Quantcast
Publié par Atikva le 1 juillet 2016
Fredericton
Fredericton

Des emails échangés entre les administrateurs d’un lycée canadien révèlent les problèmes créés par l’admission de réfugiés syriens adultes qui tyrannisent et menacent les étudiants et les professeurs, et tentent de séduire les adolescentes, de force.

Les étudiants canadiens choqués du langage sexuellement explicite des réfugiés devant les jeunes étudiantes

Un message du chef du Département des Etudiants Internationaux allait jusqu’à exprimer la crainte que le massacre de Bruxelles incite les réfugiés à l’émuler.

Alertée par un renseignement concernant le Lycée canadien Fredericton du New Brunswick – qui s’est vu contraint d’accueillir un grand nombre de réfugiés Syriens – l’agence de presse TheRebel a présenté une demande d’accès à l’information du lycée concernant l’intégration des immigrants syriens et les problèmes qu’ils représentent.

En réponse, TheRebel a reçu plus de 2.700 emails !

En raison du nombre de témoignages, l’agence a dû publier plusieurs rapports diffusés cette semaine lors de leur émission quotidienne télévisée «La Chasse», animée par la journaliste Faith Goldy.

Faith Goldy a raconté lundi que l’un des emails reçus faisait état de l’agressivité des migrants syriens envers les professeurs «particulièrement en ce qui concerne les adolescentes, et dénonçait l’intimidation de leurs autres camarades de classe.»

L’un des employés de l’école mentionnait «des problèmes concernant la répartition des élèves par genre et par âge – surtout lorsqu’il s’agit des jeunes sœurs de ces élèves adultes».

Un autre email mentionnait que les étudiants canadiens étaient choqués du langage sexuellement explicite dont usaient les réfugiés devant les jeunes étudiantes.

Le rapport diffusé lundi citait un professeur qui avait dénoncé l’agressivité des réfugiés envers un étudiant juif.

Après les attentats de Bruxelles, les étudiants de « culture étrangère » manifestent une « excitation » inquiétante

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Dans celui de mardi figurait un email adressé le jour du massacre de Bruxelles par le Chef du Département des Etudiants Internationaux de Fredericton à plusieurs employés de l’école (y compris à son Directeur) les mettant en garde contre «l’impact que les événements d’Europe pourraient avoir sur le groupe d’étudiants de culture étrangère, qui manifestent une excitation inquiétante.»

Un autre email mentionnait un réfugié qui s’était vanté d’inclure le maniement des grenades propulsées par fusées (RPG) parmi ses hobbies. Une enquête a révélé que près de 20 pour cent des réfugiés approuvaient le viol conjugal et l’avortement forcé.

L’investigation de l’agence TheRebel a été déclenchée par le commentaire sur facebook d’un parent d’élève, selon lequel des réfugiés de 22 ans «portant la barbe et plus costauds que les membres d’une équipe de hockey» avaient été enrôlés dans l’école et faisaient d’infructueuses avances à des lycéennes de 14/15 ans.

Le parent d’élève ajoutait que les Syriens «avaient commencé par s’attaquer à des élèves d’un an plus jeunes auprès desquelles ils avaient rencontré un certain succès. La situation est vraiment horrible, les étudiants canadiens sont absolument écœurés mais n’osent pas parler par crainte d’être traités de racistes.»

Le Daily Caller avait précédemment rapporté qu’un journal canadien s’était auto-censuré en relatant les sévices infligés par des réfugiés syriens aux élèves d’une école primaire. TheRebel a par la suite interviewé des membres de l’école qui ont confirmé les faits.

Les emails et autres documents sur lesquels TheRebel a basé son rapport sont disponibles sur internet.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction et adaptation Atikva pour Dreuz.info.

Source : therebel.media

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz