Publié par Jean Vercors le 13 août 2016

the-bizarre-story-of-kristallnacht-631-judea-declares-war-daily-express-evening-edition

 

Le 24 mars 1933, le Daily Express de Londres publiait un article annonçant que les Juifs avaient lancé leur boycott contre l’Allemagne et menacé de déclarer une guerre économique contre l’Allemagne nazie. The Express exhortait les juifs du monde entier à boycotter les produits allemands et à manifester activement contre les intérêts économiques allemands.

Le boycott de 1933 était un boycott des produits allemands lancé par les critiques étrangers du parti nazi en réponse à l’antisémitisme en Allemagne, suite à la montée d’Adolf Hitler, et sa nomination comme Chancelier de l’Allemagne, le 30 janvier 1933.

Le 27 mars 1933, la manifestation prévue au Madison Square Garden a réuni 40 000 manifestants (New York Daily News titre : « 40 000 manifestants contre Hitler »). Des rassemblements similaires et des marches de protestation ont également eu lieu dans d’autres villes. L’intensité de la campagne juive contre l’Allemagne était telle que le gouvernement Hitler a promis que si la campagne ne s’arrêtait pas, l’Allemagne déclencherait un boycott national des magasins appartenant à des Juifs.

Joseph Goebbels proclama une série de « contre-mesures raciales » contre les Juifs d’Allemagne en réponse aux protestations des Juifs américains.

En 1933, environ 500 000 Juifs vivaient en Allemagne, moins d’un pour cent de la population totale. La plupart des Juifs étaient fiers d’être Allemands, citoyens d’un pays qui a produit de nombreux grands poètes, écrivains, musiciens et artistes. Plus de 100 000 Juifs allemands avaient servi dans l’armée allemande pendant la Première Guerre mondiale, et beaucoup ont été décorés pour acte de bravoure.

Les Juifs ont occupé des postes importants au sein du gouvernement et ont enseigné dans les plus grandes universités allemandes.

Sur les trente-huit prix Nobel remportés par des écrivains et des scientifiques allemands entre 1905 et 1936, quatorze ont été attribués aux Juifs.

Le mariage entre Juifs et non-juifs a été de plus en plus commun. Bien que les Juifs allemands ont continué à rencontrer une certaine discrimination dans leur vie sociale et carrière professionnelle, la plupart étaient sûrs de leur avenir en tant qu’Allemands. Ils parlaient la langue allemande et considéraient l’Allemagne comme leur maison.

Quand les nazis sont arrivés au pouvoir, la vie des Juifs allemands changea radicalement.

Le 1er avril 1933, les nazis effectuaient un boycott des entreprises juives.

Les porte-parole nazis affirmèrent que le boycott était un acte de vengeance contre les Juifs et les étrangers allemands, y compris des États-Unis et les journalistes anglais qui avaient critiqué le régime nazi.

Le jour du boycott, les Storm Troopers se tenaient, menaçant, devant des magasins appartenant à des Juifs.

Des étoiles de David furent peintes en jaune et noir sur des milliers de portes et fenêtres. Les signes disaient : « N’achetez pas chez des Juifs » et « Les Juifs sont notre malheur. » Le boycott national a duré juste un jour, mais il a marqué le début d’une campagne nationale contre l’ensemble de la population juive allemande.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Une semaine plus tard, le gouvernement adoptait une loi limitant l’emploi dans la fonction publique aux « Aryens ». Les employés juifs du gouvernement, les enseignants des écoles publiques et des universités furent licenciés.

Le boycott national des entreprises juives

A 10 h, le 1er avril 1933, les membres SA et SS se tiennent devant des entreprises appartenant à des Juifs dans toute l’Allemagne pour informer le public que les propriétaires de ces établissements sont juifs.

Le mot « Jude » pour designer le « Juif » est écrit sur les vitrines de magasins, des étoiles de David sont peintes en jaune et noir, des signes anti-juifs accompagnent les slogans.

Dans certaines villes, la SA marche à travers les rues en chantant des slogans anti-juifs et des chansons du parti nazi. Dans d’autres villes, la violence accompagne le boycott. A Kiel, un avocat juif est tué. Le boycott officiel se termine à minuit.

Le 7 avril 1933, la loi exclut les juifs de la fonction publique

Le gouvernement nazi édicte une loi pour la restauration de la fonction publique professionnelle. Cette loi vise à exclure ceux qui sont considérés comme des opposants juifs et autres opposants politiques.

En conséquence, les employés de la fonction publique sont obligés de prouver leur « origine aryenne» documentant la religion de leurs parents et grands-parents.

Le boycott anti-nazi dura jusqu’à l’entrée en guerre des États-Unis. Malheureusement il n’arrêtera pas le harcèlement des Juifs en Allemagne.

En fait, il a accéléré les premières sanctions anti-juives, qui ont finalement abouti à l’Holocauste.

Le rabbin Stephen Wise, cependant, a caractérisé le boycott des nazis comme un impératif moral, en déclarant : « Nous devons parler », et « si cela est inutile, au moins nous avons parlé. »

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean Vercors pour Dreuz.info.

Sources

http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Holocaust/The_Anti-Nazi_Boycott.html

http://www.ushmm.org/

http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Holocaust/grobim.html

, http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Holocaust/stlouis.html

 

 

 

 

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz