, on préfère tuer l’autre pour sa critique légitime.

Ces islamistes – et apparentés gauchistes “masqués” – que France télévision invite très souvent sous couvert de « modérés », d’adeptes de l’ « islam libéral » (tel son tout nouveau faux prophète frériste, Tareq Oubrou, recteur de la grande mosquée de Bordeaux), de représentants de l’ « islam de France », voire abusivement d’ « apolitiques », sont en fait pour la plupart les exécutants des basses œuvres de l’UOIF, les Frères musulmans de France.

Il est utile de rappeler que leur objectif est de saturer les médias par leur présence assidue. Ainsi, comme les prières des rues, ils occupent la place publique avec fracas et constamment à parasiter les esprits à infléchir. C’est la stratégie du jihad « par le cœur et par la langue » (précédemment évoqué dans : Le jihad n’est pas l’islam ?), bien connue des fréristes en Orient, notamment en Égypte.

C’est ainsi que l’Égypte – qui a vu naitre et su bannir cette confrérie des Frères musulmans et son idéologie politico-religieuse hautement toxique – a fini par suspendre par la loi tous les médias (journaux, radios et télés) de cette organisation terroriste radicalisant les esprits à moyen terme par une propagande insidieuse et diffuse, semant la haine.

Plus la haine est insidieuse et sournoise, plus elle pend racine. C’est LA stratégie des Frères musulmans par excellence.

Car ce terrorisme n’est pas celui des armes et des massacres seulement (le « petit jihad »), il commence toujours et avant tout par la parole martelée afin de « formater » la pensée ; la propagande goebbelsienne, le « jihad défensif-offensif ». L’endoctrinement par petites doses. Plus le mensonge est gros, plus il passe.

Ce subterfuge pervers est dangereusement entretenu par nos médias de France avec une assiduité regrettable et une inconscience imbécile. Il questionne le citoyen.

Car, a force de marteler mille fois une contrevérité, elle finit par devenir la vérité.

Une fois de plus, nos chaines de la télévision publique font du zèle, afin de promouvoir en France un islam qui bat en brèche la laïcité et la neutralité de l’État ? On joue avec le feu, monsieur l’animateur, David Pujadas… Vous auriez pu inviter des Français musulmans plus sérieux et plus civilisés, respectueux du débat démocratique et courtois avec un monsieur tel que Alain Finkielkraut. Mais il semble bien que France 2 ait choisi pour ainsi dire le camp des « Indigènes » contre celui des « Souchiens ».

Pajadas a laissé une militante du PIR faire de la désinformation en direct. Quand on se prétend journaliste sérieux le minimum est de recadrer l’interlocuteur qui fait de la désinformation ; la confession la plus attaquée en France est le catholicisme. De plus, Wiam Berhouma ne représente pas l’opinion française du haut de son 0.5 ou 0.7% de l’opinion publique française, c’est-à-dire : RIEN.

Mais quel est l’objectif de cette mascarade anti-populaire ? Adopter la stratégie propagandiste des pays qui ont payé le prix (très) fort comme l’Égypte du temps de Sadate et de Moubarak ? La suite on la connaît : Sadate fut assassiné par ces islamistes fanatiques (issus des Frères musulmans), ceux-là mêmes qui avec lui avaient une très grande liberté de parole et d’action ; il l’a payé de sa vie. Moubarak par son silence complice et sa connivence a été responsable de l’installation pérenne des Frères musulmans et des salafistes. Ils l’ont démis pour instaurer la charia et la dictature religieuse, terroriser et assassiner des chrétiens (et largement occulté dans les médias de France), incendier les églises (près de 90 institutions et lieux de cultes, dont des églises historiques réduites en cendre). Ce qu’on commence à constater en France.

Depuis leur chute en juillet 2013, les Frères musulmans bannis sont désormais déclarés par la loi « organisation jihado-terroriste », les salafistes sévissent encore mais férocement critiqués et ridiculisés dans tous les médias égyptiens, comme on n’oserait le faire en France (et en Europe). Trop frileuse, la France, ou en décalage dramatique avec le réel du vrai et natif terrain égyptien des Frères musulmans ?

Une partie des Français se laissent endoctriner par le Maghreb en retard d’une révolution en marche et par l’anachronisme politique, culturel et religieux de ses enfants de France… mais c’est vers l’Orient qu’il faut tourner les regards !

Aujourd’hui, avec le président Égyptien Al-Sissi, l’Égypte revient de bien loin. La vallée du Nil fut sauvée in extremis d’une guerre civile qui aurait pu être encore plus effroyable que celle de Syrie ou de Libye (des dizaines de caches d’armes et de munitions saisis durant 2013 et 2014 dans toute la vallée du Nil), et recouvre progressivement le réel. Il existe même une pétition nationale afin de condamner l’institution d’Al-Azhar comme étant une « organisation terroriste » et aux fins de la poursuivre au TPI (Tribunal pénal international). Le pays cherche à neutraliser les salafistes à leur tour.

De plus en plus d’intellectuels, d’universitaires et de journalistes égyptiens osent en toute liberté attaquer de front Al-Azhar (qui a refusé et refuse obstinément de condamner « Daesh »). Ils critiquent sévèrement ses programmes scolaires et universitaires et se dressent contre l’islam politique. Des émissions télés hebdomadaires et débats critiques virulents sur l’islam-isme se multiplient et sont devenus cultes et de plus en plus suivis.

Tandis que nos télés – et radios – françaises de nous imposer le relativisme béat et ces Frères musulmans (UOIF) et apparentés (PIR, MAFED, et autres islamistes pyromanes du CCIF, Collectif contre l’islamophobie en France et CMF, Collectif des musulmans de France) qu’on invite très régulièrement sur les plateaux au risque d’une déchirure de la nation et d’une future et possible déflagration. Pourtant, la taqiyya (la dissimulation) sans vergogne de ces islamistes est mille fois dénoncée.

Cette jeune femme Wiam Berhouma, n’est qu’une exécutante de son maitre à penser (en rond) Tariq Ramadan, le néo-frériste dans le sentier jihadiste de son grand-père Hassan Al-Banna, fondateur de la confrérie égyptienne des Frères musulmans. Elle vient répéter de cœur la leçon éculée du racisme antimusulman, et nous répéter la rengaine pleurnicharde de l’islamophobie, ce pseudo-concept vide de sens qui cherche au prix du terrorisme de la pensée à se remplir de censure. D’où ce « taisez-vous, monsieur Finkielkraut ! »

Mais que fait-elle de l’antisémitisme et de la judéophobie qui prospèrent en France et importés du Maghreb ? Et du racisme anti-blanc et celui christianophobe eux aussi en très forte hausse et importés du Maghreb ? Quelles étaient les nationalités majoritaires des assassins jihado-terroristes qui ont commis les effroyables massacres de 2015 ? Revenons sur terre, Wiam Berhouma, car c’est l’hôpital qui se fout de la charité !

Les Français en ont assez de ce disque fêlé de l’islam victime d’un mal exogène lorsque celui-ci, séculaire, est foncièrement endogène à cette religion idéologisée et politisée.

De la rive sud de la Méditerranée, dans un pays comme l’Égypte, les langues se délient depuis quelques années déjà et plusieurs millions de musulmans ont déserté l’islam (phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur). Des musulmans (et ex musulmans) de plus en plus lucides commencent à dire sur l’islam et sur l’islamisme – qui procède de l’islam – certaines vérités qui fâchent. On dénonce ce déni pathologique du monde musulman, notamment celui des pays arabes.

Tandis que la France des médias, de la classe politique (droite comme gauche), voire de certains milieux intellectuels utopistes et d’islamo-gauchistes, va à contre-courant et cultive par le déni radical du réel encore et toujours la dissension islamique et l’islamo-communautarisme au nom du multiculturalisme bancal.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

On ne rend pas service aux musulmans infantilisés, ni à la France.

En France, nous en sommes encore à la victimisation d’un islam amnésique de son histoire truquée, schizophrène de certaines réalités et vérités douloureuses qui le rongent depuis des siècles et à soigneusement cultiver l’auto-flagellation masochiste dans un déni pathologique devenu ridicule.

Notre classe politique n’est plus crédible aux yeux du peuple de France.

En première conclusion, voici ce qu’a écrit un “maghrébin” en commentaire sous la vidéo en ligne :

« Pourquoi Finkielkraut, Zemmour et autres islamophobes sionistes ont peur ? Ils savent que 1 million de réfugiés = 1 millions de soldats Allemands dans 30 ans. Le 4ème Reich est en marche. »

En ultime conclusion, il est grand temps, pour nos officiels et nos médias démagogiques et cyniques de se défaire de cet amateurisme pyromane, en l’occurrence celui du « Parti des Indigènes de la République » (le PIR) et de leurs exécutants des basses œuvres, sbires de leurs commanditaires de l’UOIF dont la pensée binaire et dangereuse annonce en effet leur slogan inconsciemment (?) à double sens : « le pir(e) est à venir » !

À bon entendeur, salut !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © François Sweydan pour Dreuz.info.

Lien de référence :

Les Indigènes du Service Public (CSOJ, DPDA …),

www.ikhwan

ikhwan.whoswho

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz