Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 février 2016

invader-merkel

La police allemande est radieuse : le 1er jour du Carnaval de Cologne, il n'y a eu "que" 22 agressions sexuelles et deux viols avouées contre 9 l'an dernier. Elle craignait des centaines.

La police s'attendait à plusieurs centaines de violences sexuelles, lors du Carnaval de Cologne, mais la ville a dépensé 300.000 euros pour protéger les Allemandes. Elle a créé des "zones sûres pour femmes", avec beaucoup d'éclairage et des patrouilles, doublé le nombre de policiers déployés, et environs 190 personnes ont déjà été arrêtées.

Des dépliants en arabe ont été distribués, expliquant comment se tenir.

309F337D00000578-3418820-image-a-29_1453886015084

"Les gens se déguisent pour faire la fête, chanter et danser tous ensemble. Pendant le carnaval, chacun doit respecter les autres et respecter la loi. Bützen - ce qui veut dire baiser sur la joue, et les approches sexuelles sont interdits ! Les femmes doivent toujours donner leur accord aux hommes. Non veut dire non !" peut-on lire sur les tracts.

L'origine ethnique des agresseurs, cette fois a été largement "oubliée" par la plupart des médias, mais pas tous.

Focus news service rapporte que “la police a arrêté un immigrant africain,” qui a violé une jeune femme de 24 ans en pleine rue de Gütersloh.

La jeune femme a été attaquée et violée en plein jour par un Africain, qu'elle a pu décrire avec précision dans les minutes qui ont suivi l'agression, précise Focus. Grâce à sa description, deux heures plus tard, ajoute Focus, un réfugié du Nigéria de 29 ans a été arrêté.

Bild a également révélé qu'un réfugié a violé une jeune femme de 22 ans, à Cologne, le premier jour du carnaval. La victime, qui travaille comme serveuse dans un restaurant, a été accostée par un "non blanc" [ainsi mentionné par Bild] vers 3 heures du matin alors qu'elle rentrait chez elle après le travail.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

“La jeune femme a été approchée par le violeur qui lui a montré des images porno sur son smartphone. Puis il l'a violemment frappé au visage et elle a perdu conscience,” a déclaré un porte parole de la police, Ralf Remmert, ajoutant que le migrant "non blanc" avait utilisé les images porno pour lui expliquer ce qu'il attendait d'elle.

Quand la victime a repris connaissance, elle a réalisé avoir été violée, et elle s'est rendue à la police. Grâce à sa description, les policiers ont pu identifier un Afghan dans un centre de réfugiés, qui a affirmé avoir 17 ans.

La BBC a expliqué que 22 violences sexuelles et viols ont été rapportés le premier jour du carnaval, mais que "la police a refusé de discuter [avec les journalistes] de l'origine ethnique des personnes arrêtées" et de la description faites d'eux par les victimes.

Les autorités craignent que les réfugiés musulmans transposent la tradition de “taharrush gamea,” qui veut dire “harcèlement collectif” et est pratiqué dans certains pays arabes lors de célébrations, où des groupes d'hommes repèrent des femmes, les encerclent comme une proie, se livrent à des attouchements voire à des viols, comme cela a été rapporté par les médias lors des manifestations de la place Tahrir au Caire.

Hélas, cette culture importée va devenir la nouvelle norme.

Le quotidien Rheinische Post affirme que le gouvernement allemand pense que “compte tenu du flot constant,” au minimum “deux millions de réfugiés supplémentaires sont en train de se diriger vers l'Allemagne” chiffre qui s'ajoute au 1.1 millions arrivés en 2015, et à ceux des années précédentes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

59
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz