Publié par Guy Millière le 10 mai 2016

Global-Whatever-copy

François Hollande s’est rendu voici peu aux Nations Unies pour signer un « accord historique » sur le climat. Il a dû, pendant quelques instants, se sentir important.

Un humoriste autrefois a dit de quelqu’un que si les crétins volaient en avion de chasse, le quelqu’un en question serait chef d’escadrille.

François Hollande est considéré comme un crétin par les trois quarts des Français, et il a pu, en somme, se dire qu’il était chef d’escadrille.

Il a prononcé quelques paroles vides, comme il en a l’habitude, puis il a cédé la tribune à d’autres gens qui ont prononcé des paroles vides. Il y eut John Kerry. Il y eut des ministres et des chefs d’Etat de cent soixante quinze pays. Il y eut beaucoup de dictateurs, ce qui est normal aux Nations Unies, où les dictatures sont très majoritaires et où les démocrates sont une minorité largement soumise.

Il y eut un comédien venu jouer le rôle de celui qui connaît tout alors qu’il ne sait rien. Ce comédien a reçu un Oscar voici peu : il a semblé si convaincant qu’il en mériterait un deuxième. Il s’appelle Leonardo di Caprio.

Il est venu de Los Angeles en avion privé, propulsé grâce à des réacteurs marchant avec des carburants tirés du pétrole, et il a dit qu’il ne fallait plus utiliser les carburants à base de pétrole. Cela aurait pu être le moment comique de l’événement. Personne n’a semblé avoir envie de rire, et pour cause : tous les autres participants sont venus en avion, même John Kerry, qui ne se risque plus à faire du vélo depuis qu’il s’est cassé la jambe dans les Alpes en venant signer un accord avec les mollahs islamistes iraniens. Et tous les avions utilisés utilisent le même type de carburant que l’avion de Leonardo di Caprio.

Il a été dit dans tous les journaux que le texte de l’« accord historique » était important. Le texte, et c’est ce qui fait sa qualité, est, surtout, sans la moindre substance. Aucun pays signataire ne s’y engage à quoi que ce soit. Il y est dit qu’il faudra limiter le réchauffement de la planète « bien au dessous de deux degrés Celsius », ce qui tombe bien, puisqu’il n’y a aucun réchauffement : la limitation sera aisée à atteindre.

Il y est cité le dernier rapport rédigé par les scientifiques défroqués du GIEC, qui, lui, prévoit un réchauffement : les scientifiques défroqués du GIEC sont rémunérés pour prévoir un réchauffement, et comme les chiens bien dressés qui font où on leur dit de faire, ils énoncent les prévisions qu’on leur demande d’énoncer. Le rapport du GIEC est là pour que les populations croient qu’il y a vraiment un réchauffement, et que toutes les taxes, toutes les mesures asphyxiantes, toutes les décisions constructivistes que les gouvernements du monde développé comptent mettre en place sont ce qui permet et permettra qu’il n’y ait pas de réchauffement.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et choisissez le montant de votre don.

Antarctic-climate-expedition-airlifted-z

Pendant que les gouvernements du monde développé mettront en place taxes, mesures asphyxiantes et décisions constructivistes, des pays tels que la Chine et l’Inde continueront à édifier des centrales thermiques et à utiliser du charbon, ce qui est tout à fait normal. La Chine et l’Inde représentent deux milliards et demi d’êtres humains qui ont besoin de développement. Pendant le même temps, des pays en voie de développement suivront la même voie que la Chine et l’Inde pour les mêmes raisons, et demanderont des milliards aux gouvernements du monde développé, qui paieront. Ce sera de la redistribution à l’échelle planétaire.

Nul ne dira que si les délires écologistes pourrissent la vie des populations du monde développé, pour rien, puisqu’il n’y a pas de réchauffement global, ces mêmes délires tuent lorsqu’ils entravent l’accès à l’électricité dans des régions du monde où celle-ci permettrait de remédier à la malnutrition ou à la pollution de l’eau.

Nul ne dira que l’énergie solaire et éolienne ne couvre et ne couvrira longtemps qu’une infime partie des besoins énergétiques de l’humanité.

Nul ne dira que produire l’éthanol qu’on ajoute à tous les carburants implique l’utilisation de pétrole et n’a ni utilité ni rentabilité.

Mais si on disait la vérité, que feraient des gens tels que François Hollande ?

Eteignez les projecteurs. Le spectacle est lamentable. Nous n’en avons, hélas, pas fini avec l’imposture climatique.

Nous n’en avons pas fini, en France, avec François Hollande.

© Guy Millière. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Adapté d’un texte publié sur les4verites.com

8f96ae53-40df-41fc-a6fd-a0623db9f336

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

44
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz