Publié par Mireille Vallette le 18 avril 2016

049f3143-2bf6-4f56-81d7-f66313170e66

Depuis une année, celui que médias et mosquées affectionnent tant, en Suisse en particulier, siège dans la vitrine mondiale de l’obscurantisme islamique.

Le plus habile des Frères musulmans a en effet été propulsé au patrimoine mondial de l’islamité au printemps 2015. Mais Tariq Ramadan est entré si discrètement dans cette Union mondiale des savants musulmans (UMSM) que la nouvelle, annoncée dans sa bio par l’heureux élu, a échappé près d’une année aux vigiles du radicalisme. L’Union ne le mentionne d’ailleurs pas encore parmi ses membres.

Cet organisme (en anglais International Union for Muslim Scholars basé au Qatar, représente la plus haute instance des Frères musulmans en matière de charia et de jurisprudence (fiqh). Par exemple, lorsque telle innovation conduit les croyants à se demander : est-ce que ceci est permis, interdit ou toléré, le Conseil éclaire l’humanité anxieuse. Il prend par ailleurs des positions sur l’actualité.

Le groupe d’exégètes comprend des têtes connues et chenues, à commencer par celui qui l’a créé en 2004, Youssef Al-Qaradawi.

Il le préside.

Guide spirituel des Frères Musulmans et du sunnisme en général, il milite pour le triomphe de l’islam sur la planète. C’est un scaphandrier émérite du Coran, des Hadiths et des exégèses dans lesquels il plonge dès qu’une question se pose à l’islam. Ses fatwas sont très appréciées.

Tariq le bien-aimé des bienpensants est un vieux compagnon d’Al-Qaradawi pour lequel il a souvent exprimé son admiration.

Il a participé avec ce fanatique à diverses actions d’islamisation, dont la préface d’un «Recueil de fatwas» pathétique, tout empreint de misogynie et d’intolérance, destiné aux musulmans d’Europe. C’est un produit exclusif du «Conseil des fatwas et de la recherche» présidé lui aussi par Qaradawi. Celui-ci a célébré en 2012 un nouveau centre de recherche islamique au Qatar, dont Ramadan est le directeur.

Ghannouchi remplacera Qaradawi

Au congrès de l’Union à Istanbul, en août 2014, l’émotion est à son comble.

Qaradawi qui pense sa fin proche (il a 89 ans) déclare : «Je ne vous verrai peut- être plus l’an prochain». Et il laisse en guise de testament deux actions à mener pour «faire progresser l’Oumma» en ce XXIème siècle :

  1. d’abord autoriser les femmes à aller prier à la mosquée. Oui, la question est encore discutée et intéresse beaucoup de croyants.
  2. Deuxième sujet à porter à l’agenda : que les musulmans s’engagent davantage dans la propagation de l’islam, surtout que les chrétiens sont eux «très actifs».

Lire Qaradawi suscite une irrésistible envie de défendre la démocratie et son humanisme

Pour goûter la saveur d’un Etat islamique, rien ne vaut la lecture de l’ouvrage du grand maître : «Le licite et l’illicite en islam*.»

Au programme de Qaradawi :

  • le mépris des autres -les mécréants-,
  • la haine des juifs,
  • la servitude des femmes,
  • les châtiments corporels,
  • la condamnation à mort,
  • une litanie d’interdits et d’obligations absurdes…

Ce livre, best-seller dans les communautés musulmanes d’Occident, devrait être davantage lu par les « infidèles » : il suscite une irrésistible envie de défendre la démocratie et son humanisme.

A Istanbul, les savants ont prudemment élu le successeur d’Al Qaradawi. Ce sera Rached Ghannouchi, autre Frère musulman au sinistre parcours, dirigeant depuis plus de 30 ans du parti Ennahda de Tunisie. De la bonne graine d’islamiste.

On trouve encore dans cet aréopage le pionnier de la Confrérie des Frères musulmans au Canada, l’hyperactif Jamal Badawi, membre lui aussi du Conseil européen de la fatwa et de la recherche. Le site Poste de Veille nous décrit ses hauts faits.

Très proche de la section terroriste des Frères musulmans du Hamas, le conseil a élu ses principaux leaders, Ismail Haniyeh et Khaled Mishaal.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et choisissez le montant de votre don.

Une ambition qui le perdra ?

L’ambition sans limites de Tariq Ramadan qui voudrait entre autres imposer au monde musulman sa vision de l’islamisation de l’Occident, le pousse à frayer avec les pires enragés de l’islam totalitaire. On cherchera donc vainement dans ses œuvres un soutien à ceux qui voudraient au contraire purger cette religion de ses sectarismes, tels Rachid Benzine, Mohammed Arkoun ou Abdelwahab Meddeb.

Il préfère en rester à une nouvelle lecture du Coran et des Hadiths qui fait découvrir au monde que tout ce que l’Occident a cru inventer en matière de droits de l’homme, d’écologie ou de pacifisme, était en fait contenu dans sa doxa. Et si quelque chose le gêne dans la lecture, il fait appel au contexte, avec une démonstration assez faible. Mais on imagine que Qaradawi avait d’autres raisons –l’art oratoire et le succès du tartuffe en Occident- pour le coopter dans l’Union mondiale.

Tariq semble insubmersible.

Lorsque j’ai lu son livre d’entretiens avec Jacques Neyrinck (« Peut-on vivre avec l’Islam ?* »), je l’ai senti tanguer. Lorsque j’ai lu «Frère Tariq*» de Caroline Fourest, j’ai cru qu’il allait couler. Lorsque je l’ai vu poursuivre son alliance avec Youssef Al-Qaradawi, j’ai pensé qu’il serait démasqué. Rien de tout cela ne s’est produit. Il faudrait des forces plus puissantes pour cette tâche.

De Mossack Fonseca aux Frères musulmans : un rêve

Et justement, cette nuit, j’ai fait un rêve. Des médias de plus de 80 pays représentant près de 400 journalistes se sont unis pour retracer le réseau des groupes qui œuvrent à détruire les démocraties -et d’autres régimes moins démocratiques- afin de leur substituer le règne de la charia. Sont ainsi autopsiés sur le plan mondial les Frères musulmans, les wahhabites, les salafistes et autres Mili Görus.

Les courageux médias décrivent leurs stratégies d’infiltration et démasquent leurs complices en Europe, aux USA, en Australie. Ils révèlent leurs modes de financement, les mosquées qu’ils contrôlent, leurs liens avec les prêcheurs de haine et les mouvements terroristes, le nom de leurs leaders.

Les investigateurs médiatiques n’ont pas bénéficié des données d’une Mossack Fonseca, mais d’informations révélées par des sites qui depuis des années informent à leur niveau sur cette toile d’araignée et ses malfaisants. (1)

Le résultat, qui a fait l’effet d’une bombe, est formidable. Un bémol cependant : contrairement à la dénonciation des paradis fiscaux, cette opération comprenait quelques risques. Certains des héros médiatiques doivent se cacher pour préserver leur vie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

(1) globalmbwatch.com

counterjihadreport.com

islamism-map.com

ikhwan.whoswho

conspiracywatch.info

shariahfinancewatch.org

islamisation.fr

Légende photo :
Image extraite d’une vidéo tournée lors de l’inauguration en janvier 2012 du centre de recherche sur la charia dirigé par Tariq Ramadan (à droite) au Qatar. Le centre de Ramadan est intégré à la Qatar Foundation. À gauche, Youssef Qaradawi, guide spirituel des Frères Musulmans et président de l’Union mondiale des savants musulmans. Au milieu, Cheika Mozah, présidente de la Qatar Foundation et l’une des épouses de l’émir qui régnait au Qatar au moment où la photo a été prise. En 2016, Youssef Qaradawi est classé au 32e rang du palmarès des 500 musulmans les plus influents dans le monde. Cheika Mozah et Tariq Ramadan sont également dans la liste des 500 musulmans les plus influents à un rang indéterminé. (Point de Bascule)

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

6
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz