Publié par Manuel Gomez le 24 avril 2016

95526575_o

 

Il faut que les Français soient éclairés sur les évènements qui se sont déroulés auparavant, pendant et après cette nuit du 20 au 21 avril 1961, date du « putsch » des généraux, aussi bien à Alger qu’à Paris.

  • Le 8 janvier 1961 se déroule le référendum sur l’autodétermination, offerte à l’Algérie par De Gaulle. 75,25% des suffrages exprimés en métropole l’approuvent.
  • Lors de sa conférence de presse du 11 avril 1961, le chef de l’état justifie la décolonisation de l’Algérie « parce qu’elle coûte très chère à la France, déjà bien endettée. »
  • Dans sa très grande majorité les officiers supérieurs de l’armée française sont hostiles à cette politique d’abandon.
  • Les colonels Argoud, Gardes, Godard et Lacheroy demandent au général Challe de s’y opposer par la force, si nécessaire.
  • Le général Challe hésite. Il n’est pas convaincu de l’opportunité de cette « rébellion patriotique », mais fini par accepter d’y participer, (mais surtout encouragé par le colonel de Boissieu, cousin du gendre de De Gaulle, qui aussitôt en réfère au chef de l’Etat).
  • Dans la nuit du 20 au 21 avril, les paras du 1er REP, sous les ordres du commandant Hélie Denoix de Saint-Marc, s’emparent des points stratégiques à Alger, notamment le Gouvernement Général, l’Hôtel de Ville, Radio-Alger et l’aéroport de Maison Blanche et neutralisent les plus hauts responsables civils et militaires sans la moindre effusion de sang.
  • Le 21 avril à 19 h. le général Challe s’exprime sur Radio-Alger : « Je suis à Alger, avec les généraux Zeller et Jouhaux et en liaison avec le général Salan, pour tenir notre serment, le serment de l’armée française de garder l’Algérie pour que nos morts ne soient pas morts pour rien. Un gouvernement d’abandon s’apprête aujourd’hui à livrer définitivement l’Algérie à l’organisation extérieure de la rébellion. L’armée ne faillira pas à sa mission et les ordres que je donnerai n’auront jamais d’autres buts. »

18 régiments se mettent immédiatement aux ordres de ces quatre généraux : Ier REP – 1er REC – 5e REI – 2e REP – 14e et 18e RCP – 2e et 5e RCI – 13e DBLE – 1er Cuirassiers – 6e RCA – 9eRCP – 13e DBLE – 13e Dragons – 2e et 6e RPIMA – Groupement de commandos parachutistes – Commando de l’Air.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et choisissez le montant de votre don.

6 régiments rallieront le mouvement dès le lendemain : 27e Dragons – 7e RTA – 1er RIM – 8eRPIMA – 94e RI – 1er RCP.

Egalement la Harka du Commandant Guizien, composée de supplétifs musulmans et basée à Edgar-Quinet. (Dès le lendemain du cessez-le-feu, le 20 mars 1962, plus de 1000 supplétifs musulmans, ainsi que leurs femmes et enfants, seront massacrés dans des conditions effroyables par l’ALN, parce qu’ils avaient choisi de rester « avec la France ».)

De Gaulle défère à la justice militaire tous les chefs de cette mutinerie.

Le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc, dont une rue de Béziers porte dorénavant son nom, a écrit dans « L’aventure et l’espérance*» :

« L’honneur est-il dans l’obéissance absolue au pouvoir légal, ou dans le refus d’abandonner des populations qui allaient être massacrées à cause de nous ? J’ai choisi selon ma conscience. J’ai accepté de tout perdre, et j’ai tout perdu. Je connais des réussites qui me font vomir. J’ai échoué, mais l’homme au fond de moi a été vivifié. »

En 1970, lorsque paraîtront ses «Mémoires d’espoirDe Gaulle ne dissimule pas qu’il était certain que les mobiles de ce « quarteron » n’étaient pas la prise du pouvoir en métropole.

Mettant en parallèle son action en juin 1940 et celles du « quarteron » en 1962, il constatera :

« La rébellion devient héroïque quand elle réussit et trahison quand elle échoue ! ».

Le général de Pouilly, un fidèle parmi les fidèles à De Gaulle, n’hésitera pas à écrire :

« J’ai choisi la discipline mais choisissant la discipline, j’ai également choisi avec mes concitoyens et la Nation française la honte d’un abandon et, pour ceux qui n’ayant pas supporté cette honte et se sont révoltés contre elle, l’Histoire dira peut-être que leur crime est moins grand que le nôtre. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz