Publié par Nancy Verdier le 12 février 2016

Syrian-civilians

Le nombre de morts de la guerre en Syrie est de 470,000, selon le Centre syrien de Recherches Politiques (SCPR), soit pratiquement le double de l’estimation des Nations Unies, qui ont cessé la collecte de ces macabres statistiques il y a 18 mois.

Le rapport intitulé “Face à la Fragmentation”, est le dernier d’une série de rapports du SCPR, qui ont pour titres “La Catastrophe syrienne,” “La Guerre en marche,” “Le Gaspillage de l’humanité,” et “Aliénation et Violence.”

Avec 1.9 million de blessés, le nouveau rapport estime que 11.5% des Syriens ont été tués ou blessés depuis le début de la guerre civile en mars 2011. Le taux de mortalité de la Syrie a augmenté et est passé de 4,4 pour mille en 2010 à 10,9 pour mille en 2015, et l’espérance de vie est tombée de 70 ans en 2010 à 55,4 en 2015.

La santé, l’éducation, le niveau de revenus ont été gravement détériorés. La pauvreté a augmenté de 85% en 2015 par rapport à 2014. En tout, les pertes économiques sont estimées à $255 milliards.

La population de la Syrie était d’environ 21 millions quand les mouvements de protestation antigouvernementaux contre le Président Bashar Assad ont commencé en 2011 (rappelez-vous, le “Printemps arabe?”).

L’espoir d’un renouveau a été muselé brutalement – une spécialité de la famille Assad, – mais cette fois la résistance ne s’est pas calmée, et s’ensuivit une guerre civile attirant des forces opposées de la région et du monde entier dans un conflit généralisé.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

La population syrienne s’est réduite de 21%, nourrissant d’énormes vagues de réfugiés inondant l’Europe. Le rapport indique que 45% des syriens ont été déplacés, 6,36 millions à l’intérieur de la région et plus de 4 millions à l’étranger.

Rabie Nasser, l’auteur du rapport a dit au Guardian: “Nous utilisons des méthodes de recherche très rigoureuses et nous sommes certains de ces chiffres.” Il a aussi averti que “des morts indirectes seront plus nombreuses à l’avenir, bien que la plupart des ONG et les Nations Unies, les négligent. Nous pensons que la documentation des Nations Unies et les évaluations informelles ont sous estimé les victimes à cause du manque d’accès à l’information pendant la crise.”

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Nancy Verdier pour Dreuz.info.

Image à la Une : civils syriens – Photo Credit: SCPR

Source : JNi.Media

 

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

5
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz