Publié par Guy Millière le 22 août 2016

1609400.main_image

La France a été agitée ces derniers jours par diverses tensions suscitées par le burkini, cette burqa que les femmes musulmanes sont censées porter pour se baigner.

Il y eut d‘abord une journée burkini dans un parc aquatique de Marseille, journée qui fut annulée suite à une vague de protestations. Il y eut ensuite une agression découlant du burkini sur une plage en Corse : des accompagnateurs mâles de femmes en burkini se sont transformés en agresseurs quand des touristes non musulmans se sont intéressés au spectacle étrange constitué par des fantômes noirs venant se plonger dans la mer. Des Corses ont volé au secours des touristes non musulmans. La violence offensive a conduit à la violence défensive. Des villes balnéaires ont pris des arrêtés municipaux interdisant le port du burkini sur la plage. Des associations musulmanes ont, bien sûr, crié au « racisme islamophobe ».

7a5

Ce que cache le burkini (très mal nommé, puisqu’il ne présente pas le moindre lien de parenté avec le bikini) n’est pas tant le corps des femmes qui le portent que ce dont ces femmes sont les instruments et les soldats : la conquête de l’espace public, des mœurs, des coutumes, des pratiques quotidiennes par l’islam.

Cette conquête fait partie intégrante d’une entreprise de conquête plus large qui touche aux secteurs juridiques, économiques, politiques, et géopolitiques, et cette entreprise est en cours.

Elle est l’autre face du djihad mené présentement contre le monde occidental.

Le djihad violent vise à faire peur et à intimider, de façon à imposer peu à peu la soumission et ce qui en découle : la censure et l’autocensure, l’accroissement des coûts de transaction, les entraves mises aux déplacements, aux voyages, aux spectacles. Ses succès sont en la matière impressionnants, et accablants.

Le djihad apparemment non violent vise aussi à faire peur et à intimider et à imposer la soumission, mais il le fait par d’autres moyens.

Il présente l’islam comme une race, accuse tout critique de l’islam d‘être raciste, et recrute ainsi à son service les mouvements anti-racistes, de façon à ce que plus aucun discours critique de l’islam ne puisse se tenir, sinon de manière marginale.

Il décrit quiconque ironiserait sur l’islam comme jetant de l’huile sur le feu, et prépare ainsi le terrain qui mène des journaux à ne pas publier ce que les dessinateurs de Charlie Hebdo ont osé publier.

Le voile islamique est marqueur d‘un refus des sociétés ouvertes et de l’égalité de droit entre les hommes et les femmes

Il occulte la réalité de l’islam et de l’histoire du monde musulman et les remplace par de la propagande : celle qui présente sans cesse l’islam comme une religion de paix, et les djihadistes violents comme les membres de sectes n’ayant rien à voir avec l’islam.

Il présente le voile islamique, voire la burqa (ou le « burkini »), comme de simples « signes religieux » et pas comme ce qu’ils sont : des marqueurs d‘un refus des sociétés ouvertes et de l’égalité de droit entre les hommes et les femmes, des façons d‘occuper l’espace public en y imposant la vision islamique de l’humanité, et en y renvoyant les femmes non voilées vers la façon dont l’islam les voit, des prostituées, de la chair fraiche offerte à qui veut la consommer.

Le djihad apparemment non violent repose sur ce que l’islam appelle la dawa, l’invitation. Et cette invitation est incitation pressante à se plier à la vision musulmane du monde. Elle ressemble à une offre qu’on ne peut refuser sous peine d‘en subir les conséquences.

La France est un pays où la dawa avance et a déjà conquis un terrain immense. Tous les partis politiques sont sous l’emprise de la dawa, à des degrés divers. L’église catholique est sous l’emprise de la dawa. Les grands médias sont sous l’emprise de la dawa, comme le système scolaire.

De temps à autres des signaux d'alarme sont tirés. Mais cela semble inutile.

Divers hommes politiques parlent d‘un islam de France, censé être différent de l’islam du Luxembourg ou du Liechtenstein et n’avoir, bien sûr, rien à voir avec l’islam pratiqué ans l’ensemble du monde musulman.

Ils sont dhimmi, et pour comprendre, il faut lire les travaux, essentiels, de Bat Ye’or.

Ou bien ils sont idiots et ne savent pas de quoi ils parlent. Ou bien ils mentent pour avoir des électeurs musulmans et toucher quelques chèques. Ou bien ils tremblent.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Non seulement l’islam n’est pas une religion de paix, mais une religion de guerre dont le but est de conquérir la terre.

L’islam est, depuis le temps de Mohamed un système total, un totalitarisme conçu pour avancer de manière inlassable et pour conquérir.

La France est déjà profondément conquise, et inverser le cours des choses sera difficile.

Significativement, les Corses qui ont pratiqué la violence défensive sont en position d‘accusés, et les grands médias, pour la plupart, renvoient dos à dos agresseurs musulmans et agressés non musulmans. Au lendemain de l’assassinat du Père Hamel, l’église de France s’est empressée de disculper l’islam et de tenir un discours servile.

Le reste de l’Europe occidentale n’est guère en meilleur état que la France.

Il est très tard. Des pays d‘Europe centrale résistent. Israël résiste. Poutine semble vouloir sauver la Russie, mais la Russie compte un nombre important de Musulmans.

Les Etats Unis ont longtemps résisté, mais depuis Obama ne résistent plus. Donald Trump tient un discours de résistant et parle du conflit entre l’islam et le monde occidental comme d‘une nouvelle guerre froide. Il a raison.

Le temps devrait être celui de l’endiguement, puis des poussées menant à l’effondrement, ce que Ronald Reagan appelait en son temps roll back.

Donald Trump parle de roll back. Il a ce courage.

S’il n’est pas élu et si c’est au contraire Hillary Clinton, une femme vendue à l’islam radical, qui accède à la présidence, la situation sera très grave, bien plus grave qu’elle n’est déjà.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

6
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz