Publié par Christian Larnet le 6 septembre 2016

60feda9161fe5b3ef8ca470d08baf2e1b062cc92

Un musulman d’origine sénégalaise a été interpellé à Courbevoie, avec la tête de sa mère décapitée entre les mains.

Mise à jour au 12 septembre : Plusieurs personnes nous indiquent le coupable n’est pas musulman, contrairement aux premières informations que nous avons reçu. Ils ne disent pas que le coupable a donné plus de 200 coups de couteau à sa mère qui disait de lui qu’il s’agit d’un gentil garçon, qu’il l’a éviscérée et répandu ses entrailles dans tout l’appartement, avant de la décapiter. Ces mêmes personnes qui travaillent sans relâche pour protéger l’islam, et nous sautent dessus le 1% des fois où nous faisons une erreur, restent totalement silencieux pour les 99% des fois où les attaques sont commises par des musulmans. Déplorable.

Les médias ont décidé de cacher qu’il s’agit d’un musulman — 95 % des Sénégalais sont musulmans — et sauf erreur, la décapitation au couteau est une « spécialité halal ». Vu le procédé, le doute serait imprudent.

L’homme, 25 ans, arrêté pour violences en 2014 et 2016 mais laissé libre pour ne pas le victimiser, a été interpellé lundi soir à Courbevoie (Hauts-de-Seine) au 8e étage d’un immeuble de la place Charras, la tête de sa mère décapitée entre les mains.

La police est intervenue vers 21 h 30, alertée par les voisins qui ont « entendu les cris d’une femme ».

Avant d’entrer, ils ont entendu l’homme scander « Dieu, Dieu »…

ils ont alors découvert le corps éviscéré et décapité de sa mère, âgée d’environ 54 ans, et son fils, un couteau en céramique dans une main, la tête de sa mère dans l’autre, et au sol, des ciseaux qui ont pu servir au crime.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Plusieurs décharges de taser ont été nécessaires pour maîtriser l’individu « surexcité », a indiqué une source.

Durant l’arrestation, « Ses propos étaient incohérents même s’il a invoqué Allah à un moment ».

La police judiciaire des Hauts-de-Seine est chargée de l’enquête. Les médias parlent de « fait divers » et de « démence »… Ben voyons.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Sources : leparisien.frlepoint.fr

41
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz