Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 novembre 2016

ap-election-night-results-blacks-for-trump-supporters

Les médias sont désespérés. Ils ont fait une fantastique campagne électorale pour faire gagner leur candidate, ils dominaient l’info parce qu’ils en ont le monopole, et Clinton a pourtant perdu.

L’un des premiers chiffres de la structure de l’élection corrige un gros mensonge des journalistes, qui décrivent l’électeur de Trump avec dédain comme étant un « mâle blanc sans éducation ».

Les médias aiment ajouter « raciste, sexiste, xénophobe, homophobe, islamophobe et irrécupérable ».

Qu’ils se souviennent cependant qu’Hillary Clinton les a devancés en décrivant les électeurs de Trump comme « un panier de gens déplorables », et cela ne lui a pas porté chance : des centaines de milliers de démocrates ont tourné le dos à Clinton et voté pour Trump.

Mais ce sont surtout les noirs qui ont scellé la victoire de Donald Trump, apprend-on maintenant — et l’on voit ici pourquoi les socialistes ne veulent pas de statistiques ethniques qui révéleraient des vérités qui les dérangent :

Les Afro-Américains se sont détournés d’Hillary Clinton

  • Plus d’un million d’Afro-Américains ont tourné le dos à Hillary Clinton, comparé à l’élection de 2012, et les sondages révèlent que la raison majeure est qu’ils n’ont pas confiance en elle.
  • 15,6 millions d’Afro-Américains ont voté démocrates, contre 16,7 millions en 2012.
  • L’effet a été dévastateur :
    • Trump a gagné le Wisconsin avec seulement 27 000 voix de plus qu’Hillary,
    • Le Michigan avec seulement 12 000 voix,
    • La Pennsylvanie avec 68 000 voix de plus que sa concurrente.

Le vote noir pour le candidat républicain a progressé

  • 13 % des hommes afro-américains ont voté pour Trump, contre 11 % pour Mitt Romney en 2012.
  • Le vote féminin noir a été de 4 %, contre 3 % en 2012.

Conclusion

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

frierson

La conclusion va certainement déplaire aux journalistes et experts qui noircissent constamment l’image de Trump — et vont la noircir pendant les 8 ans de sa présidence (S’il réalise ce qu’il a promis, il sera certainement réélu) pour que vous le détestiez parce qu’eux le détestent. Et hélas, pour beaucoup qui prétendent ne pas être influencés par les médias, cela fonctionne très bien.

La conclusion est que si les Afro-Américains avaient voté démocrates comme en 2012, c’est Hillary Clinton qui aujourd’hui serait présidente.

Ah j’oubliais presque de dénoncer cet autre mensonge : Trump a battu Clinton sur le vote féminin blanc par 53 % contre 43 %.

Et vous avez sans doute compris que les médias sont si corrompus et malhonnêtes, que rien de ce qu’il accomplira de positif pour le peuple américain pendant son premier mandat ne sera rapporté par les journalistes.

Mais comptez sur Dreuz pour ne pas les laisser vous intoxiquer. Nous serons là pour vous rapporter les faits.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz