Publié par Rosaly le 11 février 2016

20120204_IRD001_0

L’homosexualité, passible de la peine de mort en terre d’islam, est, toutefois, permise dans la paradis d’Allah, le coran n’étant pas à une contradiction ou à une incohérence près.

Si les « martyrs », selon les critères islamiques, rejoignent les 72 vierges, à qui sont donc destinés les éphèbes à la jeunesse éternelle du paradis d’Allah ? Aux femmes « martyrs » ? Hélas, non pour ces idiotes, car le paradis d’Allah, divinité misogyne, n’est réservé qu’aux hommes. L’enfer, par contre, est surtout peuplé de femmes selon une vision du prophète.

( L’imam Al-Bukhari (1/583) a dit : […] Ibn ‘Abbas rapporte du Prophète -sal Allahou ‘alayhi wa salam- qu’il a dit : « Allah m’a montré l’enfer et j’ai vu que la majorité de ses habitants était des femmes, car elles renient » On demanda : « Car elles renient Allah ? » Il répondit : « [Non mais] parce qu’elles renient les bienfaits de leurs époux et les faveurs qu’ils leur font. Tu peux être bienfaisant envers une femme toute ta vie. Il suffit que tu la contraries une fois pour qu’elle dise « Tu n’as jamais été bienfaisant envers moi ».

Au paradis d’Allah, l’homme qui sera resté chaste sur la terre aura le droit de se livrer à la débauche et à la luxure auxquelles il aura résisté au long de sa vie terrestre.

. Sourate 76, l’Homme (El-Insan) – verset 19:  » Et là circuleront autour d’eux des enfants à l’éternelle jeunesse; quand tu les verras, tu penseras que ce sont des perles défilées.  »

. Sourate 56, l’Evènement (El-Waqi’ah) – verset 17:  » Autour d’eux des éphèbes toujours jeunes.  »

. Le cheikh Mohammed Gala keshk, éminent universitaire, diplômé de l’Université Al-Azhar a dit :  » les garçons au paradis sont destinés à la jouissance sexuelle des élus, ils sont  » les perles défilées « , tandis que les Houris sont  » les perles préservées « . Aussi sont-ils de même nature puisque serviteurs les uns et les autres des joies du sexe  » (9)

Ibn Kathir nous dit que  » les garçons sont toujours les mêmes. Préservés du vieillissement, ils ne changent jamais. Ils sont immortels et jeunes pour l’éternité.  »

Le cheikh égyptien Abu-Ishaq al-Huwayni déclara en mai 2011, que » nous sommes dans l’ère du jihad » et cela signifie que les musulmans sont autorisés à prendre les infidèles comme esclaves.

« Il s’agit d’une loi islamique : « Quand un enfant et/ ou une femme sont capturés, ils deviennent des esclaves, par le fait de leur capture et si la femme est mariée, son mariage est immédiatement annulé. » ((Umdat al-Salik O9.13)

Selon cet « éminent érudit islamique », le jihad se passe entre les musulmans et les infidèles. Au cours des siècles, les musulmans envahirent, conquièrent et prirent possession de nombreux pays. Les biens des infidèles devinrent la propriété des musulmans, les femmes et les enfants leurs esclaves sexuels, car telle est la loi islamique, en cas de guerre entre les musulmans et les mécréants. D’ailleurs, tous les savants de l’islam s’accordent sur le sujet, avait ajouté le cheikh.

Et cette loi islamique fut récemment à nouveau confirmée par Suad Saleh, une professeure d’études islamiques à l’université Al-Azhar du Caire, sur la chaîne égyptienne « Al-Hayat TV » en Egypte, qui lors d’une émission télévisée, expliqua que l’Islam permettait le viol des femmes non musulmanes en temps de guerre avec les «ennemis de l’Islam». (“Allah allows Muslims to rape non-Muslim women in order to humiliate them, claims Islamic professor,” Zee News)

«Les prisonnières de guerre sont votre propriété. Pour les humilier, il faut qu’elles deviennent la propriété d’un chef de guerre ou d’un musulman qui pourra profiter d’elles comme de ses femmes», expliqua tranquillement Suad Saleh.

Justifiant le viol, elle affirma, qu’il est autorisé et légitime en temps de guerre entre musulmans et leurs ennemis, notamment Israël. Comme toute bonne et pieuse musulmane, la « délicieuse » créature ne put s’empêcher de parler du pays, qui obsède nuit et jour le monde musulman et auquel il voue une haine féroce : Israël !

Selon elle, réduire en esclavage et violer des femmes israéliennes est acceptable et encouragé dans l’Islam.

A noter, que si le viol est malheureusement un phénomène, qui transcende les cultures, seul l’islam l’autorise par loi divine et l’encourage.

Heureusement, que l’islam est « une religion d’amour, de tolérance, de paix, toute en finesse, délicatesse et raffinement … » comme nous le prouvent ces quelques sourates, de véritables incantations d’amour envers les non musulmans:

Sourate 47.4.: « Quand vous êtes en guerre avec les impies, passez-les au fil de l’épée jusqu’à leur reddition. Enchaînez alors les prisonniers que vous pourrez ensuite libérer gracieusement ou contre rançon quand la guerre aura pris fin. Tel est l’ordre de Dieu qui, s’Il voulait, les réduirait Lui-même à l’impuissance, mais Il tient à vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués pour la Cause de Dieu, Il ne rendra jamais vaines leurs actions »

Sourate 8.12 : « Et ton Seigneur révéla aux Anges : “Je suis avec vous : affermissez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les coeurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts. »

Sourate 2. 191 : « Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d’où ils vous ont chassés : l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants. »

Comme l’islam mène un jihad permanent contre l’Occident infidèle depuis 14 siècles, le viol des femmes non musulmanes, dans le but de les humilier, ne connaît pas de répit. Mais cela ne suffit pas, le viol islamique et le meurtre de petits garçons chrétiens font également partie des si « belles et douces » traditions culturelles islamiques, si enrichissantes pour notre Occident encore trop blanc, encore trop empreint de valeurs judéo- chrétiennes et si décrépit.

Si vous ajoutez à cela l’idée saugrenue, bien ancrée dans la mentalité suprématiste musulmane, que les non-musulmans ont été créés pour le plaisir des musulmans, leurs seigneurs et maîtres, car membres de la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes, selon Allah (Al-Imrân 110) :

Vous comprendrez alors aisément cet « incident » survenu en Autriche, dans cette merveilleuse nouvelle société multiculturelle, dont on nous fait miroiter à longueur de journée tous les bienfaits et avantages pour un avenir des plus radieux sous l’étendard lumineux du croissant de lune.

« Nous sommes dans l’ère du jihad » et les « réfugiés » musulmans, qui déferlent sur l’Occident s’arrogent les droits, prescrits par la loi et la tradition islamiques.

Le 2 décembre 2015, « un pauvre réfugié irakien », fuyant la guerre et l’oppression, viola férocement un petit garçon de 10 ans, dans une piscine de Vienne. L’enfant dû être hospitalisé en urgence, suite aux graves blessures lui infligées par ce monstre.

Si les blessures physiques pourront sans doute être guéries, les séquelles psychologiques, elles, le poursuivront toute sa vie. Il fait désormais partie de cette liste d’ enfants européens, sacrifiés sur l’autel sacré du multiculturalisme, si cher à nos « élites », dont la magnifique humanité protège le manque d’humanité de ces « invités » barbares.

Mais, soyons ouverts, tolérants et généreux , nous répètent en chœur les artisans de ce désastre, soutenus par le Pape François en personne.

Ce migrant, entré en Autriche le 13 septembre 2015, par la route des Balkans, justifia son geste par « une urgence sexuelle » après plusieurs mois d’abstinence… Cet enfant, non musulman, n’était-il pas là pour le plaisir du musulman ? Il poussa donc l’enfant dans une cabine, lui ôta le maillot et le viola avec une violence inouïe. Les cris de l’enfant ne furent entendus par personne, selon le journal « Kronen Zeitung » !!! Après son crime, le violeur s’amusa à plonger et à nager dans la piscine, comme si rien n’était. Le petit, en larmes, alla trouver un maître nageur et lui raconta ce qu’il venait de subir. Le police appelée immédiatement arrêta l’Irakien. Ce dernier excusa son geste par « une urgence sexuelle ».

L’urgence sexuelle : un nouveau moyen de défense des migrants musulmans.

Les médias mentionnèrent le viol de l’enfant seulement trois mois après les faits, non pour protéger la victime, mais pour occulter ce nouveau crime, commis par un si angélique « refugié ».

La mère du petit regretta d’avoir demandé à ses enfants d’être accueillants avec les réfugiés.

« Je n’ai pas pu y croire lorsque j’ai entendu, qu’il prétextait avoir été victime d’une « urgence sexuelle’» a-t-elle confié à un média local. «Vous allez certainement dire que je suis raciste, mais le défendre ainsi est juste monstrueux», a-t-elle affirmé.

«Je sais que les blessures physiques guériront mais les blessures de son âme pourraient ne jamais se résorber. Je ne veux pas que l’homme qui l’a attaqué soit renvoyé tout de suite, je veux d’abord qu’il soit emprisonné car j’ai entendu ce que les autres détenus faisaient aux violeurs d’enfants en prison et je veux qu’il expérimente cela. Après, j’aimerai qu’il soit expulsé», a-t-elle déclaré. (MailOnline)

Au Pakistan, dont l’Europe accueille avec un enthousiasme bienveillant de nombreux ressortissants, des plus fanatisés, un groupe de musulmans ivres firent une virée dans un quartier chrétien, enlevèrent un garçon de 7 ans, et le violèrent selon le rite infâme de la tournante, avant de l’étrangler avec un corde. Des habitants du coin découvrirent le corps de l’enfant prêt d’un égout le lendemain.

La petite dépouille fut envoyée dans un institut médico-légal pour autopsie. L’examen révéla que l’enfant fut tué après avoir été sauvagement sodomisé à maintes reprises.

S’adressant au journal « The Express Tribune » un habitant déclara : « les suspects appartiennent à de riches familles de la région. Ils étaient ivres, quand ils enlevèrent l’enfant et le violèrent avant de l’étrangler.

Il est intéressant de noter l’attitude d’une certaine presse, aussi veule que la nôtre : tandis que le NY Daily News, l’Independent et autres medias mentionnèrent l’enlèvement de l’enfant, habitant dans’ un quartier chrétien, le rapport original, publié par un certain Kashif Zafar dans l’Int. New York Times « Express tribune », ne fit pas allusion à l’identité religieuse de l’enfant, ni à celle de ses violeurs-meurtriers. Il évita même de signaler que ce fait divers atroce s’était déroulé au Pakistan … et ne mentionna que la région « Bahawalnagar ». Or, très peu de gens savent où se trouve Bahawalnagar !

Le NYT’s Express Tribune ne voulait sans doute pas que ses lecteurs sachent que des musulmans « riches et ivres » s’adonnaient régulièrement à leur sport favori : l’enlèvement, le viol et le meurtre de jeunes chrétiens !

Une semaine après le viol et le meurtre de l’enfant par les membres abjectes de ce gang, appartenant à l’élite de la société pakistanaise, un autre groupe de musulmans, riches et ivres, accostèrent, à bord d’une voiture, trois jeunes chrétiennes, rentrant chez elle après le travail. Ces infectes cafards harcelèrent sexuellement les jeunes filles et leur dirent :

« Les filles chrétiennes ne sont là que pour le plaisir des hommes musulmans » !!!.

Idée, qui semble faire son chemin en Occident parmi les « migrants et réfugiés » musulmans.

Quand les jeunes chrétiennes repoussèrent leurs avances, ils foncèrent sur le petit groupe avec leur voiture, tuant l’une des jeunes filles et blessant grièvement les deux autres.

Mais ces sous-hommes musulmans, qui s’adonnent ouvertement et régulièrement au plaisir de la chasse … « à la jeune fille chrétienne », considérée comme une proie de choix, à torturer, à violer, à tuer, selon leurs bons plaisirs, privilégient également un autre passetemps, tout aussi abjecte : l’enlèvement, le viol et le meurtre de petits garçons chrétiens .

En 2012, Samuel Yaqoob, âgé de 11 ans, se rendit au marché de Faisalabad, afin d’ y acheter de la nourriture pour sa famille, mais il ne revint jamais à la maison. Son petit corps, atrocement mutilé, portant des marques horribles de torture, fut retrouvé près d’un égout dans le quartier chrétien. Son nez, ses lèvres et son petit estomac avaient été découpés. Sa famille put à peine le reconnaître, le petit corps de l’enfant supplicié ayant été brûlé. Le rapport de l’autopsie révéla 23 blessures profondes et de multiples traces de sodomie.

Selon Wilson Chowdhry, Président de la « British Pakistani Christian Association », une partie de la culture pakistanaise a une longue tradition homosexuelle de pédérastie/pédophilie/sodomie et les petits garçons chrétiens et/ou appartenant à d’autres minorités sont particulièrement exposés au viol, à cause de l’impuissance de leur communauté et leur statut de citoyens méprisés, car non musulmans.

Chowdhri mentionna également un autre cas, où un petit garçon chrétien fut enlevé, torturé et sodomisé par un officier de police, puis jeté près d’un égout.

Certains musulmans outrés pourraient arguer, du moins pour le viol homosexuel, que ce genre d’acte n’est pas islamique, et donc innocenter l’islam du comportement de ces musulmans, violeurs d’enfants.

Toutefois, ce genre d’argument ne tient pas compte du fait que la déshumanisation des non musulmans est islamique, dès lors, même des musulmans non pratiquants, ivres et pédérastes/pédophiles sont conditionnés à voir dans les chrétiens infidèles des êtres inférieurs, déshumanisés, sur lesquels, ils s’arrogent tous les droits. La police musulmane et les autorités locales détournent la tête, car ils sont gangrénés par les mêmes préjugés religieux et culturels envers les « infidèles » peu importe l’âge de la victime.

Parce que la culture islamique engendre du mépris pour tous les non musulmans, aucun infidèle n’est sacro-saint. En 2014, au Bangladesh, 60 musulmans envahirent un couvent au cours de la nuit et tentèrent de violer les religieuses, qui avaient dédié leurs vies à servir les musulmans pauvres du Bangladesh.

Pour revenir à l’Europe, tandis que le nombre de musulmans continue à grandir, la déshumanisation sexuelle des enfants européens, y compris les petits garçons, ne cesse de s’accroître.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

Rappelez-vous la monstrueuse épopée des gangs de violeurs pakistanais en Grande Bretagne, qui défraya la chronique ces dernières années: plusieurs milliers de jeunes filles, britanniques de souche, furent victimes des gangs de violeurs musulmans, majoritairement d’origine pakistanaise et du silence coupable des autorités britanniques. Rien qu’à Rochdale, de 1997 – 2013, plus de 1400 mineures furent violées par des gangs musulmans : la plupart des victimes étaient des enfants britanniques blancs.

Mais une chape de plomb médiatique et politique s’abattit pendant des années sur les agressions sexuelles racistes anti-blanches, à cause de l’origine ethnique des violeurs.

Il valait mieux laisser des adolescentes, voire parfois des enfants, être « victimes de viols collectifs, après avoir été enlevées, battues et intimidées » plutôt que de risquer d’apparaître comme raciste… Et la police, qui recevait les plaintes des familles, pratiquait également l’omerta.

Et à nouveau, nous voyons que la Règle islamique des Nombres opère : quand le nombre de musulmans grandit, les actes de violence et les abus sexuels de non musulmans par les musulmans s’accroissent.

“La Loi des Nombres de l’islam », une loi qui s’exprime elle-même avec une cohérence remarquable. Plus les musulmans augmentent en nombre, plus la violence – intrinsèque à l’islam – à l’encontre des infidèles, se multiplient.

Au fur et à mesure que les populations musulmanes continueront à s’accroître en Occident, les attaques contre les infidèles par décapitation, égorgement et autres horreurs suivront la courbe ascendante.

C’est la Loi islamique des Nombres !

Une fois les musulmans devenus majoritaires dans un pays, ironiquement, la violence contre les infidèles diminue, pour une seule et bonne raison : le nombre d’infidèles à persécuter s’est rétréci comme peau de chagrin et les rares survivants deviennent des dhimmis» et mènent une existence de citoyens de seconde, voire de troisième zone, toujours attentifs à rester à la place qui est la leur, celle des soumis, des inférieurs, des esclaves. Alors les musulmans s’entretuent alors entre eux, pour ne pas perdre la main.

Combien de temps encore les médias et politiciens de gauche refuseront-ils de voir la vérité en face et justifieront-ils ces actes odieux et criminels par de faux griefs, émanant d’une communauté qui, une fois majoritaire, selon le plan prévu pour l’Europe, s’empressera de les jeter au rebut et commencera ouvertement le jihad guerrier, avec son cortège d’horreurs, pour la conquête de nos pays ?

Dès le moment où nos dirigeants ont décidé de protéger une idéologie, qui appelle à l’anéantissement de notre civilisation et à la subjugation par la force de nos citoyens, ILS ont cédé à la terreur et nous ont trahis.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : Raymond Ibrahim, traduction et adaptation Rosaly pour Dreuz.info.

Source : « The Islamic Rape and Murder of Christian Boys” by Raymond Ibrahim

(9) Point de vue de l’islam sur les questions sexuelles  » par Mohammed Gala keshk, p. 214

(10) Géographie de la luxure  » ou  » Le sexe au paradis  » par Ibrahim Mahmoud, p. 384 – 386

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz