Publié par Gaia - Dreuz le 26 août 2016

issa

Dans un discours du Ramadan prononcé à la mosquée Al-Aqsa, le religieux palestinien Cheikh Issam Amira a déclaré que « l’amitié et la tolérance envers les infidèles sont inacceptables », et a regretté que « le mot ‘hostilité’ soit tout à fait absent du vocabulaire politique moderne des musulmans ».

Prônant l’utilisation du terme « infidèle » et expliquant que « la stratégie de l’islam est l’hostilité envers les non-musulmans », Cheikh Amira a demandé :

« Quel genre de tolérance est possible avec ces gens-là ? »

Le discours a été prononcé le 18 juin 2016 et mis en ligne deux jours plus tard sur une page YouTube consacrée aux discours tenus à Al-Aqsa.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Extraits :

Ils veulent amoindrir la puissance des musulmans et la transformer en tolérance de pacotille

« Le verset du Coran dit : Puissant envers les infidèles, car l’amitié et la tolérance envers les infidèles sont inacceptables. La notion [de tolérance] est très dangereuse. L’on dit aux musulmans aujourd’hui : « Mon frère, l’islam est une religion de tolérance. Pourquoi n’es-tu pas tolérant ? Pourquoi utiliser des termes durs [pour désigner les non-musulmans] ? »

Une fois, j’ai participé à un débat où il était question de politique mondiale, et de nos relations avec l’Amérique et la Russie, et le mot « infidèles » a fusé.

Après la discussion, quelqu’un a objecté. Il a dit : « Mon frère, dis ‘Amérique’ et ‘Russie’, mais ne dis pas ‘infidèles’. »

Allah les a appelés « infidèles », alors pourquoi devrais-je avoir honte de les appeler ainsi ?

Ils veulent édulcorer ces termes percutants et puissants, qui incarnent la noblesse et la puissance des musulmans. Ils veulent amoindrir la puissance des musulmans et la transformer en tolérance de pacotille, envers ceux qui ont pillé nos terres, attaqué et détruit nos maisons, tué [des musulmans] et violé l’honneur de leurs femmes.

Quel genre de tolérance est possible avec ces gens-là ? Il n’existe qu’une sorte de châtiment pour ces gens-là : les arrêter, se venger d’eux et leur donner une leçon. Cela ne s’accomplit pas par le biais de la tolérance, de négociations ou de gentillesse. Cela ne s’accomplit que par la force. […]

Ces jeunes gens veulent mener le djihad. Pensez-vous leur rendre service en les empêchant d’atteindre le Paradis, en les gardant ici, où ils vivent comme des demi-hommes ?

La force signifie la puissance, l’absence de pitié, et l’hostilité.

Le mot « hostilité » est tout à fait absent du vocabulaire politique musulman moderne. Ils disent : « Faisons la paix et normalisons nos relations. Nul besoin de rester en état de guerre… »

Cela me rappelle les mensonges du damné Sadate, qui a dit, lorsqu’il a signé les Accords de Camp David : « Assez ! A partir de maintenant, je ne veux plus envoyer mes enfants à leur mort. »

Vous pensez que vous leur rendez service ?

Ces jeunes gens veulent mener le djihad. Pensez-vous leur rendre service en les empêchant d’atteindre le Paradis, en les gardant ici, où ils vivent comme des demi-hommes ?

Il doit y avoir de l’hostilité envers les infidèles.

Tout comme ils sont hostiles envers vous, vous devez être hostiles envers eux.

La stratégie en islam est l’hostilité envers les non-musulmans. »

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Memri

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz