Quantcast
FLASH
[18/04/2019] #Sarthe : Prise d’otages au supermarché Super U de Bessé-sur-Braye, les gendarmes sur place  |  Effet Trump: Les demandes hebdomadaires de prestations d’assurance-chômage chutent pour la cinquième semaine consécutive, tombant au niveau le plus bas depuis septembre 1969  |  Effet Trump: Les ventes au détail aux États-Unis augmentent au rythme le plus rapide depuis septembre 2017  |  Le président israélien Rivlin vient de charger Netanyahou de former son 5e gouvernement  |  [16/04/2019] Omar Barghouti : « j’ai fondé BDS pour boycotter Israël, pourquoi suis-je boycotté et interdit d’aller aux Etats-Unis ? »  |  Elections israéliennes : après tous les recomptes, Naftali Bennet et Ayelet Shaked sont retoqués  |  Notre Dame : Si les entreprises de rénovation sont coupables alors leurs assurances payerons. Le fait qu on accepte les dons laisse craindre que c’est un attentat  |  Incendie de Notre-Dame : la mairie de Paris débloque 50 millions d’euros pour la reconstruction. N’est ce pas formidable que la mairie ait autant d’argent bloqué !  |  Ca a du bon d’avoir des riches. Un milliardaire français offre 100 millions pour réparer Notre Dame  |  [15/04/2019] L’antisémite Alain Soral condamné à 1 an de prison pour négationnisme – un peu dommage, les autres vont maintenant être plus discrets au lieu d’être repérés et rééduqués  |  [11/04/2019] Effet #Trump : 55% des Américains approuvent la politique de Trump. 58% approuvent l’économie sous Trump (sondage Georgetown)  |  Le président soudanais Ahmad Al Bashir, criminel de guerre du Jihad, évincé par un coup d’État  |  La Haute Cour israélienne approuve la démolition de la maison du tueur de l’adolescente juive israélienne Ori Ansbacher  |  Julian Assange (WikiLeaks) a été arrêté par la police britannique  |  [10/04/2019] Transparence : Les consultations entre le président Rivlin et les chefs des partis seront retransmises en direct pour la première fois dans l’histoire israélienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 17 novembre 2016

jh-copy

La gauche américaine est en état de choc. Des psychologues assistent les étudiants lessivés au politiquement correct dans nombre d’universités du pays.

Les grands médias, de CNN au New York Times, tentent de justifier leur partialité et leur cécité tout en répandant de fausses rumeurs ramassées dans des fonds de poubelle sur Steve Bannon, devenu stratège en chef de la future administration Trump, et qui serait « antisémite », ce qui est le contraire absolu de la vérité, comme le clame présentement mon ami David Horowitz, Juif, grand défenseur d’Israël, grand pourfendeur de l’antisémitisme. La gauche américaine n’a plus que cela, la calomnie. Et ce n’est que le début.

Elle a aussi les manifestations, les émeutes, le vandalisme, les menaces de mort. Il existe dans plusieurs grandes villes américaines une situation quasi insurrectionnelle. La famille Trump et Donald Trump lui-même sont protégés comme jamais.

Si la gauche américaine se comporte ainsi, c’est qu’elle sait qu’elle a beaucoup à perdre et que Donald Trump, dès le mois de janvier, va anéantir tout ce qu’Obama a mis en place depuis huit ans, et va tenter de reconstruire les Etats-Unis, après plus de quatre décennies d’un travail de sape qu’Hillary Clinton était censé parachever.

La gauche américaine est d’autant plus enragée qu’elle ne s’attendait pas à se retrouver dans cette situation. Par son génie stratégique et celui de Kellyanne Conway, directrice de campagne (qui, dans les grands médias, dit que c’est la première fois qu’une femme dirige une campagne présidentielle victorieuse aux Etats-Unis ?), celui aussi de Steve Bannon, que la gauche américaine a toutes les raisons de détester, Donald Trump a accompli l’impossible.

Il a su faire revenir vers le parti républicain ceux qu’on a appelés les Reagan democrats au temps de Ronald Reagan, mais aussi toute une frange d’Afro-Américains et de latinos. Il a réussi à gagner des Etats qui semblaient perdus à jamais pour les républicains, ainsi le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie. Sa victoire s’est accompagnée du maintien de majorités républicaines dans les deux chambres du Congrès, ce qui permettra à Trump d’avoir un pouvoir législatif avec lequel travailler. Les Républicains hostiles à Trump ont, pour la plupart, discerné dans quel sens souffle le vent et se sont ralliés. Un juge respectant la Constitution va être nommé en remplacement d’Antonin Scalia, deux ou trois autres positions de juges á la Cour Suprême seront sans doute vacantes au cours des quatre années à venir, ce qui signifie que la Cour Suprême sera conservatrice pour vingt années au moins.

Tout en anéantissant ce qu’Obama a mis en place depuis huit ans, Trump va très vite rebâtir.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Il y aura un axe économique, dont l’épine dorsale sera une baisse d’impôts et une dérégulation massives, accompagnées d’une incitation au retour des capitaux d’entreprises américaines présentement hors des frontières américaines. La croissance devrait repartir assez rapidement, et les économistes qui travaillent pour Donald Trump (parmi d’autres, Stephen Moore, Larry Kudlow) prévoient une croissance de 4 pour cent dans un délai de 12 à 18 mois. Le chômage réel (bien supérieur aux 4,9 pour cent affichés par divers journaux gobant les falsifications) devrait baisser. Des incitations au retour au travail devront être introduites aux fins de diminuer le nombre d’assistés permanents.

Il y aura un axe « sécurité intérieure », reposant sur l’élimination des villes sanctuaires (n’en déplaise à leurs maires), sur l’expulsion des criminels étrangers illégalement sur le territoire, et sur une action plus drastique de la police dans les quartiers de non-droit.

Il y aura un axe « environnement et énergie » : Trump va faire sortir les Etats-Unis des accords néo-communistes sur le pseudo changement climatique, nommer un scientifique digne de ce nom à la tête de l’EPA, renforcer le recours aux ressources énergétiques américaines.

Il y aura un axe « défense », avec la reconstruction d’une armée forte, après les coupes sombres subies par le secteur militaire ces dernières années. Il y aura des opérations ponctuelles contre l’islam radical. Il y aura un changement d’attitude dans les pays ennemis des Etats-Unis, qui commencent d’ores et déjà à comprendre qu’un President digne de ce nom sera bientôt à la Maison-Blanche.

Il y aura la renégociation de divers accords internationaux, un changement d’attitude très profond vis-à-vis de l’Iran (reprendre ce qu’Obama a concédé sera difficile, mais remettre en place des sanctions américaines sera facile), mais aussi vis-à-vis de la Chine et de la Russie : Trump a des conseillers (Walid Phares, Michael Flynn) qui savent que le danger principal aujourd’hui n’est pas Poutine, mais le totalitarisme islamique, et qui savent aussi que face au chaos planétaire ligué par Obama, il n’est pas possible de remédier à toutes les situations dangereuses d’un seul coup et en même temps.

Ceux qui ne comprennent rien à rien imagineront que Trump est l’ami de Poutine, qu’il est protectionniste, qu’il est isolationniste.

Tout cela est faux.

Mais ceux qui ne comprennent rien à rien s’en apercevront bien plus tard. Non seulement ils ne comprennent rien à rien, mais ils sont très occupés à mentir à plein temps. Je ne relève même plus leurs mensonges.

Donald Trump est un entrepreneur planétaire et il raisonne en entrepreneur planétaire. Il a écrit un livre qui s’appelle Trump : The Art of the Deal*, et c’est un grand négociateur. C’est un homme qui sait mettre en place des rapports de force et qui sait le faire pour gagner.

Ceux qui ne comprennent rien à rien prennent Trump pour un imbécile. Ils vont bientôt déchanter. Trump a une stratégie. Il l’a mise en œuvre tout au long de la campagne électorale et il a gagné. Il va continuer à la mettre en œuvre et rendre l’Amérique grande à nouveau.

Ce qu’il a accompli d’ores et déjà est historique. Il y a de bonnes raisons de penser que ce n’est que le début.

Le plus grand Président américain du vingtième siècle avait promis de rendre l’Amérique grande à nouveau, et il l’avait fait. Il s’appelait Ronald Reagan.

Il y a des points communs entre Ronald Reagan et Donald Trump.

Ronald Reagan a suscité sept années de forte croissance, révolutionné l’économie américaine en son temps, gagné la guerre froide.

Donald Trump peut susciter sept années de forte croissance, révolutionner à nouveau l’économie américaine, gagner la guerre contre l’islam radical.

Voir des myopes et des aveugles qui se sont trompés tout le temps et sur tous les sujets, et qui ont pris Donald Trump pour un clown il y a dix-huit mois dire que Trump n’est ni lucide ni cohérent est risible et pathétique.

Voir des fascistes qui soutiennent Black Lives Matter et les actions putschistes de la gauche américaine qui, présentement, veut briser les institutions américaines (vouloir supprimer le collège électoral est vouloir briser les institutions américaines) parce qu’elles ne se plient pas dans leur direction, accuser Trump de fascisme est absolument abject.

Voir des politiciens et commentateurs français vouloir donner des leçons à Donald Trump, l’accuser de ne pas être assez libéral en économie parce qu’ils imaginent qu’il est keynésien, ou d’être raciste parce qu’il est en guerre avec le djihad mondial est ridicule, et montre la cuistrerie et l’indigente insignifiance des politiciens et commentateurs concernés.

En ayant accompli ce qu’il a déjà accompli, Donald Trump est un grand homme. Tout indique qu’il sera vraisemblablement un grand Président.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5 %. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :