Publié par Bernard Martoia le 9 août 2016

Iran terreur

Depuis le massacre perpétré contre la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, le gouvernement de Valls ne cesse de répéter que « nous sommes en guerre ».

Vraiment ? Et contre qui au juste ?

Si nous étions vraiment en guerre, comment un président de la République oserait-il se déplacer à Rio de Janeiro pour appuyer la candidature de la ville de Paris aux jeux olympiques de 2024 ?

Si nous étions vraiment en guerre, comment un gouvernement eût-il pu prendre la folle décision d’organiser la coupe d’Europe de football malgré la grave menace terroriste qui pesait sur notre territoire après le grand massacre du Bataclan le 15 novembre 2015 ? Sa décision était la réplique du jeu de la roulette russe. On a pavoisé parce qu’il n’y a pas eu de morts durant la fête sportive et on a annoncé, dans la foulée, la levée de l’État d’urgence. Quelle folie d’avoir confié le sort de milliers de supporters étrangers à ces amateurs, car le massacre a repris de plus belle à Nice après le bilan d’auto-satisfaction de notre ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve.

Si nous étions vraiment dans un État d’urgence, comment un gouvernement responsable eut-il laissé des gauchistes épancher leur rage dans la rue contre une réformette du code de travail qui ne résoudra en rien le casse-tête quotidien des entrepreneurs ?

Si nous sommes vraiment dans un État d’urgence, comment des juges rouges laissent-ils en liberté – surveillée ou non – des individus fichés S (personnes menaçantes pour la sûreté de l’État) alors que plusieurs d’entre eux sont passés à l’action ?

Si la Hollandie est en guerre, elle ne l’est que contre des ennemis imaginaires qui ne représentent aucune menace à la sûreté de l’Etat

  1. Contre les riches qui refusent de se laisser tondre comme des moutons et qui ont quitté notre enfer fiscal. Contre les fraudeurs fiscaux qui tentent de sauver leur patrimoine pour recevoir une toute petite retraite quand le système de retraite par répartition, qui est une vulgaire pyramide de Ponzi, sera inéluctablement en faillite. Hollande a été élu sur une seule proposition contre ses adversaires à la primaire du parti socialiste pour l’élection présidentielle de 2012 : «Mon ennemi est la finance !»
    Cela en dit long sur la crasse ignorance des 52% des citoyens français qui l’ont élu, mais ils en font les frais aujourd’hui avec l’inexorable montée du chômage.
    «Moi président normal, je ne me représenterai pas en 2017 si la courbe du chômage ne s’inverse pas.» Il pense benoîtement qu’il lui suffit de maquiller les statistiques de l’INSEE en rayant des milliers de chômeurs placés en formation bidon pour que sa candidature soit jugée recevable par l’opinion publique.
  2. Contre les veilleurs de nuit qui restent immobiles dans le froid, la pluie et le vent sur les parvis des sous-préfectures de France et de Navarre pour réclamer l’abolition de la loi de l’ex-garde des sceaux Christiane Taubira, qui est attentatoire à la famille traditionnelle, composée d’une mère et d’un père. Les manifestants contre la loi Taubira feraient partie de la fachosphère décrite par l’ex-compagne de Hollande Valérie Trierweiler dans son livre à succès « Merci pour ce Moment. » Les pratiquants catholiques apprécieront la comparaison.
  3. Contre les lanceurs d’alerte de l’effondrement économique du pays qui sont tournés en dérision par les journalistes du Monde sous le sobriquet moqueur de « déclinologues. » Pour ces tarés de l’information, le déclin économique de notre pays n’est qu’un tissu de mensonge inventé par ces salauds d’économistes libéraux. Le blog de votre serviteur intitulé « droite-conservatrice » a été fermé en décembre 2012 parce qu’il déplaisait autant à la fausse droite qu’à la vraie gauche.
  4. Contre les manifestants de l’occupation illégale de notre territoire par des clandestins et qui ont pris la défense des habitants de Calais esseulés et abandonnés par la Hollandie, dont la vie est devenue un enfer, avec cette jungle tentaculaire qui arrive aux portes de leurs maisons.
    Cinq manifestants courageux ont été arrêtés et sévèrement malmenés lors de leur garde à vue de 48 heures. Le brave général en retraite Christian Piquemal a eu un malaise cardiaque après son arrestation à Calais, le 8 février 2016.
  5. Contre les parents de victimes assassinées qui, outre cette perte douloureuse, ont eu à subir le déshonneur de figurer sur le mur des cons érigé par le syndicat de la magistrature, dans ses locaux du 13ème arrondissement de Paris. La photo du général Philippe Schmitt y figurait, car sa fille Anne-Laure avait été lardée de dix-sept coups de couteau pour avoir résisté vaillamment à un violeur, dans une rame du RER D le 7 novembre 2007.
    Ce syndicat qui vomit l’armée représente un tiers des juges de ce pays.
    Et la Hollandie nous rabâche sa « justice sociale » alors que les Français veulent simplement que la justice leur soit rendue. Il est grand temps que ces juges rouges soient remplacés par d’autres, qui soient élus démocratiquement par le peuple, comme c’est le cas aux États-Unis d’Amérique.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Oui, la Hollandie et ses épigones sont en guerre contre les Français de souche

Les Français ne supportent plus les massacres perpétrés à grande échelle au nom d’une religion mortifère, avec la complicité des juges rouges qui laissent en liberté les individus fichés S. Et la Hollandie de justifier cette liberté de circulation des assassins au nom de la protection de l’État de droit. Mais la Hollandie le bafoue sans cesse !, comme en témoigne la pression exercée sur la policière Sandra Bertin pour modifier le rapport qu’elle devait établir sur le dispositif policier mis en place le 14 juillet à Nice. Et le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve de répondre à cette grave accusation de falsification du rapport en se plaçant comme une victime de la calomnie.
Non, monsieur le Ministre, vous n’êtes pas une victime mais l’édile discret des coups bas de la Hollandie.

Pas de pitié pour le peuple français qui se révolte contre les barbares mahométans !

Un homme a été condamné à six mois de prison avec sursis par un juge de Nancy pour avoir déposé des lardons dans la boîte aux lettres d’une mosquée, le lendemain de l’égorgement du prêtre Jacques Hamel, à l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, alors qu’il officiait la messe. Et ces deux barbares se sont filmés en chantant la victoire contre un prêtre sans défense de 86 ans ; victoire revendiquée peu après par l’État islamique d’Iraq et du Levant (ISIL).

Cet ennemi couard et barbare ne mérite pas le droit de la guerre classique prônant le respect de l’adversaire

L’État de droit ne s’applique pas aux barbares qui égorgent nos prêtres, nos policiers et nos chefs d’entreprise.

Tous les moyens doivent être employés pour les éliminer discrètement. Pas de procès qui leur assurerait une tribune à leur cause. Même méthode que celle employée durant la guerre d’Algérie.

Réponse stéréotype à leurs familles : votre fils est disparu. Point barre !

Si nous voulons vraiment gagner la guerre, alors il faut donner les moyens à l’armée, avec l’instauration de l’État de siège, chose plus sérieuse que l’État d’urgence galvaudé par la Hollandie.

Oui, la conciliatrice Hollandie est en guerre contre les Français de souche et contre un ennemi lointain, dénommé « Daesh » alors que l’ennemi circule avec arrogance à l’intérieur de nos frontières. Winston Churchill disait qu’un conciliateur, c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé.

Que retiendra l’histoire de la Hollandie ?

Une insolente péroraison en guise d’action !

Le sociologue Émile Durkheim (1858-1917) évoquait l’anomie, dans son livre sur le suicide, pour décrire une situation sociale caractérisée par la perte ou l’effacement des valeurs morales, religieuses et civiques, et le sentiment d’aliénation et d’irrésolution qui en résulte. Ce recul des valeurs conduit à la destruction de l’ordre social. C’est le diagnostic de la France d’aujourd’hui, après 48 années de sape par l’esprit soixante-huitard, symbolisé par le mur des cons du syndicat de la magistrature.

En attendant cette fin de règne qui paraît interminable aux honnêtes gens, des millions de touristes étrangers boudent la France cet été.

Mais nos journalistes collaborateurs de l’islam considèrent qu’il s’agit d’un mauvais grain passager à surmonter, comme celui essuyé par des marins en haute mer.

Ils ne s’interrogeront pas sur la cause, qui n’est pas conjoncturelle mais structurelle. La radicalisation de la jeunesse arabe est un fait avéré dans les écoles qui n’ont pas respecté la minute de silence en faveur des journalistes de Charlie Hebdo. Et cette radicalisation est aggravée par les réformateurs de l’école, avec leur sempiternelle repentance à propos de notre passé colonial, la fin de l’enseignement de notre roman national historique, et le gauchisme qui fait croire aux élèves qu’ils n’ont que des droits mais pas des devoirs envers la société.

Avec ces horribles massacres, perpétrés au nom d’une religion mortifère qui n’a pas sa place dans notre vieille Europe judéo-chrétienne, les potentiels visiteurs ne sont pas prêts de revenir l’été prochain.

Après la tuerie de Nice, Manuel Valls a répondu sèchement au député Laurent Wauquiez : « Pour qui nous prenez-vous ? » La réplique qui n’a pas été donnée dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale est qu’il faut se débarrasser de cette Hollandie bouffie d’orgueil avant qu’il ne soit trop tard.

La guerre civile n’a besoin que d’une étincelle pour embraser le pays.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Bernard Martoia pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

14
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz