Publié par Azénor le 22 juin 2016

Hillary-Clinton-Angry-3

« Un jour, Hillary Clinton a jeté une Bible à la tête d’un agent affecté à son service, dans l’une de ses fréquentes crises de rage ».

Gary Byrne, ancien agent des services secrets affecté à la Maison blanche dans les années 1990, raconte en détail dans son livre à paraître la semaine prochaine, Crisis of Character*, le fonctionnement du couple Clinton. Il a été en poste durant trois ans juste à l’extérieur du Bureau ovale.

Après avoir présenté le caractère « enjoué », de Bill Clinton, Byrne présente Hillary, qui « était expansive d’une autre manière ».

«Un jour, elle a jeté une Bible à l’arrière de la tête d’un agent affecté à son service. Il lui a dit froidement que c’était inacceptable ».

D’après Byrne, pour les agents des services secrets, être affecté auprès d’Hillary Clinton « représentait une forme de punition que faisait retomber sur eux une hiérarchie de type passif-agressif ».

Le tempérament colérique d’Hillary Clinton se laissait voir de plus en plus, à mesure qu’elle se sentait de plus en plus chez elle à la Maison blanche. « Elle passait ses colères sur tout le monde et cela a empiré avec le temps ».

« La plupart d’entre nous étions parés à assister à ses inévitables irruptions de colère », écrit Byrne. « Cela n’arrivait pas tous les jours, mais derrière les portes closes, nous en entendions parler très vite. En public, elle était la meilleure amie de tout le monde. En privé, elle était elle-même ».

Un jour, écrit Byrne, elle a dit à un agent des services secrets « d’aller se faire foutre » après avoir dit à un autre « d’aller au diable ».

« Lors d’une réunion des officiers en uniforme, un jeune officier s’était présenté, tout perplexe : ‘Hé, nous n’allez jamais me croire, mais quand j’ai croisé la Première dame, elle m’a dit d’aller me faire foutre !’. Ce à quoi un autre jeune officier répondit : ‘Tu trouves ça épouvantable ? Je l’ai croisée sous la colonnade ouest, et je lui ai seulement dit : ‘Bonjour Madame’. Elle m’a répondu ‘Va te faire enculer’. ‘Tu veux rire ?’ ‘Va te faire enculer !’. Il l’imitait, le doigt tendu.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Le sergent de l’unité se refusait à croire cette histoire, « mais un autre officier la corrobora ». « Le sergent est resté sans voix », écrit Byrne. « Nous avons certifié au bleu que cela ne se passait pas comme ça en temps normal – du moins, pas sous l’administration précédente. Le sergent fulminait ».

[…]

Elle traitait les agents des services secrets de « trous du cul »

Dans un autre extrait obtenu en exclusivité par Breitbart News, Byrne raconte un épisode dans lequel Hillary Clinton, dans un accès de rage, hurlant des obscénités, traitait les agents des services secrets de « trous du cul », convaincue qu’ils étaient « contre eux ».

« Ils nous ont baisés, Bill ! » hurlait-elle. J’essayais de contenir mon fou rire. Le président faisait de son mieux pour la calmer, mais elle était incapable de relativiser. « Nous devons nous débarrasser de ces trous du cul, Bill ! » Elle se croyait forte, elle croyait avoir l’autorité… Elle fulminait, parce que pour elle, les hommes dont je faisais partie, la Division en uniforme des services secrets, n’étaient que des restes laissés par Bush père, des hommes déloyaux qui conspiraient contre l’administration. « Ils étaient contre nous depuis le début ! » hurlait-elle.

« Nous n’étions que du mobilier pour eux », écrit Byrne, parlant du couple Clinton, ajoutant que des carrières se faisaient ou se défaisaient sous le coup des colères d’Hillary et de ses lubies. « Mais mon travail était intéressant, grâce aux vitupérations d’Hillary. Elle m’explosait à la figure, sans aucune retenue, sans se soucier des convenances ».

Le livre de Gary Byrne, dont la sortie est prévue dans une semaine, fait déjà partie des meilleures ventes d’Amazon, et il préoccupe quelque peu l’équipe de campagne d’Hillary Clinton. Mais il leur sera difficile de discréditer Byrne et ses mémoires, l’homme étant extrêmement décoré et loué par ses supérieurs. Il connaissait si bien les Clinton qu’il avait été appelé à témoigner devant un grand jury au moment du scandale Lewinsky.   

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction et adaptation Azénor pour Dreuz.info.

Source Breitbart News : breitbart.com

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz