Publié par Rosaly le 14 mars 2016

enrichissement

Aujourd’hui en Europe, être patriote, aimer son pays, son histoire, sa culture, vouloir les défendre, s’opposer à l’invasion musulmane font de vous un populiste, un raciste, un nazi, et obligatoirement un membre d’extrême-droite.

Par contre, si un Arabo-musulman et/ou un Africain revendiquent fièrement leur identité, leur religion, leur culture, l’histoire de leur pays, aucun de ces beaux esprits, si prompts à taxer l’Européen de souche de raciste, ne s’en offusque, bien au contraire, il se pâme d’admiration.

Le racisme anti-blanc, de plus en plus virulent de la part de ces « anges » venus d’ailleurs, ne perturbe en rien le sommeil des défenseurs du « multiculturalisme », censé apporter à l’Europe un avenir radieux.

Les Européens de souche sont priés de ravaler le moindre sentiment de fierté ; par contre, les nouveaux « européens » sont invités à défendre leur culture musulmane, à revendiquer la visibilité de leur identité. Ils sont exonérés du devoir de se fondre dans la masse. Au nom de la tolérance, ils sont autorisés à exprimer leur haine du non musulman, leur mépris de nos pays, de nos peuples, leur non respect de nos traditions , de notre culture, de notre religion.

Ouverts, souriants, généreux envers l’autre, paré de toutes les vertus, nos responsables politiques, la mine sévère et la moue grimaçante à notre égard, poursuivent inlassablement leur travail de sape de la forteresse Europe.

Ils instillent dans le cœur des Européens un sentiment de culpabilité, de haine de soi, de détestation de ce que nous fûmes, de ce que nous sommes, et encouragent les peuples occidentaux à l’auto-flagellation.

Ces discours font partie de la stratégie de harcèlement psychologique visant à réduire nos peuples à l’état de larves, prêts à accepter, sans résister, car amplement méritée, leur immolation, leur disparition par la substitution de populations venues d’ailleurs.

Ceux qui prennent le parti de défendre le « multiculturalisme » à tout prix sont des gens animés par la détestation de leur propre pays, de leurs propres compatriotes.

Ils oeuvrent à la restriction de la liberté d’expression, et rêvent d’établir une dictature afin de tuer dans l’œuf toute contestation du projet Eurabia, programmant la dilution des peuples européens dans un magma multiculturel majoritairement musulman . Ce sont eux les racistes, les nazis, les fascistes. Ils favorisent l’expansion d’une doctrine qui n’a rien à envier au communisme et au nazisme dont ils sont les héritiers.

Aujourd’hui ont lieu en Allemagne – pays dirigé par une chancelière à l’humanisme de plus en plus délirant – des élections régionales dans trois Länder : le Bad-Wurtemberg, la Rhénanie-Palatinat, la Saxe-Anhalt, dans l’ex-Allemagne de l’Est sur fond de crise migratoire.

vor den wahl
Avant l’élection : Il n’est pas acceptable, que les demandeurs d’asile ne choisissent que l’Allemagne ! Fini les vagues d’immigration ! Après les élections : Les militaires allemands doivent aller partout dans le monder, chercher les personnes souhaitant migrer, et les amener en Allemagne. Nous allons réussir ! Wir schaffen das! Yes, we can!

Le parti « Alternative für Deutschland » dépeint par tous les médias occidentaux comme un parti populiste , d’extrême-droite, car patriote, créé il y a seulement trois ans, a remporté un franc succès :

  • Sachsen-Anhalt : 24.2%
  • Bad-Wurtemberg : 15.1 %
  • Rhénanie-Palatinat :  12.6 %

L’afflux de réfugiés dans le pays a largement monopolisé la campagne électorale.

Alors que le débat fait rage en Allemagne sur l’accueil des réfugiés, ce parti anti-immigration n’a pas été convié aux débats télévisés organisés par plusieurs chaînes de télévision régionales.

Dans l’Allemagne démocratique d’aujourd’hui, le chantage est de mise et la liberté de parole ou d’opinion limitée aux serviteurs du pouvoir en place.

Plusieurs candidats de grands partis, dont la CDU, le parti de Mutti, ont menacé de boycotter tout débat auquel serait invité un membre de l’AFD, le parti patriotique qualifié de populiste par les défenseurs de la politique de remplacement du peuple allemand actuellement poursuivie par la Chancelière, sous prétexe d’humanisme.

Des colleurs d’affiches d’AFD furent tabassés, dont certains grièvement, par les antifas, des locaux de l’AFD furent saccagés et des meetings perturbés par la milice fasciste du gouvernement au pouvoir.

Ci-après, une interview de Björn Höcke du parti anti-euro, anti-immigration, qui a apporté son soutien à Pegida, mouvement qui s’inquiète de l’avancée de l’islam et voit en sa progression une menace létale pour l’Allemagne et l’Europe.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et choisissez le montant de votre don.

Björn Höcke, porte-parole d’AFD (Alternative für Deutschland) parti qualifié d’extrême-droite populiste et porte-parole d’AFD de Thuringe, interviewé par Dale Hurd, de CBN News.

La gauche et les médias l’ont étiqueté de « raciste » et de « nazi » pour sa prise de position anti-migratoire et son patriotisme.

Dale Hurd : “Pourquoi avez-vous manifesté une telle virulence verbale à l’encontre des réfugiés ?”

Björn Höcke: “Je pense qu’en Allemagne, nous avons besoin d’apprendre à appeler un chat un chat. Hélas, depuis trop longtemps, nous avons établi un système de rectitude politique. Nous nous interdisons de penser et de nous exprimer et cette tradition est suivie par les leaders de nos partis et par nos responsables politiques. Et cela rend impossible de voir la réalité en face et de trouver les solutions intelligentes aux problèmes. ˮ [NDLR: il est impressionnant de remarquer que Donald Trump, aux Etats Unis, dénonce exactement les mêmes tares sociales, qu’il rallie à lui des millions d’Américains, tandis qu’en Allemagne, AFD peine à dépasser les 18%]

Dale Hurd: “Selon vous, à quoi pensait le gouvernement allemand, quelle était son intention en invitant autant de migrants ? ˮ

Björn Höcke: “Je ne sais pas à quoi le gouvernement pense. Je ne sais pas à quoi Merkel pense. Je sais seulement qu’Angela Merkel mène son pays vers le désastre et avec lui, l’Europe. C’est pourquoi je propose que cette politique catastrophique d’asile soit stoppée, que les frontières soient sécurisées et que nous ayons des politiciens dotés de raison et de bon sens. Vous voyez, nous ne demandons rien d’autre.ˮ

Dale Hurd: “Vous avez qualifié la période nazie d’années sombres, je présume donc que vous n’éprouvez aucune affection pour ces 12 années noires de l’histoire de votre pays ? ˮ

Björn Höcke: “Non, je n’ai aucune sympathie pour la dictature nazie. Ce fut une horrible dictature, que nous ne souhaitons pas revivre à nouveau. Je suis du côté de la liberté, mais j’ai l’impression que notre pays se transforme en une nation sans liberté.ˮ

Dale Hurd: “Vous êtes qualifié de nazi, mais j’aimerais que vous nous décriviez votre philosophie politique.”

Björn Höcke : « Nous vivons à une époque où les partis dirigeants, notamment les partis de gauche, utilisent leurs propres termes et définitions. Aujourd’hui en Allemagne, tout le monde est nazi, tout le monde est raciste. Le patriote qui aspire à un avenir pour son pays, est un raciste, un nazi.

Je suis conservateur, mais aussi libéral. Je suis pour l’économie libérale, mais conservateur, quant à la politique familiale. Mais, avant tout, je suis un patriote. J’aime mon pays. Est-ce un délit ?ˮ

Dale Hurd: “Quelle est votre opinion sur l’UE ? ˮ

Björn Höcke: “Avec mon parti, AFD, je pense, qu’en l’état actuel l’UE ne devrait plus être autorisée à poursuivre sa politique désastreuse. Nous avons besoin de plus de démocratie et de moins de centralisme. Nous avons besoin d’une « Europe de patries » cette Europe décrite par Charles de Gaulle il y a de cela plusieurs années.ˮ

Dale Hurd: “N’êtes-vous pas un fan de l’influence américaine dans le monde ? L’influence américaine dans le monde, est-elle négative ? ˮ

Björn Höcke: “ Selon moi, la politique étrangère américaine est positionnée de façon erronée. Je pense que les politiciens américains veulent façonner le monde à leur manière, exporter leurs idées de la démocratie et leur vision des droits humains. Je ne crois pas que cela puisse fonctionner. Chaque nation doit trouver son propre chemin et aucune autre nation n’a le droit de lui dicter la conduite à suivre. ˮ

Dale Hurd: ” La grande majorité des migrants arrivant en Allemagne sont des musulmans. Cela constitue-t-il selon vous, le gros problème ? ˮ

Björn Höcke: “Oui, c’est le gros problème. Nous sommes une nation avec une empreinte chrétienne. Même si nous avons beaucoup d’athées en Allemagne et en Europe, nos valeurs sont fondées sur le christianisme. L’islam est une religion qui n’a jamais été réformée. Elle est restée figée au VIIe siècle. Et moi, vivant en Europe, je ne veux pas me soumettre à ces valeurs rétrogrades. J’ai la solide conviction que nous ne pouvons accepter d’accueillir des millions de musulmans et les intégrer en Allemagne et en Europe. Cela relève du domaine de l’impossible.ˮ

Dale Hurd: “Est-ce difficile pour vous de supporter toutes les attaques dont vous faites l’objet. Cela vous renforce-t-il ou vous épuise-t-il ?ˮ

« C’est mon devoir d’alerter mon peuple, même si je dois prendre des coups »

Björn Höcke: “ Je suis toujours un néophyte en politique, mais j’ai beaucoup appris ces derniers mois. En politique, vous devez très rapidement apprendre à revêtir une épaisse cuirasse pour en sortir indemne. Les attaques des médias, ces dernières semaines, ont été particulièrement violentes. Et j’ai aussi été très affecté par leurs insultes à mon égard. Les médias allemands se complaisent à déformer mon image, à la salir. Mais, je pense sincèrement que je dois poursuivre mon action. Je dois continuer à faire mes discours, comme je l’entends, à choisir mes mots, comme je le fais, car nous n’avons plus beaucoup de temps pour réveiller les Allemands. C’est mon devoir d’alerter mon peuple, même si je dois prendre des coups.ˮ

Dale Hurd: « En Amérique, le patriotisme est une vertu. Pourquoi, en Allemagne, le patriotisme est-il aussi mal vu par la culture dominante ? ˮ

Björn Höcke: « Je me pose aussi souvent la question. Nous les Allemands avons une grande histoire. Nous pouvons être fiers de notre passé. Evidemment, nous avons aussi nos côtés sombres, il n’y a aucun doute à ce sujet. Et personne n’aime se rappeler ces horribles périodes. Mais, nous devons aussi apprendre à nous respecter nous-mêmes, à nous aimer et seulement alors nous pourrons faire de la politique correctement.

Les Allemands sont obsédés par le côté sombre de leur histoire. Nous avons développé un culte de la culpabilité qui nous empêche d’avoir un patriotisme national, mais une état, une nation, a besoin de patriotisme pour se défendre, autrement cet état, cette nation, n’a plus d’avenir.ˮ

Dale Hurd : ˮ Merci ! ˮ

Merkel

Pendant ce temps, Sœur Angela, opposée à la fermeture de la route des Balkans, poursuit sa mission salvatrice, et égratigne déjà le projet de renvoi des migrants vers la Turquie.

Frontex : Ordre aux bateaux allemands de ne pas renvoyer les migrants en Turquie

Les 2 bateaux allemands qui patrouillent dans la mer Egée pour Frontex ont reçu des instructions du gouvernement allemand de ne pas renvoyer en Turquie les migrants interceptés en mer. Le renvoi de réfugiés de Grèce, ou se trouvant dans les eaux territoriales grecques, vers la Turquie serait illégal, car ils n’auraient pas droit à une procédure de demande d’asile conforme aux règles. Des réserves d’ordre juridique exprimées au sein du gouvernement fédéral motivent ces instructions.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

(Spiegel on line : Frontex-Einsatz: Bundespolizei soll Flüchtlinge nicht in die Türkei bringen)

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

6
0
Merci de nous apporter votre commentairex