Publié par Jean-Patrick Grumberg le 5 novembre 2016

wikileaks-clinton

Après les nouveaux scandales et affaires de corruption qui impliquent Hillary Clinton, révélés par les derniers Wikileaks, la présidente du parti Vert et candidate à l’élection présidentielle Jill Stein a expliqué que pour elle, la coupe est pleine.

Elle a réclamé, dans un tweet, que le gouvernement fédéral dépose plainte contre la candidate démocrate.

Jill Stein, qui ne soutient évidemment ni Donald Trump ni Hillary Clinton, a dénoncé l’hypocrisie des médias, lesquels, il n’y a encore pas si longtemps, publiaient avec enthousiasme Wikileaks qui expose les secrets d’Etat, et lorsqu’il s’agit de Clinton, font exactement comme les gouvernements que dénonce Assange : tout pour le réduire au silence.

Stein en a remis une couche contre les journalistes de gauche qui mettent en garde que «Trump tenterait de censurer le journalisme critique»– alors que c’est eux qui censurent les révélations de WikiLeaks qui a exposé les relations «privilégiées» entre les médias (Donna Brazile de CNN qui a plusieurs fois donné les questions des débats à Clinton), qui lui soumettent pour approbation les articles qu’ils vont publier (New York Times), et la préviennent à l’avance lorsqu’un article un peu critique doit sortir, pour qu’elle ne soit pas prise par surprise et qu’elle ait le temps de préparer sa réponse.

Glenn Greenwald, l’avocat et journaliste militant du Guardian qui a risqué sa carrière pour publier les secrets de la NSA volés par Edward Snowden, a déclaré que la collusion entre les médias et la campagne Clinton— par exemple la décision de donner à l’avance les questions d’un débat à la primaire démocrate contre Bernie Sanders, représente des «graves irrégularités».

Jill Stein a plusieurs dénoncé que les médias font tout pour faire élire Hillary Clinton et diffamer ses opposants, parce que «ce sont de très gros donateurs de sa fondation.»

«Pourquoi les médias poussent ainsi Hillary et traînent dans la boue ses opposants ? demande Jill Stein sur Twitter, parce que ce sont de très gros donateurs de sa fondation».

«90 % des médias américains sont contrôlés par 6 consortiums. Le système à deux partis les a enrichis ; il n’est donc pas surprenant qu’ils la propulsent vers la présidence: #FollowTheMoney [suivez la filière de l’argent].»

Internationale écologique pour un Monde solidaire oblige, j’attends évidemment d’Emmanuelle Cosse et Daniel Cohn Bendit qu’ils prennent position dans le sillage des Verts d’Amérique, qu’ils soutiennent les propos de Jill Stein, et dénoncent la turpitude d’Hillary Clinton.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

4
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz