Quantcast
FLASH
[18/04/2019] #Sarthe : Prise d’otages au supermarché Super U de Bessé-sur-Braye, les gendarmes sur place  |  Effet Trump: Les demandes hebdomadaires de prestations d’assurance-chômage chutent pour la cinquième semaine consécutive, tombant au niveau le plus bas depuis septembre 1969  |  Effet Trump: Les ventes au détail aux États-Unis augmentent au rythme le plus rapide depuis septembre 2017  |  Le président israélien Rivlin vient de charger Netanyahou de former son 5e gouvernement  |  [16/04/2019] Omar Barghouti : « j’ai fondé BDS pour boycotter Israël, pourquoi suis-je boycotté et interdit d’aller aux Etats-Unis ? »  |  Elections israéliennes : après tous les recomptes, Naftali Bennet et Ayelet Shaked sont retoqués  |  Notre Dame : Si les entreprises de rénovation sont coupables alors leurs assurances payerons. Le fait qu on accepte les dons laisse craindre que c’est un attentat  |  Incendie de Notre-Dame : la mairie de Paris débloque 50 millions d’euros pour la reconstruction. N’est ce pas formidable que la mairie ait autant d’argent bloqué !  |  Ca a du bon d’avoir des riches. Un milliardaire français offre 100 millions pour réparer Notre Dame  |  [15/04/2019] L’antisémite Alain Soral condamné à 1 an de prison pour négationnisme – un peu dommage, les autres vont maintenant être plus discrets au lieu d’être repérés et rééduqués  |  [11/04/2019] Effet #Trump : 55% des Américains approuvent la politique de Trump. 58% approuvent l’économie sous Trump (sondage Georgetown)  |  Le président soudanais Ahmad Al Bashir, criminel de guerre du Jihad, évincé par un coup d’État  |  La Haute Cour israélienne approuve la démolition de la maison du tueur de l’adolescente juive israélienne Ori Ansbacher  |  Julian Assange (WikiLeaks) a été arrêté par la police britannique  |  [10/04/2019] Transparence : Les consultations entre le président Rivlin et les chefs des partis seront retransmises en direct pour la première fois dans l’histoire israélienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 16 novembre 2016

Depuis la houleuse campagne électorale, certains locataires des lieux voulaient « une identité neutre qui s’adresse à tous les résidents ».

Pendant des années, la marque Trump s’est affichée fièrement sur des centaines de bâtiments dans le monde. Le magnat new-yorkais de l’immobilier a même fait du commerce de son nom l’essentiel de son business, qui consiste désormais à nouer des partenariats avec des promoteurs qui construisent hôtels, golfs et bâtiments de bureaux ou d’habitations sur lesquels ils apposent le patronyme du milliardaire en échange du versement de royalties.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Mais depuis la houleuse campagne électorale qui a abouti à l’élection de Donald Trump, certains ont du mal à assumer le lien avec le nouveau président des Etats-Unis. C’est le cas de centaines de locataires de trois immeubles situés sur Riverside Boulevard, dans l’Upper West Side de Manhattan, qui viennent d’obtenir le retrait du nom de leur résidence, Trump Place, de leur façade.

Prises de positions contraires aux « valeurs » du foyer

Un collectif s’est en effet constitué en octobre pour prendre la tête d’une pétition intitulée « Dump the Trump Name » (se débarrasser du nom de Trump). Ne supportant plus la multiplication des déclarations à l’emporte-pièce du républicain, les locataires ont demandé à leur propriétaire de prendre ses distances avec la fameuse marque.

Ils dénoncent pêle-mêle le « traitement effrayant des femmes par Trump, son passé raciste, ses attaques contre les immigrés ou ses blagues sur les handicapés », qui sont « contraires aux valeurs » de leur foyer et font« insulte » aux personnels de ces structures dont beaucoup sont d’origine étrangère.

Façade, papier à en-tête du syndic, uniformes

M. Trump avait participé au développement de ce complexe immobilier avant qu’il ne soit revendu à Equity Residential, une société de Chicago cotée en Bourse, qui avait gardé le nom. Celui-ci se retrouve non seulement sur la façade, mais aussi sur le papier à en-tête du syndic et sur les uniformes de ses employés.

C’est d’ailleurs ce détail qui a mis la puce à l’oreille des locataires. Ces derniers jours, la direction de l’immeuble a pris les mesures des réceptionnistes pour leur faire confectionner de nouveaux habits de travail sans le nom de Trump.

Et puis, mardi 15 novembre, ils ont reçu un courrier leur indiquant que le propriétaire avait accédé à leur demande. Les immeubles prendront dorénavant pour nom le numéro de l’adresse : 140, 160 et 180, Riverside Boulevard. « Le but de ce changement est d’adopter pour le bâtiment une identité neutre qui s’adresse à tous les résidents actuels et futurs », justifie la lettre.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Lemonde

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :