Publié par Jean-Patrick Grumberg le 16 octobre 2016

nujood-ali

C’est l’histoire d’une petite fille mariée à 9 ans, et qui a trouvé la force, à l’âge de 10 ans, de divorcer de son mari, beaucoup plus vieux qu’elle.

Nojoom, 18 ans, raconte :

« Je m’appelle Nojoom, j’avais 10 ans et j’ai été mariée à un homme qui avait plus de trente ans quand j’ai eu 9 ans.

Je me suis échappée deux mois après mon mariage arrangé, et je me suis acharnée à trouver un juge qui pourrait me divorcer, alors qu’il n’existait aucune loi contre le mariage avec un enfant. »

Nujood Ali — de son vrai nom — avait 9 ans quand ses parents l’ont forcée à se marier à Faez Ali Thamer.

Elle a été battue par la famille de son mari, violée par lui à plusieurs reprises, avant de s’échapper le 2 avril 2008, deux mois après le mariage.

Sur les conseils de la seconde femme de son père, elle est allée frapper à la porte d’un tribunal local pour demander le divorce — une première, du jamais vu, une demande en totale contradiction à la tradition tribale de la région.

Elle a attendu là pendant toute une journée, avant qu’un juge, Mohammed al-għadha, remarque sa présence et la questionne. Touché par son histoire, il a pris le risque énorme de lui accorder refuge, et de faire incarcérer son père et son mari.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Quelques années plus tard, le Yémen sombrait dans la guerre, et ce qui servait d’infrastructures au pays le plus pauvre de la région était dévasté, détruit.

Le Yémen a produit un film tiré de cette histoire vraie de Nujood Ali. Il est dirigé par Khadija al-Salami, qui elle-même a été mariée de force à l’âge de 11 ans, et va le présenter aux Oscars.

En novembre 2008, la revue Glamour désignait Nujood Ali et son avocate Shada Nasser femmes de l’année.

L’islam est un système politico-religieux barbare, arriéré, monstrueux même, qui applique aujourd’hui l’esclavage en Mauritanie et dans les palais princiers d’Arabie saoudite, asservit la femme en Iran, en Afghanistan, au Qatar et au Pakistan, persécute et tue les homosexuels, les athées, les chrétiens, les juifs et les apostats, et historiquement, vit du pillage, du massacre, et de la conquête des territoires des peuples qu’il terrorise et extermine, comme en Turquie, jadis majoritairement chrétienne, et maintenant à 99,8 % musulmane après plusieurs génocides, massacres et persécutions.

La gauche occidentale a longtemps réussi à faire croire qu’elle était la championne de la défense des droits de l’homme, des droits des femmes, de l’égalité hommes femmes, des minorités, et qu’elle luttait contre le racisme et les discriminations.

Elle l’a longtemps fait croire, oui.

Et puis un jour, elle insista pour ouvrir les bras à l’islam, comme si elle suffoquait, dans son inconscient malade et nihiliste, de cacher sa honteuse vérité.

Les musulmans installés par elle en Europe, le bon peuple s’aperçut vite que la gauche arrêtait brusquement ses combats, ses attaques et ses critiques devant la porte mahométane, pour devenir le docile paillasson de l’islam.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Nujood Ali et Shada Nasser
Nujood Ali et Shada Nasser

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

12
0
Merci de nous apporter votre commentairex