Publié par Jean Vercors le 18 juillet 2016

11854373_f1024

Un 9 tamouz il y a 774 ans, le Talmud était brûlé sur la Place publique. L’attentat de Nice qui a fait 84 morts et 200 blessés s’est produit un 9 tamouz…

Suite aux accusations d’un juif apostat, Nicolas Donin de La Rochelle, exclu par la communauté juive autour de l’an 1229 pour ses positions hérétiques, se convertit au christianisme et rejoint l’Ordre des Franciscains.

Le procès du Talmud, ou disputation de Paris (hébreu : ויכוח פריז Vikouah Pariz) fut un évènement majeur de l’histoire des Juifs et de leur relation à la chrétienté.

Nicolas Donin

Au XIIIe siècle, de nouveaux arguments s’ajoutèrent à la recrudescence de l’hostilité envers les juifs. Des institutions spéciales avaient été créées par ­l’Inquisition, l’ordre des Dominicains – pour extirper toutes les hérésies. L’intérêt de l’Inquisition fut éveillé par le contenu du Talmud.

En 1236, Nicolas Donin se rend à Rome et réussit à convaincre le pape Grégoire IX que le Talmud tient des propos insultants contre le christianisme.

Le Talmud, base de l’étude juive, est composé de la Mishna (le recueil des lois orales mis par écrit au IIIe et IVe siècle), et de la Guemara (commentaires et discussions rabbiniques sur la Michna, la Torah, les cinq livres de Moïse, loi écrite).

Le pape

En 1199, le pape Innocent III instaure des mesures énergiques, tant sur le plan théologique lorsqu’il décrète que le peuple ne peut se baser que sur le clergé pour interpréter la Bible, que sur le plan politique, lorsqu’il fait inclure dans le concile du Latran de 1215 nombre de mesures destinées à exclure les Juifs de la société chrétienne.

En 1239, le pape Grégoire édicte une bulle contenant une liste de trente-cinq arguments contre le Talmud, compilée par Nicolas Donin, stipulant, entre autres, qu’il attaque les non-juifs.

Grégoire adresse sa missive aux rois d’Espagne, d’Angleterre et du Portugal et leur ordonne de confisquer, dans ces trois royaumes, le Talmud le premier shabbat de Carême, c’est-à-dire le 3 mars 1240, alors que les Juifs sont en prière, et de « brûler sur le bûcher ces livres dans lesquels vous trouverez des erreurs de ce genre ».

Le pape Innocent IV, qui succède à Grégoire IX en 1243, jugera par la suite que le Talmud doit être corrigé plutôt que purement et simplement interdit et détruit, ce qui permet de censurer les passages jugés offensants et laisse la possibilité aux Juifs de continuer à étudier.

Le procès

Ces mesures trouvent un écho important chez le roi Louis IX, dit Saint Louis, qui souhaite réaliser l’idéal du roi chrétien, bras séculier de l’Église. Il encourage personnellement les conversions au christianisme, versant notamment une pension aux convertis et à leur famille afin de compenser la confiscation de leurs biens.

St Louis décide donc d’organiser une « disputation », une discussion théologique entre ecclésiastiques et rabbins. Le « procès du Talmud » a lieu à Vincennes entre mai et juin 1240.

Organisé à l’instigation de Donin, le procès du Talmud oppose ce dernier et des ecclésiastiques à quatre rabbins, dirigés par Yehiel de Paris en présence du roi Louis IX de France. Commencé en 1240, il se conclut par la crémation de nombreux exemplaires du Talmud sur la place de Grève (Hôtel de Ville de Paris) en 1242. Il crée un précédent sur lequel s’appuieront d’autres disputations judéo-chrétiennes, principalement en Espagne.

Le tribunal rendra sa sentence, et le Talmud sera jugé blasphématoire, « un livre ignoble qu’il convient d’incinérer ».

Le 20 juin 1242, la condamnation fut appliquée : vingt-quatre charretées d’exemplaires du Talmud, de la Michna et du Midrash (près de 10 000 manuscrits originaux très anciens) furent brûlées en place de Grève (l’actuelle place de l’Hôtel-de-Ville à Paris).

À une époque où l’imprimerie n’est pas encore née, c’est une perte inestimable pour le judaïsme européen dont les dégâts sont considérables.

Rabbi Meir de Rothenburg, le Maharam, sera témoin de l’incendie. L’évènement, dûment consigné dans les sources chrétiennes, est également le sujet de la kina Sha’ali Seroufa de Meïr de Rothenburg, qui le compare à la destruction du Temple.

Il décrit : « Mes larmes ont formé un fleuve qui a atteint le désert du Sinaï et les tombes de Moshe et Aharon. Y a-t-il une autre Torah pour remplacer la Torah que vous nous avez prise ? »

Le Beth-Din de l’époque décréta un jeûne régulier qui fut respecté jusqu’à la Révolution française.

Les juifs convertis

Les défections au judaïsme suscitent à la fois le mépris des Juifs et la méfiance des chrétiens, le zèle de certains à se faire accepter s’accompagnant d’une distanciation extrême de leur ancien milieu.

Ainsi, c’est un juif baptisé qui convainc Louis IX de rétablir l’usage de la rouelle. Et ce sont des juifs convertis qui rapportent aux autorités ecclésiastiques chrétiennes diverses accusations envers les Juifs et leur littérature, au point que, dans la littérature contre-missionnaire des Juifs, les « infidèles » ne désignent pas les chrétiens mais bien les Juifs convertis.

Nicolas Donin de La Rochelle est l’un de ces convertis.

Renvoyé de l’académie talmudique de Yehiel de Paris et excommunié par celui-ci, il a vécu reclus plusieurs années avant de se convertir au christianisme et d’entrer dans les ordres franciscains. Il rédigera en 1236 la lettre au pape Grégoire IX condamnant le Talmud.

Nicolas Donin s’est aussi distingué par la haine qu’il éprouvait envers ses anciens coreligionnaires, et l’on retrouve à peu près les mêmes aujourd’hui : il organisa le baptême forcé des juifs d’Anjou et de Poitiers, 500 juifs de ces lieux préférèrent le baptême à la mort tandis que la majorité, 3000 martyres en tout, préférèrent la mort en sanctifiant le nom de Dieu.

Détruire le Talmud pour détruire les Juifs

Donin savait que ce qui alimentait la ferveur de la foi des juifs était le Talmud. Il pensa que s’il pouvait détruire le Talmud, il pourrait plus facilement éradiquer les Juifs.
Après ces événements, Yehiel de Paris parti pour la Terre sainte, accompagné de trois cents disciples. Il fonda à Acco (Saint Jean d’Acre) la célèbre Yechiva des Sages de Paris.

Un jeûne a été institué la veille de Chabbat parachat ‘Houkat pour commémorer la tragédie de l’autodafé du Talmud, ce qui permet de mesurer la gravité, à l’époque, de cet épisode pour les Juifs de Paris.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean Vercors pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

20
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz