Publié par Jean-Patrick Grumberg le 24 janvier 2016

Sur son panneau, cette mention ridicule « ne me touchez pas », comme si cela pouvait arrêter les hordes musulmanes

Le gouvernement de Rhénanie-du-Nord – Westphalie (NRW) a publié la liste intégrale des agressions et des 1045 victimes des razzias musulmanes, le soir du nouvel An en Allemagne.

La nature des crimes va de pickpocket à viol en bande, d’insultes à attouchements, d’agressions sexuelles à violences en public. Les villes couverts ne représentent pas l’ensemble de l’Allemagne mais seulement Cologne, Dusseldorf, Dortmund et Bielefeld.

Le ministre de l’intérieur de NRW, Ralf Jäger a indiqué que par rapport aux 1,049 victimes, la police n’a été capable d’identifier que 30 suspects. Ce n’est pas politiquement correct de dire ceci, mais l’efficacité allemande en prend un coup.

Le ministre a précisé que tous les suspects sont “nord africains”, 15 sont des réfugiés qui n’ont pas encore obtenu l’autorisation de résider en Europe— deux ont moins de 18 ans.

Et deux agresseurs ont été pour l’instant arrêtés et accusés. Il s’agit de deux Algériens, de 26 et 22 ans, sur qui ont été trouvé les téléphones volés à leurs victimes. Ils sont accusés de violences sexuelles, attouchements sur la poitrine et les fesses de plusieurs femmes.

Ralf Jäger, qui a publié la liste, et qui est largement impliqué dans le chaos du nouvel An parce qu’il a refusé à la police les renforts qu’elle demandait, est toujours en poste. Bel exemple de déni de démocratie typiquement européenne et de protection d’un élu corrompu pour ses fautes.

Par contre, le chef de la police qui a réclamé les renforts a été licencié de son poste.

Les analystes les moins liés par la langue de bois sont tous d’accord pour penser que ceci n’est qu’une entrée en matière. Le futur sera bien plus noir.

C’est hélas aussi mon opinion.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz