Publié par Atikva le 24 juin 2016
Nadia Murad, yezidi ex-esclave sexuelle de l'Etat islamique
Nadia Murad, yezidi ex-esclave sexuelle de l’Etat islamique

«Personne n’est à l’abri», c’est ce qu’a déclaré une ancienne captive de l’EI aux législateurs américains en leur faisant le récit de sa terrifiante captivité au sein de cette organisation terroriste internationale.

«Il y aura d’autres Orlando si le monde ne met pas fin à cette explosion de terrorisme. Il n’y a de refuge nulle part» – cette affirmation a servi d’introduction à la militante des droits de l’homme Nadia Murad venue apporter son témoignage au Comité Spécial de la Sécurité du Territoire.

Le Comité avait organisé cette séance de dépositions afin d’approfondir la nature de ce que le Président du Comité, le Sénateur Ron Johnson (Républicain du Wisconsin), appelle «l’idéologie délétère de l’EI» génératrice de massacres d’innocents comme celui d’Orlando, au cours duquel un tueur en série inspiré par l’EI a abattu 49 victimes et blessé des dizaines d’autres.

«La tuerie d’Orlando fait suite à l’inquiétante série d’attaques terroristes en Amérique et à l’étranger» a déclaré Johnson. «La sauvagerie de l’EI à l’encontre des femmes, des homosexuels et d’autres groupes n’est plus à démontrer et les membres de ces communautés continueront à en être victimes jusqu’à ce que l’EI soit écrasé. »

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Nadia Murad est une jeune Yazidi membre de la minorité non-musulmane d’Irak et de Syrie, capturée à 19 ans par l’EI qui en fit une esclave sexuelle.

«J’allais au lycée. Comme toutes les filles, j’imaginais mon avenir, je rêvais de devenir professeur et de fonder une famille» a-t-elle dit au Comité. «Mais nos mœurs pacifiques ne nous ont pas sauvés… Les Yazidis n’ont eu le choix qu’entre la conversion ou la mort».

Pour elle, ce génocide est une réplique de l’Holocauste (indifférence du monde incluse)

Nadia Murad a pu s’échapper, mais elle a affirmé que l’Etat Islamique a massacré plus de 3.000 Yazidis en l’espace de deux semaines et que le massacre des membres de cette communauté continue dans les zones qu’il contrôle – pour elle, ce génocide est une réplique de l’Holocauste.

Un autre témoin a mis en garde les membres du Comité : les pertes de l’EI sur les champs de bataille de Syrie et d’Irak ne l’empêchent pas de continuer à radicaliser des populations dans le monde entier.

«Le massacre d’Orlando prouve que les pertes territoriales de l’EI de l’année dernière n’ont pas affecté sa popularité» a indiqué Hassan Hassan, membre résident de l’Institut Tahrir pour l’avenir du Moyen Orient à Washington.

Il a ajouté qu’en s’efforçant de s’opposer à l’EI, « les USA se sont contentés de considérer le groupe terroriste comme une infection, sans réaliser qu’il s’agissait d’un symptôme de problèmes beaucoup plus vastes qui ont favorisé son développement et lui permettront de survivre à ses pertes territoriales.»

M. Hassan a demandé à l’Amérique «d’admettre officiellement que des milliers de Syriens, y compris des réfugiés sur son sol, l’ont aidée à combattre l’EI», entre autres en lui fournissant des services de renseignement.

«Vous pouvez bien battre l’ennemi à Raqqa, à Mossoul, à Falloujah, mais il ne s’agira que de défaites tactiques jusqu’à ce que l’EI soit rejeté par le peuple même qu’il prétend représenter» a-t-il ajouté.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction et adaptation Atikva pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz