Publié par Rosaly le 7 avril 2016

Al qaradawi

Chaque attentat terroriste sème mort et souffrances parmi nos concitoyens. Immédiatement après, on assiste au rituel sacré des gauchistes qui mettent en garde contre toute critique de l’islam, toute stigmatisation des musulmans, tout amalgame.

Comble de l’ignominie, ces bonnes âmes si sensibles à la détresse de la communauté musulmane d’où sont issus les meurtriers de masse n’hésitent pas à faire planer la menace d’un nouvel holocauste … celui des musulmans, ces derniers étant devenus les « nouveaux Juifs » à leurs yeux.

Les campagnes de lavage de cerveau et de diffusion de mensonges opèrent à merveille auprès d’une partie de la population occidentale.

Que cette allégation fantaisiste, destinée à culpabiliser les opposants à l’islamisation en cours, irrespectueuse des véritables victimes de l’idéologie nazie, soit éructée par des gauchistes islamophiles, cela ne surprend guère. Mais reprise par un citoyen américain juif, cela étonne et déçoit.

Hélas, pour un politicien, ce n’est pas la vérité qui importe, mais la perspective d’obtenir les voix des électeurs.

Revenons brièvement sur le passé afin de démonter cette cabale faisant des musulmans d’aujourd’hui les nouveaux juifs.

  • Dans les années 30, les citoyens européens de confession juive sont harcelés, humiliés, pourchassés, vicitimes de rafles, et conduits dans les camps de la mort. Ils n’avaient commis aucun crime, ils étaient coupables d’être juifs. Victimes innocentes d’une idéologie monstrueuse visant à l’extermination de tout un peuple à cause de son origine.
  • Six millions de citoyens européens de confession juive furent lâchement sacrifiés à la haine du démoniaque Führer, dont l’antisémitisme frisait la folie pure. Oui, lâchement sacrifiés, grâce au silence coupable des dirigeants occidentaux, soucieux de plaire au Monstre à la tête de l’Allemagne, à l’amadouer par une vile politique d’apaisement, quitte à fermer les yeux sur les atrocités commises où à les minimiser dans le vain espoir d’éviter la guerre.

Tout comme aujourd’hui, l’omerta était jadis de mise dans les médias.

Les dépêches des journalistes en place à Berlin relatant ce qui se passait réellement dans l’Allemagne d’Hitler étaient réécrites ou supprimées. Les rédacteurs en chef s’arrangeaient pour qu’aucune information pouvant heurter la susceptibilité des nazis ne fût publiée.

L’establishment devait veiller à ne pas associer spécifiquement les nazis au Mal qui se répandait dans le pays.

  • Pourtant, les juifs n’opprimaient personne.
  • Ils ne commettaient aucun attentat au nom du D.ieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.
  • Ils ne prônaient pas la soumission et la conversion au judaïsme.
  • Ils ne prêchaient pas la haine de l’Occident, la destruction des églises, la mise à mort des femmes adultères, des homosexuels.
  • Ils n’appelaient pas à renverser les démocraties.
  • Ils ne prônaient pas la guerre sainte contre les non juifs.
  • Ils n’incitaient pas au génocide des chrétiens et des musulmans.
  • Ils ne se faisaient pas exploser au milieu de civils innocents, ne plaçaient pas des bombes dans les trains, les bus, les gares, les aéroports.
  • Ils ne brûlaient pas les Bibles, ni les bureaux des journaux, n’abattaient pas froidement journalistes et dessinateurs, sous prétexte que leurs articles et caricatures les offensaient.
  • Ils n’exigeaient pas que les filles et les femmes soient voilées, que l’on respecte les fêtes juives dans les écoles, que l’on serve des repas cacher dans les cantines, que l’on enlève les croix des salles de classe.

Non.

Ils étaient intégrés, respectueux des lois du pays, travaillaient et contribuaient à l’enrichissement de leur patrie et ce dans tous les domaines.

Cela n’empêcha pas les adeptes de l’idéologie nazie de leur vouer une haine mortelle, au point d’élaborer la planification industrielle de l’extermination tout un peuple, le plus grand crime contre l’humanité sciemment organisé par le gouvernement d’un pays occidental très civilisé.

Dès lors, comment ose-t-on, ne serait-ce que l’espace d’une seconde, comparer le sort des juifs dans les années trente en Europe à celui des musulmans aujourd’hui en Occident ?

Serait-ce dans le but d’intimider les gens, les culpabiliser, leur faire croire que toute critique du terrorisme islamique et de l’islam pourrait conduire à l’ouverture de camps de concentration pour musulmans ? « Fandonia » comme l’aurait écrit Oriana Fallaci ! Oui, mensonge éhonté !

Pour l’instant, c’est l’antisémitisme musulman qui se répand à la vitesse du vent et met en danger la vie de nos concitoyens de confession juive. Ils sont de plus en plus nombreux à quitter l’Europe pour Israël et d’autres pays non européens, mais cela ne suffit pas à calmer la haine des antisémites musulmans et leurs acolytes occidentaux : Israël, leur pays, leur refuge, doit aussi disparaître.

La haine d’Israël et de son peuple est tenace. Elle est comme ces plantes, terriblement difficiles à éliminer, qui se propagent à partir de rhizomes enchevêtrés, bien profondément enracinés dans le sol. Si vous parvenez à les extirper, il suffit d’un petit bout, laissé par inadvertance en terre, pour que la plante se développe à nouveau avec une vigueur renouvelée.

La haine antisémite des Européens s’était assoupie, après l’horreur de l’Holocauste, mais elle se ravive à nouveau, rallumée par l’antisémitisme virulent des musulmans en Europe.

Benrie Sanders se référa à l’Holocauste, dans son discours électoral à Milwaukee, quand il critiqua Donald Trump pour son intolérance envers les musulmans, ce dernier prônant l’interdiction temporaire de migrants musulmans aux USA.

« Certains de vous savent que je suis juif, déclara Sanders à ses partisans. Mon père arriva dans ce pays à l’âge de 17 ans, fuyant la Pologne. Il émigra ici. D’autres membres de ma famille décidèrent de rester. Ils perdirent leur vie. Les enfants aussi périrent. C’est gravé dans mon cœur : je sais le mal qu’un cinglé peut faire en attisant la haine raciale. »

En sachant cela, ne devrait-il pas plutôt s’inquiéter de la haine des cinglés musulmans à l’encontre des juifs, des non-musulmans, de l’Occident et de l’Amérique, le « grand satan » ?

Bernie Sanders s’était également rendu dans une mosquée, à Washington, en compagnie du sénateur Keith Ellison, premier musulman américain élu au Congrès, pour dénoncer les propos honteux de Donald Trump et parler de la lutte contre l’islamophobie.

L’islamophobie n’est pas du racisme, Bernie Sanders, mais la crainte légitime d’une idéologie néfaste pour l’humanité.

En quoi les propos ci-dessous de Donald Trump sont-ils honteux ? Ce sont des paroles pleines de bon sens, bien rares de nos jours !

« Nous devons déterminer d’où vient cette haine [de l’islam pour nous] et pourquoi elle existe. Jusqu’à ce que nous soyons en mesure de comprendre ce problème et la dangereuse menace qu’il représente, notre pays ne peut être victime d’horribles attaques par des gens qui ne croient qu’au djihad, et n’ont aucun sentiment de raison ou de respect pour la vie humaine. »

Selon Bernie Sanders, Trump souhaite que les Américains haïssent tous les musulmans !

Donald Trump, quant à lui, assure que des sondages attestent l’existence d’une « haine » des musulmans envers l’Amérique, qui pourrait déboucher sur de nouvelles attaques.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et choisissez le montant de votre don.

Bernie Sanders avait aussi déclaré : « Si je suis élu Président, faites-moi confiance, vous les musulmans et n’importe quel autre citoyen de ce pays, vous ne vivrez pas dans la crainte à cause de votre religion, de la couleur de votre peau, de votre pays d’origine. C’est contraire aux valeurs de notre pays. »

Belles et sages paroles ! Encore faudrait-il que ces bons sentiments soient réciproques. Or c’est loin d’être le cas. L’antisémitisme musulman progresse également aux USA, notamment dans les campus universitaires. Quant à l’endoctrinement des enfants américains à l’islam, il débute parfois dès l’école primaire dans certaines villes.

Ce qui se passe dans les écoles publiques américaines et occidentales peut être comparé à l’endoctrinement des enfants sous Hitler dans l’Allemagne nazie.

L’éducation sous le troisième Reich avait pour but d’endoctriner les étudiants à la vision nazie du socialisme. L’antisémitisme était le sujet dominant dans chaque école allemande. Il était enseigné aux enfants dès l’âge de 5-6 ans. Les professeurs devaient leur apprendre la théorie raciale. Pour le peuple allemand, la théorie raciale signifiait « le Problème juif ». Le manuel sur le « Problème juif » créait chez les enfants une aversion innée envers les Juifs.

Dans l’Amérique d’Obama, sous influence des Frères musulmans, les enfants apprennent que l’islam est une bonne et douce religion, que le christianisme est mauvais, ainsi que le judaïsme ; que l’homosexualité, c’est bien et l’hétérosexualité, c’est mal. On leur enseigne à être tolérant envers l’islam, à oublier les juifs et les chrétiens, car ce sont les principaux antagonistes à l’islam.

C’est ce qui est enseigné de nos jours aux enfants en Amérique et en Occident.

Certains livres utilisés dans les écoles américaines violent la clause d’Etablissement du premier Amendement de la Constitution américaine, car ils tendent à favoriser l’établissement de l’islam au-dessus de toutes les autres religions.

La présidente et fondatrice de Proclaiming Justice to the Nations (PJTN) Lori Cordoza-Moore avait déclaré, choquée par plusieurs passages inquiétants relevés dans un livre de son fils :

« Il est de notre responsabilité morale de défendre nos frères juifs et de soutenir Israël. D’expliquer qu’Israël a des droits sur sa terre ancestrale, des droits historiques, archéologiques, légaux et bibliques. » (Source :“Fighting Islamization and Antisemitism in America,” by Adelle Nazarian, Breitbart News)

Bernie Sanders, juif américain, semble ignorer les nombreux appels à annihiler Israël et son peuple lancés par des autorités religieuses musulmanes, relayées par les prêcheurs de haine dans les mosquées, puis par les réseaux sociaux musulmans, à commencer par le cheikh Youssouf Al-Qaradawi, salafiste convaincu, membre éminent des Frères musulmans. Son influence est grande dans la communauté musulmane.

Ce nazi-musulman justifie les attentats suicides et prône le meurtre des juifs.

Qaradawi :

“Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux [juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu’il leur a fait – et bien qu’ils [les juifs] aient exagéré les faits -, il a réussi à les remettre à leur place. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des musulmans … »

Pour quelques voix musulmanes, Bernie Sanders tend la main à ceux qui aspirent à un nouvel Holocauste afin de terminer le travail commencé par leur idole : Adolf Hitler.

Se croit-il à l’abri de leur haine ?

Une partie grandissante des musulmans d’aujourd’hui sont les nazis d’hier et non les nouveaux juifs, Bernier Sanders !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

32
0
Merci de nous apporter votre commentairex