Quantcast
Publié par Atikva le 12 juillet 2016

epaselect GERMANY MIGRANTS

D’après le sondage effectué mardi, la peur grandit chez les Allemands. Les attaques terroristes, les extrémistes et les répercussions possibles de la crise des migrants viennent en tête de leurs inquiétudes.

Comme rien de tout cela n’est fictif ou subjectif (les Allemands sont encore sous le choc des incidents du 31 décembre), il ne s’agit pas d’un sentiment d’inquiétude, mais d’une préoccupation réelle.

Un an avant les élections fédérales de la plus grande puissance économique d’Europe, l’enquête annuelle de la compagnie d’assurance R+V révèle que 49 % des Allemands, soit une augmentation de 10 % par rapport à l’année précédente, partagent ces craintes.

« C’est la première fois que nous constatons une telle montée de la peur en l’espace d’une seule année » a déclaré Brigitte Roemstedt, la directrice du Centre d’information de R+V qui a mené l’enquête auprès de 2 400 Allemands.

Les massacres perpétrés par des islamistes dans les pays voisins, France et Belgique, ont mis l’Allemagne en état d’alerte. Les migrants récemment admis en Allemagne — plus d’un million — sont pour la plupart originaires de pays musulmans, dévastés par les guerres civiles, tels que la Syrie et l’Iraq, et les Allemands s’interrogent non seulement sur le coût grandissant d’une telle immigration de masse, sur les facultés (ou intentions) d’intégration des immigrants, et sur le risque terroriste grandissant du fait que les récents attentats ont été commis par des djihadistes infiltrés parmi les réfugiés.

« Les attaques terroristes, les émeutes extrémistes, sans compter l’opposition politique à l’arrivée de ces masses d’immigrants incontrôlées menacent le besoin traditionnel de sécurité des Allemands » a déclaré Manfred Schmidt, politologue de l’Université Ruprecht-Karls de Heidelberg qui a participé à l’enquête en tant que consultant.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

La peur du terrorisme, en tête de liste des préoccupations allemandes, est passée de 52 % l’année dernière à 73 % cette année.

L’extrémisme politique vient ensuite et préoccupe 68 % des Allemands contre environ 34 % l’année dernière. Un nombre grandissant d’Allemands, soit 67 % cette année – une augmentation de 18 % par rapport à 2015 – craint par-dessus tout que ces vagues de migration causent des frictions entre les Allemands de souche et les étrangers déjà installés sur leur sol.

La campagne électorale de 2017 servira sans nul doute de plateforme aux divers partis politiques désirant proposer leurs propres solutions à ces problèmes. Parti qu’il est devenu commun d’appeler populistes pour humilier leurs électeurs — en vain.

D’ailleurs le parti conservateur de la Chancelière Angela Merkel et son alliance avec le centre gauche des démocrates sociaux a perdu le soutien des électeurs en faveur du parti AfD (Alternative pour l’Allemagne).

Lundi 11 juillet, Angela Merkel s’est sentie contrainte d’avouer que : « le flot de réfugiés a même été utilisé pour faire passer des terroristes, » en réponse à l’annonce faite par le directeur des renseignements allemands Hans Georg Maassen que 17 militants de l’État islamique (ISIS) sont entrés en Europe en prétendant être des réfugiés.

Un attentat en préparation à Dusseldorf a également été évité lors de l’arrestation d’un groupe de jihadistes syriens qui s’apprêtaient à passer à l’attaque — et sont arrivés parmi les migrants.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction et adaptation Atikva pour Dreuz.info.

Sources :

reuters.com

express.co.uk

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz