Publié par François Sweydan le 27 octobre 2016

territoire transjordanien.

Comme l’a si bien écrit David Ruzié (Source : Desinfos.com) : «il faut généralement une longue période pour qu’une population manifeste sa volonté de s’ériger en nation et de s’organiser en Etat. Mais, passons, bien que l’on n’ait pratiquement pas parlé de «peuple palestinien» avant 1967». En effet, le «peuple palestinien» n’existait pas encore en tant que tel, la première charte de l’OLP (créée en 1964) ne revendique pas la création d’un «État» en Palestine, l’idée est venue en 1968, après la guerre des Six Jours de 1967. La nouvelle charte de l’OLP déclare le territoire de la Palestine mandataire comme «indivisible» et comme la «patrie du peuple arabe palestinien». Yasser Arafat qui s’était rapproché de la confrérie des Frères musulmans dans sa jeunesse ne fut pas étranger à l’idéologie religieuse islamique sous-jacente à l’engagement politique ; les deux sont intimement reliés en islam.

Le mythe territorial est immanquablement à relier à un autre, celui, religieux, islamique (devenu islamiste avec le Hamas) selon lequel le Prophète Mohammad chevauchant al-Bouraq, l’«Éclair», un équidé ailé à visage de femme, la robe blanche et une queue de paon, et accompagné de l’ange Gabriel, se rend à Jérusalem. Sur place, en l’an 2 avant l’Hégire, soit autour de l’année 620 de l’ère chrétienne, après avoir dirigé la prière des Prophètes (devant Abraham, Moïse et Jésus !), il s’éleva depuis le Rocher sacré vers les sept cieux où il vit un à un tous les grands Prophètes et enfin discuta avec Allah du nombre de prières quotidiennes à imposer aux musulmans ; Moïse était de l’entretien et y participa, selon la légende. Bien entendu, selon cette légende le Prophète se rendit également au mur du Temple.

Selon la tradition islamique, la monture du Prophète Mohammad a été attachée au mur occidental lors de son voyage à Jérusalem. À l’endroit précis où il attacha le Bouraq, une petite mosquée fut construite dans le coin sud-ouest de l’Esplanade des mosquées.

Nulle trace avant le XIVe siècle (Ibn Furkah) du voyage nocturne du prophète Mohammad vers Jérusalem

Ce qu’on omet le plus souvent de dire –et qu’on occulte intentionnellement en Occident de cette dernière version mythologique, est qu’elle date du XIVe siècle seulement (Ibn Furkah) ; nulle trace avant, encore moins des époques ultérieures à la naissance de l’islam.

Tout au plus, au VIIIe siècle (Ibn Ishaq), probablement sous le calife Abd al-Malik (685-705), les Omeyyades de Syrie ont sacralisé les lieux dans la volonté de détourner le pèlerinage pour des raisons politiques d’hégémonie, d’opposition à Mekka et de prestige, nullement avant. Enfin, l’identification du point de départ de Mohammad au Rocher sur lequel est construit le dôme apparaît dans les sources au Xe siècle seulement, avec le développement de la littérature liée au Miraj, et se renforce après la première domination croisée sur Jérusalem (1099-1187).

C’est donc au Dôme du Rocher que le Prophète Muhammad serait arrivé depuis la Mecque lors de l’Isra (ou «Voyage nocturne» ; Coran, 17:1) et d’où il serait monté au paradis, lors du Miraj, en chevauchant son Bouraq ?

Difficile de croire à ce songe qui suscita d’ailleurs le scepticisme de son entourage (hormis Abu Bakr pour des raisons politiques de pouvoir et de conquêtes territoriales), d’autant que la créature fantastique est incontestablement une réminiscence du Pégase grec, ce cheval ailé, généralement blanc, ayant pour père Poséidon. Celui-ci monta au ciel après sa naissance et se mit au service de Zeus, le roi des dieux, qui le chargea d’apporter les éclairs et le tonnerre sur l’Olympe. Curieuse analogie du Bouraq avec Pégase, arrivé aux Arabes avec l’Empire romain et la province romaine d’Arabie Pétrée (en 106 : la conquête du royaume Nabatéen).

Cela dit, revenons au présent…

Un État palestinien qui veut se bâtir dans la négation coranique séculaire du juif, et sur un conte merveilleux et fantasque, produit de l’imaginaire ?

Est-ce vraiment une réalité historique incontestable ou sommes-nous en pleine imposture ?

Le mythe fut pris pour le réel, cautionné par la propagande religieuse islamiste fanatique «moderne» des Frères musulmans dès 1935 avec Hadj Mohammed Amin al-Husseini, le grand Mufti de Jérusalem et proche de Hitler. En effet, dès cette époque, l’organisation des Frères musulmans entre en contact avec Amin al-Husseini et participe à la Grande Révolte arabe de 1936-1939 en Palestine mandataire, dont ce dernier fut l’instigateur. En 1945, Saïd Ramadan (père de Tariq et Hani Ramadan, petits-fils de Hassan el-Banna fondateur des Frères musulmans) crée une branche armée arabe de Palestine. Elle avait pour objectif de combattre le mouvement sioniste. De nombreux militants fréristes avaient participé à la guerre de 1948, destinée à anéantir l’État d’Israël naissant. Enfin, c’est en 1946 que Yasser Arafat rencontre Amin al-Husseini (il se disait le petit-neveu du grand mufti de Jérusalem) et entre dans son organisation et tant qu’activiste, et participe à l’achat et l’envoi d’armes aux partisans du Mufti.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

En un mot, au-delà du mythe et de ses protagonistes politiques des années 1940, la réalité est ailleurs : c’est le passé islamo-impérialiste des origines, comme celui assurément implicite et sous-jacent au nationalisme panarabe des années 1935-1948, qui est perpétuellement réactualisé, exactement d’ailleurs comme au temps des Croisades.

Il est incarné aujourd’hui par le Hamas (et même par l’autorité palestinienne) dans la ligne directe de l’idéologie religieuse et nazie d’Amin al-Husseini et des Frères musulmans.

C’est l’antijudaïsme et la judéophobie (mais aussi, au passage, la christianophobie) du texte coranique qui sont au cœur de la problématique depuis «Amr Ibn al —«As et Abou Bakr

Dès mars 634, ils conquièrent Gaza et marchent sur Césarée (Qaysariyya). Ensuite, le calife Omar ibn al-Khattab entre à Jérusalem en 638, au début des conquêtes islamiques sanglantes du Machreck, de l’Égypte et du Maghreb.

C’est au début de sa mission à la Mecque, et pendant son séjour à Médine (en 622) que le Prophète de l’Islam se tournait pendant quelque temps en direction de Jérusalem et que fut instaurée la première des deux qiblas vers laquelle les musulmans s’étaient d’abord orientés pour prier (Coran, Al-Baqarah, «La Vache», 2:142). Car, entre temps, les païens d’Arabie avaient placé leurs idoles dans la (nouvelle) Maison d’Allah à la Mecque, la Kaaba, là où il y a la Pierre noire antéislamique (nabatéenne ?) devenue paradoxalement islamique ensuite (d’où les récentes menaces de «Daesh» de détruire prochainement la Kaaba, car réminiscence païenne à ses yeux). Le Prophète ne voulant pas se tourner vers des idoles pour prier prit la qibla (l’orientation) en direction de Jérusalem.

N’ayant pas réussi à avoir l’adhésion des juifs de Médine et leur conversion à l’islam avec cette tentative de séduction— et de mainmise sur Jérusalem— une nouvelle «révélation» du Prophète enjoignit les musulmans de cesser de prier en direction de Jérusalem.

Les Juifs de Médine méprisèrent alors les musulmans et leur dirent qu’ils dépendaient d’eux et n’avaient pas une qibla séparée. En 624, deux années après l’Hégire, n’ayant pas réussi à avoir l’adhésion des juifs de Médine et leur conversion à l’islam avec cette tentative de séduction— et de mainmise sur Jérusalem— une nouvelle «révélation» du Prophète enjoignit les musulmans de prendre désormais la Kaaba pour qibla (Coran, Al-Baqarah, «La Vache», 2:143-144). Allah ayant enfin demandé à Son messager de délaisser l’orientation de la prière musulmane en direction de Jérusalem et de se tourner à nouveau vers la Mecque où se trouve Sa Maison, la Kaaba, construite selon la légende islamique par Abraham et son fils Ismaël.

Origine de la haine obsessionnelle et grandissante des juifs, des chrétiens et des païens

Depuis la Bataille de Badr en 624, la première du Prophète qui inaugure la notion de jihad belliqueux, l’expansionnisme territorial, la naissance de l’islam politique, et le concept d’État islamique, règne leur haine tenace, obsessionnelle et grandissante des juifs (des chrétiens et des païens, dans la foulée).

Elle se manifeste dans la révélation coranique médinoise (révélation qui s’arrêta vers 632), d’autant plus que la tribu juive ayant refusé de combattre auprès du Prophète Mohammad, ou ayant collaboré contre lui (?) a été accusée de traîtrise (la question est très controversée, lacunaire et largement contestée).

Cette haine du Prophète commença auparavant déjà par la persécution de deux tribus juives de Médine, les Banu Qaynuqa (625) et les Banu Nadir (626), razziées et exilées d’Arabie (pour alliance aux Quraychites polythéistes).

Ensuite, la troisième tribu des Banu Qurayza fut massacrée et anéantie (entre 600 et 900 personnes décapitées), après la Bataille du fossé en 627, ses biens partagés entre musulmans, les femmes et les enfants réduits en esclavage.

En bref, nous avons ici la première épuration ethnico-religieuse de l’histoire de l’islam. Celle-ci s’est perpétuellement répétée par une liste impressionnante d’épurations ethniques et religieuses, depuis les origines des conquêtes islamiques à nos jours, partout où l’islam s’est propagé et s’est installé selon la stratégie du nettoyage par le vide.

Entre le passé mythologique et le réel du présent, ils sont encore et toujours, en ce début du XXIe siècle, aux mêmes mythes, au même esprit fanatique et obsessionnel de conquête et d’appropriation islamique des origines, aux mêmes décapitations barbares et au même antijudaïsme viscéral originel. Aussi bien chez les musulmans d’Occident, eux aussi quasi-ignorants ou amnésiques de ces faits, au nom d’Allah et de son Prophète.

Que l’Occident ne perde pas de vue qu’une reconnaissance d’un «État de Palestine» «islamiste» devrait se baser sur un réel tangible, nullement sur une mythologie religieuse historicisée et, au fond, hautement islamo-conquérante depuis les origines.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © François Sweydan pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

42
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz