Publié par Rosaly le 3 juin 2016

Erdogan fâché

La lune de miel entre Mutti Angela et le Sultan de la Sublime Porte serait-elle terminée ? 

Le Bundestag vient d’approuver une résolution qui reconnaît le génocide des Chrétiens arméniens et assyro-chaldéens perpétré en 1915 par le gouvernement Jeunes Turcs de l’Empire Ottoman.

Recep Tayyip Erdogan a rappelé son ambassadeur à Berlin en signe de vive protestation.

La Chambre basse du Parlement de Berlin n’a pas eu peur des menaces de la Turquie qui, à la veille du vote, avait fait savoir par l’intermédiaire de son premier ministre Binali Yildrim, qu’une décision favorable aurait mis en danger l’amitié franco-turque, ainsi que les relations diplomatiques entre les deux pays.

Le président turc, actuellement à Nairobi, a expliqué que le vote allemand compromettra sérieusement les rapports entre les deux pays.

L’Assemblée législative allemande n’a pas craint les intimidations en provenance d’Ankara et a voté la motion quasi à l’unanimité : un seul vote contre et une abstention.

Entre 1915 et 1916, le gouvernement turc ordonna l’expulsion et le massacre d’un million et demi d’Arméniens et d’Assyro-Chaldéens répartis dans différentes provinces de l’Empire ottoman. La Turquie d’aujourd’hui s’est toujours violemment opposée à ceux qui qualifièrent ces évènements tragiques de génocide.

Le défi allemand lancé au pays du Croissant de lune arrive à un moment assez délicat. Hier expirait la date limite pour la mise en application de l’accord Turquie-UE, afin d’endiguer le flux incontrôlé de migrants vers l’Europe au départ de la Turquie, en échange de la libéralisation des visas pour les citoyens turcs.

Si Erdogan a toujours âprement critiqué les incohérences de l’Europe, qui s’obstine à exiger de la Turquie qu’elle respecte l’ensemble des 72 critères prévus par l’UE en échange de la libéralisation des visas pour les Turcs, la reconnaissance par l’Allemagne du génocide arménien risque de rouvrir une blessure qui n’a jamais été guérie. Jusqu’à présent, 20 pays, parmi lesquels l’Italie et la France, ont reconnu la vérité historique du génocide arménien.

Et aujourd’hui, les Allemands ont décidé de se joindre à eux :

« Notre intention n’est pas de mettre la Turquie sous accusation, mais de reconnaître que la réconciliation n’est possible que si les faits sont mis sur la table», a déclaré Ard Volker Kauder, chef de groupe au Bundestag de la CDU, le parti d’Angela Merkel.

«Le fait que la Turquie aide l’UE à gérer la crise des migrants ne change rien à la réalité historique : les Arméniens subirent des souffrances indicibles. » a ajouté Kauder.

Toutefois, si le président turc hausse le ton, Angela Merkel semble être plus conciliante :

« L’Allemagne a noué de fortes relations avec la Turquie, malgré quelques différences d’opinion sur certaines questions. La controverse fait partie de la démocratie : le vote sur le génocide arménien n’entamera pas nos relations amicales et stratégiques. »

Les Turcs allemands, fidèles à leur sultan, animeront sans doute bruyamment les rues allemandes pour protester contre cette offense envers le Président Erdogan et leur pays de cœur, la Turquie.

« Un musulman ne peut commettre un génocide » avait déclaré Erdogan. Il souffre d’amnésie … Hindi Kouch: le génocide de 80 millions d’Hindous par l’islam n’est pas un mythe.

Et les témoignages ci-dessous sur le génocide arménien par les Ottomans : autres calomnies malveillantes dans le but de salir la Turquie et les musulmans ?

  • Théodore Roosevelt avait préconisé de déclarer la guerre à la Turquie suite au génocide arménien. Il avait déclaré en 1918 :

« Le massacre des Arméniens a été le plus grave crime de guerre, et l’incapacité d’agir contre la Turquie revient à tolérer ce massacre… l’incapacité de mettre radicalement un terme à l’horreur turque signifie que tous les discours visant à garantir la paix dans le monde à l’avenir ne sont que sottises malveillantes. »

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et choisissez le montant de votre don.

  • L’ambassadeur américain auprès de l’Empire ottoman en 1915, Henry Morgenthau, écrivit dans ses mémoires :

« Lorsque les autorités turques ont donné l’ordre de procéder à ces déportations, elles signaient l’arrêt de mort de toute une race, ce qu’elles comprenaient parfaitement bien et, dans les conversations que j’ai eues avec elles, elles n’ont pas essayé de cacher ce fait. Je n’ai pas raconté les détails les plus horribles car le récit complet des orgies sadiques dont ces Arméniens et ces Arméniennes ont été victimes ne pourraient jamais être imprimés dans une publication américaine.»

Les récits des témoins oculaires sont complétés par une masse de preuves documentaires de source étrangère et turque.

  • Le 24 mai 1915, la France, la Grande-Bretagne et la Russie ont signé une déclaration conjointe que voici :

« Les habitants d’une centaine de villages près de Van ont tous été tués.. Compte tenu de ces nouveaux crimes commis par la Turquie contre l’humanité et la civilisation, les gouvernements alliés annoncent publiquement qu’ils tiendront personnellement responsables de ces crimes tous les membres du gouvernement Ottoman ainsi que leurs agents qui auront participé à de tels massacres. »

  • « La scène pitoyable des enfants affamés et mutilés des réfugiés arméniens a fini de me convaincre qu’il fallait racheter le sort cruel du peuple arménien précipité dans l’abîme de l’oubli» – Franz Werfel, Damas 1929.

Les craintes de Teddy Roosevelt s’avérèrent prémonitoires : le fait d’avoir toléré ce génocide allait ouvrir la voie à d’autres génocides … dont le plus terrible fut celui de la Shoah, qui vit l’extermination industrielle de 6.000.000 d’êtres humains, parce que Juifs.

Hitler déclara un jour à ses bouchers nazis que leurs atrocités tomberaient dans l’oubli, car après tout, qui aujourd’hui parle encore de l’annihilation de 1.5 million d’Arméniens…

Armenian orphan rug

Cette tapisserie, baptisée « The Armenian Orphan Rug » d’une longueur d’environ 5m50, fut tissée par 400 orphelines arméniennes en exil au Liban, et offerte en 1925 au Président Calvin Coolidge pour remercier le peuple américain de l’aide apportée aux survivants du génocide arménien. Le Président Coolidge promit de lui réserver une place d’honneur à la Maison Blanche, où elle deviendrait le symbole de l’amitié sur terre.

Malheureusement, sous l’ère Obama, cette tapisserie devint un symbole politique dérangeant.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous