Quantcast
Publié par Atikva le 29 juin 2016
Prime Minister Benjamin Netanyahu holding a Press Conference in Rome, Italy. Crédit photo : Amos Ben-Gershom (GPO)
Prime Minister Benjamin Netanyahu holding a Press Conference in Rome, Italy. Crédit photo : Amos Ben-Gershom (GPO)

Lors d’une conférence de presse, à Rome le 27 juin, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a fait la déclaration suivante :

Israël a conclu un accord d’une importance stratégique primordiale pour sa sécurité, son économie et la stabilité de la région.

Hier soir et ce matin, j’ai eu plusieurs entretiens avec John Kerry, le Ministre des Affaires Etrangères américain ainsi qu’avec le Vice-Président Joe Biden, et je viens de m’entretenir avec le Premier Ministre italien Matteo Renzi.

Tous se félicitent de cet accord et estiment qu’il renforcera grandement la position d’Israël dans la région. Les Etats-Unis y sont bien entendu favorables en vertu de l’alliance fondamentale qui est à la base de nos relations internationales, mais nous savons tous également combien il est nécessaire d’augmenter le nombre de foyers stables au Moyen Orient.

C’est le but que je cherche à atteindre dans cette région aussi instable que troublée.

  • Nous y travaillons en coopération avec nos proches voisins parmi les pays Arabes.
  • Nous y travaillons avec la Grèce et avec Chypre.
  • Nous y travaillons avec la Russie.
  • Nous y travaillons également avec la Turquie.
  • Et bien entendu, nous sommes en plein accord avec notre allié principal les Etats Unis. Israël et la Turquie représentent deux grandes puissances dans cette région et la mésentente entre nos deux pays va à l’encontre de nos intérêts vitaux.

Le premier point de cet accord assurera l’immunité des commandants et des soldats de l’IDF contre toute poursuite criminelle et civile, présente ou future. De nombreuses poursuites judiciaires sont actuellement en cours dont la multiplication future aurait porté sur un grand nombre de millions de dollars, et qui auraient abouti à bloquer la liberté de mouvement de nos troupes. Tout cela est à présent révolu et l’accord prévoit que le parlement turc passera une loi abrogeant les poursuites en cours.

Le deuxième volet de l’accord maintient le blocus maritime sécuritaire de la bande de Gaza, primordial pour notre sécurité – il n’était pas question de transiger à ce sujet. Le blocus est et demeure un élément essentiel pour contenir le Hamas et entraver son développement. Les navires seront autorisés comme par le passé à mettre à quai à Ashdod et la livraison de cargaisons humanitaires et civiles à destination de la bande de Gaza, que nous n’avons en fait jamais interdite auparavant, prendra effet.

La pénurie d’eau à Gaza produit une pollution des aquifères qui déborde de notre côté. Il est donc de notre intérêt de résoudre ce problème

Le troisième volet de cet accord concerne une aide humanitaire à Gaza – dans la limite des procédures israéliennes de sécurité. En dehors de la question philanthropique, ce sujet est d’une importance capitale pour Israël particulièrement dans deux domaines : l’eau et l’électricité. La pénurie d’eau à Gaza produit une pollution des aquifères qui déborde de notre côté. Il est donc de notre intérêt de résoudre ce problème. Quant à la pénurie d’électricité à Gaza, elle a des répercussions sur l’hygiène publique et les interruptions de courant qu’elle entraîne ne sont pas limitées à la barrière frontalière.

Nous autoriserons par conséquent l’amélioration de ces infrastructures. La Turquie, dans un cadre qui reste à définir, joindra ses efforts à ceux de la Norvège et d’Etats arabes afin de trouver une solution à ces problèmes.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Par cet accord, la Turquie s’engage également à bloquer tout acte terroriste ou militaire anti-israélien en provenance de son sol, y compris la collecte de fonds à ces fins. Il s’agit là d’un engagement sans précédent.

Nous avons également reçu une lettre nous faisant savoir que le président turc a donné l’ordre aux différentes agences concernées de faciliter la libération des Israéliens prisonniers et disparus au combat. J’ai partagé les souffrances de leurs familles, auxquelles j’avais promis d’obtenir leur retour au foyer ; il s’agissait là d’un devoir national – et personnel en ce qui me concerne.

L’accord prévoit également que la Turquie aidera Israël à adhérer à toutes les organisations internationales dont elle est membre. Avant la signature de ce document, la Turquie avait déjà manifesté sa bonne volonté en renonçant à s’opposer à l’établissement d’un bureau israélien auprès de l’OTAN. Le projet que nous avions formé depuis de nombreuses années va maintenant se réaliser avec l’ouverture de ce bureau.

J’aimerais à présent évoquer le domaine crucial de l’économie.

Cet accord ouvre la porte à une coopération économique et énergétique, entre autres dans le domaine du gaz, qui permettra à Israël de développer son économie et ses revenus. Nous devrons mettre en place les moyens d’extraire le gaz au large de nos côtes et trouver des débouchés. 60% des revenus que nous tirons de la mer tombent dans les caisses de l’Etat – mais pour en bénéficier il nous faut ouvrir de nouveaux marchés. Le gisement de gaz Léviathan pourrait subvenir aux besoins de l’Egypte ainsi que de la Turquie, et le gaz pourrait également être acheminé vers l’Europe via la Turquie. L’accord permettra à Israël de faire face aux problèmes stratégiques auxquels il est confronté.

J’ai informé les dirigeants de l’Egypte, de la Jordanie, de Chypre, de la Grèce et de la Russie – et bien sûr nos amis américains – de la finalisation de l’accord à laquelle nous avons consacré beaucoup de soins et de temps. J’aimerais évoquer ici deux personnes qui y ont puissamment contribué : Yaakov Nagal, du Conseil National de Sécurité, que je remercie pour son travail aussi zélé que discret, et Yossi Ciechanover, qui avait déjà assisté Israël lors du Rapport Palmer concernant l’incident du Marmara. Ce fut l’une des rares occasions où Israël a été exonéré des accusations portées à son encontre par un rapport des Nations Unies, et c’est à Yossi que nous le devons. Qu’il trouve ici la marque de la profonde gratitude du peuple israélien. Merci à tous les deux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction et adaptation Atikva pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz