Publié par Jean Vercors le 11 avril 2016

bouzar_531_354

Dounia Bouzar soutient officiellement les Frères musulmans, et comme plus un mensonge est gros plus il passe, elle les dit modernes, féministes et libertaires ! Et pourquoi pas défenseurs de la liberté religieuse et sexuelle tant qu’elle y est…

 

Sans vergogne, elle les présente comme une composante à part entière de la société française qui a su évoluer et œuvrer. Pour elle, ils sont porteurs de messages de paix qui rassemblent et apportent beaucoup à la jeunesse musulmane de France.

Elle a tenu ces propos sans ambiguïté sur la chaine publique France 5  dans l’émission « C à vous ».

Dounia Bouzar, l’icône médiatique de l’escroquerie intellectuelle de la déradicalisation à la française, avec son association CPDSI (Centre de prévention des dérives sectaires liées à l’islam), a réussi a s’imposer sur les plateaux de télévision et auprès des pouvoirs publics, même après avoir renoncé à son mandat lorsque le projet de perte de nationalité a pointé le bout de son nez.

Les médias disent que Dounia Bouzar est anthropologue de formation et qu’elle s’intéresse à la montée de l’islam radical en France. Elle collaborait avec le ministère de l’Intérieur pour la « déradicalistion » des jeunes adolescents embrigadés par des prédicateurs musulmans.  Elle côtoie les jeunes candidats au jihad au sein du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI) qu’elle a fondé en 2014.

Cette femme proche des Frères musulmans est l’islamiste typique : celle qui applique la Taqiyya (pratique  du mensonge, de la tromperie et du double jeu imposé par l’islam pour imposer la sharia), pour se glisser au sommet de l’Etat, et devenir la courtisane des médias.

En février 2016, elle protestait contre la proposition de déchéance de nationalité, fustigeant une mesure “déconnectée de la réalité” et qui encourage un “amalgame renforçant les radicaux ». Maligne, la Dounia.

Quand les frères ennemis s’affrontent sur le sol français

Déradicaliser ne plaît pas à tout le monde. En tous cas pas aux amis saoudiens de la sénatrice Nathalie Goulet, qui a demandé au ministère de l’Intérieur de lui fournir un bilan circonstancié des résultats du CPDSI. « Cette structure n’a pas de bureau et un très faible effectif, explique-t-elle, je souhaite juste comprendre comment on « déradicalise » dans de telles conditions ».

Dounia Bouzar s’attache à démontrer qu’au travers du voile, certaines jeunes musulmanes s’efforcent d’exprimer un désir conjoint d’intégration sociale sans renoncement à une islamité revendiquée. Quelle arnaque intellectuelle !

Elle s’efforce de faire converger valeurs républicaines et valeurs islamiques, une épreuve possible seulement à coups de mensonges et de propagande. Elle sélectionne dans les sources de l’islam les passages et les interprétations qui promeuvent les intérêts de la femme pour faire oublier qu’aucun des pays musulmans du monde (où la Sharia est appliquée) ne reconnaissent l’égalité homme femme. Oh que c’est beau de mentir ! On met un peu d’harissa dans la semoule et Yalla on est servi 🙂

Ceux qui gouvernent la France sont des ignares, des analphabètes en matière d’islam. Alain Juppé avait été pris en flagrant délit par Michel Onfray en train de parler de ce qu’il ignore concernant l’islam. Il soutenait que l’islam est une religion de paix de tolérance et d’amour, Onfray lui a demandé ce qu’il en savait, et s’il avait seulement lu le coran. Un Juppé morveux fut contraint de dire que non. Ce qui n’empêche pas des millions de Français de compter sur lui pour redresser la France – mouarf !

Personne en France n’aura le courage de dénoncer son double langage. Sauf quelques musulmans courageux.

Ainsi le journaliste Mohamed ­Sifaoui, spécialiste du terrorisme islamiste, qui l’attaque sur le fond :

« Dounia Bouzar raisonne en musulmane et refuse d’admettre que nous sommes dans le traitement d’une maladie de l’islam et non d’une dérive sectaire ».

Dounia Bouzar a siégé au Conseil français du culte musulman de 2003 à 2005. En septembre 2013, elle a été nommée à l’Observatoire de la laïcité, une laïcité qu’elle s’exerce à abattre par tous les moyens légaux.

Se dire engagée contre le jihad en soutenant les Frères musulmans qui ont créé et finance le Hamas, organisation jihadiste, il faut vraiment être politicien et journaliste français pour être nigaud à ce point.

Comme le mufti nazi de Jérusalem, comme le terroriste Arafat, Nadia Bouzar cherche à banaliser les Frères Musulmans, reconnus comme organisation terroriste par de plus en plus de pays dans le monde.

Si des Francais avalent ses couleuvres, c’est qu’ils leur trouvent bon goût. Non ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean Vercors pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

18
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz