FLASH
[19/08/2017] JPG le prévoyait ce matin, et voilà: 3 sénateurs demandent 1 enquête sur Sebastian Gorka, conseiller de Trump et des liens aux nazis  |  #Finlande, la police traite l’attaque comme un acte terroriste. Le jihadiste marocain était un migrant demandeur d’asile  |  #Barcelone : c’est l’Etat islamique en Allemagne qui a revendiqué les attentats de Barcelone  |  #Barcelona: Un imam de Ripoll pourrait être impliqué dans la série d’attentats  |  L’État islamique revendique également l’attentat de #Cambrils (1 mort 6 blessés)  |  Effet #Trump : le nombre hebdomadaire de chômeurs vient de baisser à son plus bas point depuis mars 1973  |  #Barcelona: Les explosifs de l’atelier de fabrique des bombes d’Alcanar qui a sauté sont les mêmes que pour les attentats de Paris  |  Russie : attaque au couteau à Surgut – 8 blessés. Assaillant tué par la police  |  Attentat de #Finlande : le jihadiste est un marocain (comme à Barcelone) – 5 autres ont été arrêtés  |  [18/08/2017] Quand il y a 1 attentat en Israël, Barcelone dit « les islamistes résistent aux crimes d’Israël ». Barcelone a commis quels crimes?  |  On peut supposer que le général Kelly a exigé le départ de Steve Bannon, conseiller de Trump  |  Après les attentats, la Pologne appelle l’UE à «fermer la porte» à l’immigration  |  Steve Bannon évincé de la Maison-Blanche. Pourrait retourner à Breitbart News  |  Venezuela : l’assemblée pro-gouvernement confisque le pouvoir à l’opposition  |  Sur Facebook, la députée du Missouri dit espérer que « Trump sera assassiné ». Le gouverneur demande sa démission  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 10 août 2016

unnamed

La politique d’apaisement et d’aveuglement envers l’islam radical menée dans toute l’Europe occidentale, sous l’égide de Bruxelles et des dirigeants politiques pusillanimes, voire complices, est en train d’apporter ses fruits amers et sanglants, et ce n’est sans doute qu’un début.

La vague de migrants arrivés de Libye et de Syrie, via la Turquie, n’a fait qu’aggraver la situation.

La Suède est devenue la capitale mondiale du viol par tête d’habitants. Les agressions commises en Allemagne lors de la nuit du Nouvel An n’ont été qu’un point d’orgue dans une vague d’agressions multiples qui semble irrépressible. La France, la Belgique, le Royaume Uni ne sont pas épargnés.

La France est particulièrement touchée, parce qu’elle est le pays où vit le plus grand nombre de Musulmans en Europe, et parce que le gouvernement s’en est pris aux islamistes dans plusieurs pays, sans sembler s’imaginer que des représailles pourraient suivre – ce qui relève d’un aveuglement criminel. 

Plus de deux cent cinquante personnes ont perdu la vie dans des circonstances atroces depuis janvier 2015 (chiffre auquel il faut ajouter les victimes de l’abject Mohamed Merah à Montauban et dans l’école Ozar Hatorah de Toulouse), mais la Belgique a été touchée fortement et paie le prix de l’existence en son sein de quartiers tels que Molenbeek : elle vient de l’être une fois de plus à Charleroi. Le Royaume Uni l’a été lui-même une fois encore à Londres, où une Américaine a été tuée au couteau.

Après la récente attaque djihadiste menée à Munich, Angela Merkel, qui a une responsabilité particulièrement lourde dans ce qui se passe, a indiqué qu’elle ne changerait pas de cap et allait continuer, de fait, à détruire l’Allemagne et davantage que l’Allemagne, puisque les frontières sont ouvertes.

Les tentatives de dissimuler les faits et de nier l’évidence se sont multipliées, et le discours parlant de « loups solitaires » ou d’adolescents qui ont mal tourné a laissé place à des discours parlant de gens déprimés, voire de militants d’extrême droite disciples d’Anders Breivik.

Les populations européennes sont de moins en moins dupes et savent que les déprimés et les disciples d’Anders Breivik qui crient Allahou Akbar ont quelque chose en commun qui n’est pas nécessairement la dépression ou l’admiration pour Anders Breivik, et qui a nettement à voir avec l’islam pris au pied de la lettre.

Les services de renseignement de plusieurs pays d’Europe savent ce que savent les populations européennes et s’attendent au pire.

Les services de renseignement américains sont plus alarmistes encore que les services de renseignement européens.

Ecraser l’Etat Islamique n’empêchera pas les attentats

Le pilonnage subi par l’Etat Islamique en Syrie et en Irak, même s’il parvenait à détruire l’Etat Islamique là où il est né, ne pourrait empêcher le pire de survenir, et les rapports des services de renseignement américains le disent explicitement. Ils disent même que le pilonnage des positions de l’Etat Islamique en Libye ne changeront rien.

Ecraser totalement et de manière massive les positions de l’Etat Islamique sera très difficile et n’empêchera pas des attentats.

Cet écrasement ne pourrait être mené que par les Etats Unis, et Obama ne prendra aucune décision allant dans cette direction. Si, perspective cauchemardesque, Hillary Clinton devait lui succéder, ce qui n’est pas impossible, elle ne prendrait vraisemblablement elle-même aucune décision allant dans cette direction.

Cet écrasement risque dès lors de ne pas avoir lieu.

La conséquence pourrait être la montée en puissance encore accentuée de partis de droite extrême dans toute l’Europe, un ébranlement, voire un démantèlement de l’Union Européenne où aucun pays ne dispose d’une armée à même de contrer ce qui vient.

Elle pourrait être, si les Etats Unis ne se redressent pas et choisissent Hillary Clinton, une influence croissante de la Russie sur l’Europe occidentale : c’est cette influence que cherche Poutine.

Elle pourrait être une recomposition du monde autour d’un axe Moscou-Téhéran-Pékin, axe auquel pourrait s’ajouter Ankara : le glissement vers l’autoritarisme d’Erdogan va de pair avec un rapprochement entre Erdogan et la Russie.

Elle pourrait être un monde où l’Europe occidentale ne résisterait à l’islamisation qu’en glissant elle-même vers des solutions autoritaires et vers la soumission à l’axe qui prend forme.

Elle pourrait être un monde plus instable, moins libre, moins prospère, davantage strié de violence.

Je pense que c’est ce monde qu’a voulu Obama. Il a été le premier Président anti-américain des Etats Unis et le grand destructeur de l’hégémonie américaine.

Si Hillary Clinton devait lui succéder, elle serait le deuxième Président anti-américain des Etats Unis et achèverait la destruction.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Les grands médias, tant en Europe occidentale qu’aux Etats Unis sont de gauche et veulent passionnément la victoire de Hillary Clinton : la gauche a toujours été anti-américaine et hostile aux valeurs de liberté.

Ceux qui voudraient vivre dans un monde plus stable, plus libre, plus prospère, moins violent risquent d’avoir des années très difficiles

Les détenteurs de quelques unes des plus grandes fortunes en Europe occidentale et aux Etats Unis sont également de gauche : ils sont eux aussi hostiles aux valeurs de liberté et savent que la gauche repose sur deux systèmes de redistribution : celui qui permet d’acheter les voix des pauvres en bas de l’échelle sociale, et celui qui permet d’acheter les politiciens. Cela s’appelle le crony capitalism, le capitalisme d’accointance. Dans le crony capitalism, on achète un politicien, et celui-ci rembourse en accordant des faveurs, des contrats et des subventions.

Un monde plus instable, moins libre, moins prospère, davantage strié de violence ne dérange pas la gauche et ne dérange donc pas les grands médias et les crony capitalists.

Ceux qui voudraient vivre dans un monde plus stable, plus libre, plus prospère, moins violent risquent d’avoir des années très difficiles.

Présentement, des tueurs islamistes sont par milliers dans toute l’Europe. Ils vont tuer, et tuer encore, malgré les mesures de sécurité qui font ressembler les pays d’Europe occidentale à des pays en guerre.

Ceux qui ont aimé les années Obama vont, si rien ne change dans les semaines qui viennent et si Donald Trump ne parvient pas à inverser la tendance, et à contrer le torrent de propagande et les milliards de dollars de publicité négative déversés contre lui, adorer les années Hillary Clinton.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz