Publié par Azénor le 28 juin 2016

Soros

« Le Brexit fera pratiquement inévitablement décliner l’Union européenne », écrit George Soros dans un éditorial de Project Syndicate.

Dénonçant la sortie mais misant sur elle, Soros a lourdement parié sur la baisse des valeurs boursières, révèle MSN money, donc sur la sortie de l’UE, et s’est montré, selon le journaliste Todd Campbell, « brillant investisseur » sans donner plus de détails sur les sommes empochées lors de cette opération spéculative.

Le milliardaire de gauche, président de la fondation Open Society, qui finance entre autres les No Borders, les indignés d’Occupy Wall Street, les manifestations des tentes à Tel Aviv (et les Femen ?) a chanté les louanges de la chancelière allemande Angela Merkel, dont il trouve « exaltante » l’idée d’ouvrir les frontières.

Le vieux milliardaire traite les partis anti-européens de « xénophobes ». Il suggère que puisque 56% des Irlandais ont voté pour rester dans l’Union européenne, le pays devrait faire sécession de la Grande-Bretagne et devenir une « Irlande unie ».

En 2008, la République d’Irlande avait rejeté le Traité de Lisbonne, la Constitution européenne. L’année suivante, l’Europe les avait contraint à revoter.

Après avoir proclamé que la Grande-Bretagne quittant l’Union européenne constituait un « scénario catastrophe », qui rendra la désintégration de l’Europe « pratiquement irréversible », le financier prédit l’avenir, en toute certitude :

« finalement, la Grande-Bretagne pourra peut-être, ou peut-être pas, s’en sortir mieux que les autres pays en quittant l’UE ».

Quelques jours avant le référendum, Soros avait prévenu les Britanniques que leur sortie de l’Europe ferait plonger la livre sterling. Lorsque le « Brexit » a fait vaciller la livre, Soros en a été l’un des principaux bénéficiaires.

Soros avait réalisé un bénéfice de plus d’un milliard de dollars en 1992 en provoquant la crise de la livre et « en faisant sauter la banque d’Angleterre », obligeant la Grande-Bretagne à sortir du Système monétaire européen. Il affirmait avant le référendum que le Brexit provoquerait un effondrement encore pire que la crise économique qu’il avait lui-même provoquée. Aujourd’hui, toujours visionnaire, il prédit que :

« Toute l’Europe, y compris la Grande-Bretagne, souffrira de la perte du Marché commun et de la perte des valeurs communes que l’Europe était destinée à protéger. Maintenant, l’Europe s’est vraiment écroulée et ne répond plus aux besoins et aux aspirations de ses citoyens. Elle se dirige vers une désintégration désordonnée qui laissera les États européens dans une situation pire que si l’Europe n’avait jamais existé ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Soros a rédigé son article sur le site mondialiste Project Syndicate, dont la devise est « Les éditoriaux les plus intelligents, rédigés par les plus grands penseurs du monde ». Le site est financé par la Bill & Melinda Gates Foundation (de Microsoft) ainsi que par Mohammed Bin Rashid Al Maktoum Global Initiatives.

Entre autres visionnaires, on y trouve Peter Sutherland, représentant spécial de l’ONU pour les migrations, ancien président de Goldman Sachs, qui pense que 60 millions de migrants enrichiront l’Europe ; et un éditorialiste suédois pour qui les agressions sexuelles commises par les migrants en Europe constituent une « nouvelle réalité », ce qui obligera à créer en Europe des « zones de sécurité pour les femmes ».

Ces « plus grands penseurs du monde » rêvent pour nous d’un avenir radieux…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction et adaptation Azénor pour Dreuz.info.

Source : Virginia Hale, 26 juin 2016, breitbart.com

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

14
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz