Publié par Rosaly le 25 février 2016
Jeppe Juhl
Jeppe Juhl

Le journaliste danois Jeppe Juhl, explique en quelques minutes comment la folie humaniste des différents gouvernements socialistes suédois, soutenus par les médias, a conduit le pays au bord du gouffre.

Depuis de nombreuses années, la Suède a favorisé une politique d’immigration de masse des plus folles, favorisant l’éclosion de l’un des germes les plus virulents, qui tue démographiquement la race blanche européenne dans une extase suicidaire sans précédent : l’accueil illimité sur le sol suédois d’immigrés du monde musulman en faillite.

Sans surprise, la Suède est devenue à son tour un état en déconfiture, proche de la banqueroute, victime du suicide programmé par « humanisme » par ses propres dirigeants.

Et l’Allemagne sera la prochaine sur la liste …

Suède
L’ancien Premier Ministre s’adresse à son fils : “Alphonse, j’ai invité un petit groupe d’Arabes à vivre dans notre appartement. A l’avenir, tu devras dormir dans la cuisine et nous ne pourrons plus t’offrir de jouets, aller au cinéma, ni acheter de la nourriture pour le chat. Es-tu d’accord ?” Alphonse : « je pense que tu es un grand humaniste papa… »

Ci-après la traduction de la vidéo :

Bienvenue sur NewSpeek. Mon nom est Jeppe Juhl.

Le thème d’aujourd’hui, c’est la tragédie de la Suède.

La soi-disant superpuissance humaniste ressemblera, d’ici quelques années, à une république bananière, où le monopole de l’Etat contre la violence n’existera pratiquement plus et où une situation de quasi guerre civile sera à l’ordre du jour, entre les groupes de migrants et radicaux de gauche d’un côté et un mouvement d’extrême-droite violent de l’autre.

Aujourd’hui, la Suède est un pays à la dérive et il continuera dans les années à venir à s’enfoncer de plus en plus dans un bourbier de désobéissance civile et d’auto-défense.

C’est ce qui arrive, quand le monopole de l’Etat contre la violence recule ou quand toute critique de la politique du gouvernement est réduite au silence et taxée, comme une chose aussi ignoble que le nazisme.

Il y a peu, la police suédoise a publiquement admis qu’elle doit partout faire face à un effondrement du système. Oui, il y a actuellement, selon la police, 53 zones de non droit, où elle reconnait avoir perdu le contrôle, où elle ne peut plus pénétrer qu’en groupes, revêtus de gilets pare-balles, et ce, dans leur propre pays !

La situation est identique pour les ambulanciers et les pompiers.

Autrefois un petit paradis, la Suède a été détruite en l’espace d’une génération, non seulement par ses propres politiciens, mais également par une presse totalement incompétente et lâche.

Cette dernière, soutenue par les médias audio-visuels, a, par sa pratique ridicule et humiliante du « politiquement correct » trahi son rôle, en étant la porte-parole aveugle des gens au pouvoir, au lieu de pointer la folie évidente de cette expérimentation utopique, prônée par la caste dirigeante, totalement déconnectée de la réalité.

Mais la presse commence à se réveiller tout doucement et le génie est sorti de sa bouteille. Hélas, il est trop tard, beaucoup trop tard. Le mal est fait et il est pratiquement irréparable.

Et je dis bien : irréparable ! Réfléchissez un peu : toute tentative de réparation de ce désastre impliquerait des larmes et du sang, car je doute qu’elle puisse se faire dans des conditions démocratiques.

Le futur de la Suède se jouera-t-il dans un coup d’état, ce qui n’est pas inconcevable, ou son effondrement se poursuivra-t-il jusqu’à sa chute finale ?

La Suède de cette photo ressemble-t-elle au paradis qu'elle était ? Oui disent les immigrationnistes, elle est même beaucoup mieux !
La Suède de cette photo ressemble-t-elle au paradis qu’elle était ? Oui disent les immigrationnistes, elle est même beaucoup mieux !

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

Les journalistes, au-delà de l’eau, partagent une grande partie du blâme.

Honte à vous !

Regardez ce clip de décembre dernier, montrant leur vice-premier ministre, Asa Romson, du parti des Verts, éclater en larmes, quand elle dût annoncer, oh insupportable horreur, que les frontières devaient être fermées :

« … au sujet de la réalité … mais ces dernière semaines j’ai été tout a fait convaincue que la meilleure façon d’aider mon conseil municipal environnemental est de finalement faire quelque chose … sanglots … »

Quelle sacrée connerie ! C’est pathétique d’observer cela !

La façon, dont un pays traite sa minorité juive, a toujours été un test décisif, quant à l’état du pays.

L’accroissement de l’immigration musulmane en Suède s’est accompagnée d’une explosion de l’antisémitisme.

De même, les crimes de haine envers les homosexuels et l’oppression des femmes n’ont cessés de croître.

Et hier, on a révélé la raison pour laquelle l’acteur danois Kim Bodnia avait soudainement quitté le tournage de la série dramatique « The Bridge »

Kim Bodnia : « … à Malmö, où nous avons tourné The Bridge, il n’est pas très rassurant, ni confortable d’être un juif. »

Le choix de Bodnia est compréhensible. Et nombreux sont les Juifs de Malmö à avoir plié bagage et quitté la ville pour d’autres cieux : Stockholm, Göteborg ou Israël.

Que la Suède échange sa population juive, superbement assimilée, contre des hommes illettrés et violents d’Afrique du nord et du Moyen-Orient est évidemment une désastre incompréhensible et ce à plusieurs niveaux.

J’ai passé 15 ans à travailler étroitement avec de grands Suédois, j’ai vécu et travaillé à Stockholm. Quand je leur fis remarquer leur politique insensée, ils secouèrent la tête en signe de désespoir, non envers leur politique … mais à mon égard !

Ils étaient plus concentrés sur leurs « vieux fascistes » à savoir quelques skinheads débiles, que sur les nouveaux qu’ils venaient tout juste d’importer.

Si la Suède, notre nation sœur, a jeté son propre pays aux orties, nous, au Danemark, devons sérieusement en tirer la leçon, même celui qui prétend que nous ne finirons pas comme eux.

Oui, leur politique migratoire a été de loin plus insensée que la nôtre. Et oui, grâce à des hommes raisonnables et honorables, comme Soeren Krarup, nous avons commencé le débat 20 ans avant les Suédois, qui aujourd’hui se voient contraints de le faire.

Mais .. mais … mais … à un certain moment, dans un avenir plus ou moins proche, nous pourrions aussi avoir le même pourcentage de groupes non intégrables, comme aujourd’hui en Suède, si nous n’agissons pas fermement.

Et il est maintenant temps d’agir !

L’expérience nous a montré que l’intégration n’est ni l’objectif, ni le but, ni la manière de procéder, si nous voulons éviter le désastre suédois.

Le Danemark doit immédiatement fermer ses frontières, arrêter toute immigration musulmane et laisser tomber tous les « yakety yak » ou bla-bla-bla sur le multiculturalisme.

Avez-vous écouté les trois membres du gouvernement, messieurs Lokke, Pind et Stojberg présenter la nouvelle politique migratoire du Danemark, sérieusement durcie ?

Il n’est pas question de multiculturalisme, mais d’assimilation. L’objectif doit être l’assimilation. A Rome, fais comme les romains !

Que Dieu préserve le Danemark ! Malheureusement, je ne pense pas, qu’il aura le temps de sauver la Suède !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © tradution et adaptation Rosaly pour Dreuz.info. Texte de Jeppe Juhl.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous