Publié par Christian Larnet le 5 octobre 2016

bernard-de-la-villardiere-agresse-durant-un-reportage-pour-dossier-tabou-le-zapping

Au cours de son reportage sur l’islam, Bernard de La Villardière, le présentateur de M6, a été agressé par des musulmans de Sevran, que le journaliste a décrit comme étant un « mélange de salafistes et de dealers ».

Interrogés par Buzzfeed, ces derniers contestent. Car c’est évident, il n’y a ni salafistes ni dealers à Sevran.

En revanche, ils affirment que de La Villardière était malpoli. Là encore, c’est évident : lorsqu’ils traitent poliment le journaliste de trou du cul, ce dernier aurait dû baisser les yeux, se soumettre, et il ne le fait pas, le malpoli.

La réalité est que si de La Villardière a été agressé à Sevran (Seine-Saint-Denis), lors tournage de son reportage controversé consacré à l’islam, Dossier Tabou, c’est parce que Sevran fait partie des zones de non droit : les Français n’y ont plus de droits, la loi de la république ne s’y applique plus, c’est une autre loi qui s’applique, celle de la charia, où l’infidèle est inférieur au musulman.

Quel crime a commis le journaliste pour être ainsi agressé par les musulmans ? Il était en train d’interviewer Dhaou Meskine, le propriétaire de la salle de prière surnommée « la mosquée de Daech », sans avoir obtenu la permission des responsables musulmans du quartier.

Mais voici comment les mahométans réécrivent l’histoire :

« S’ils ont perturbé le tournage, disent-ils, c’est parce que le journaliste et ses collègues ont manqué de délicatesse et de politesse ». « Lorsqu’on a vu les trois caméramans et l’animateur devant le propriétaire de la mosquée, on est allés les voir pour les saluer et pour avoir des précisions sur les motifs du reportage. […] Sauf qu’aucun des journalistes n’a répondu à nos bonjours. La Villardière nous a simplement ignorés […] ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Agacés de ne pas savoir sur quoi porte le reportage, les musulmans deviennent immédiatement virulents et agressifs à l’égard de l’équipe de tournage. Ils bousculent et agrippent les journalistes par leurs manteaux, les repoussent, agressent le caméraman, et lancent : « Hey arrête de filmer trou du cul, on veut dire bonjour ».

Là où leur récit ne colle pas, c’est que l’islam, c’est bien connu, est une religion tolérante, de paix et d’amour. Il n’est donc pas compréhensible que ces musulmans, devant la mosquée, en présence du propriétaire de la mosquée, aient été agressifs. A moins que, nous aurait-on menti, et l’islam ne serait pas une religion pacifique ?

Territoires occupés

Dans le reportage, on entend un musulman local affirmer : « Quand vous venez dans une cité, vous n’êtes pas chez vous ».

Bernard de La Villardière, qui visiblement ne sait pas qu’il existe déjà en France des territoires annexés par l’islam (à moins qu’il le sache et qu’il voulait en apporter la preuve à ceux qui nient), répond : « Je suis dans mon pays, j’ai le droit de faire ce que je veux ». Quel naïf ! C’était vrai il y a 30 ans.

Comme s’il venait d’arriver de la planète Jupiter, de La Villardière ajoute : « Vous allez me laissez bosser? […] Ça vous embête qu’on parle de cette mosquée ? »

Ce à quoi un des futurs maîtres de la France répond : « A raconter de la merde, ouais ça nous gêne ».

Raconter de la merde ? Comment peut-on dire quoi que ce soit de négatif sur l’islam ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz