Quantcast
FLASH
[18/04/2019] #Sarthe : Prise d’otages au supermarché Super U de Bessé-sur-Braye, les gendarmes sur place  |  Effet Trump: Les demandes hebdomadaires de prestations d’assurance-chômage chutent pour la cinquième semaine consécutive, tombant au niveau le plus bas depuis septembre 1969  |  Effet Trump: Les ventes au détail aux États-Unis augmentent au rythme le plus rapide depuis septembre 2017  |  Le président israélien Rivlin vient de charger Netanyahou de former son 5e gouvernement  |  [16/04/2019] Omar Barghouti : « j’ai fondé BDS pour boycotter Israël, pourquoi suis-je boycotté et interdit d’aller aux Etats-Unis ? »  |  Elections israéliennes : après tous les recomptes, Naftali Bennet et Ayelet Shaked sont retoqués  |  Notre Dame : Si les entreprises de rénovation sont coupables alors leurs assurances payerons. Le fait qu on accepte les dons laisse craindre que c’est un attentat  |  Incendie de Notre-Dame : la mairie de Paris débloque 50 millions d’euros pour la reconstruction. N’est ce pas formidable que la mairie ait autant d’argent bloqué !  |  Ca a du bon d’avoir des riches. Un milliardaire français offre 100 millions pour réparer Notre Dame  |  [15/04/2019] L’antisémite Alain Soral condamné à 1 an de prison pour négationnisme – un peu dommage, les autres vont maintenant être plus discrets au lieu d’être repérés et rééduqués  |  [11/04/2019] Effet #Trump : 55% des Américains approuvent la politique de Trump. 58% approuvent l’économie sous Trump (sondage Georgetown)  |  Le président soudanais Ahmad Al Bashir, criminel de guerre du Jihad, évincé par un coup d’État  |  La Haute Cour israélienne approuve la démolition de la maison du tueur de l’adolescente juive israélienne Ori Ansbacher  |  Julian Assange (WikiLeaks) a été arrêté par la police britannique  |  [10/04/2019] Transparence : Les consultations entre le président Rivlin et les chefs des partis seront retransmises en direct pour la première fois dans l’histoire israélienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 19 novembre 2016

Le Comité des droits de l’enfant de l’ONU s’alarme des manquements de la législation iranienne, qui légitime le viol conjugal, l’application de la peine de mort et la torture sur les enfants mineurs.

Toujours plus de fillettes, âgées de 10 ans ou moins, continuent à être mariées de force en Iran, a dénoncé jeudi le Comité des enfants de l’ONU, déplorant que les relations sexuelles avec des fillettes de 9 ans y soient tolérées. Ce comité, qui se réunit régulièrement pour suivre les évolutions sur le sujet dans tous les pays, se montre dans son dernier rapport sur l’Iran « gravement préoccupé par les informations faisant état d’un nombre croissant de filles de 10 ans ou moins qui sont soumises à des mariages forcés avec des hommes beaucoup plus âgés qu’elles ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

« Les lois et politiques » en vigueur dans ce pays « qui discriminent les filles » en portent la responsabilité, selon le comité, qui fustige le fait que l’Iran autorise les relations sexuelles avec des fillettes de 9 ans et que « des formes d’abus sexuels » contre des enfants encore plus jeunes ne soient pas criminalisées. Les experts se disent « gravement préoccupés » par le fait que le Code civil iranien oblige les femmes et fillettes à satisfaire les besoins sexuels de leurs maris en tout temps et lieux, ce qui légitime les violences sexuelles et le viol conjugal. Le comité appelle donc l’Iran à relever l’âge légal du consentement à des relations sexuelles à 16 ans. Il demande aussi aux autorités iraniennes de fixer l’âge légal du mariage à 18 ans et de criminaliser le viol conjugal.

Les mineurs soumis à la peine de mort et aux tortures

Le comité a également critiqué l’application de la peine de mort à des mineurs (moins de 18 ans). « Des enfants ont été exécutés en Iran, en petit nombre », a assuré un des experts du groupe, le Monégasque Bernard Gastaud, lors d’une conférence de presse. Le rapport s’indigne aussi des différentes formes de violences, tortures et autres traitements cruels infligés aux mineurs accusés d’avoir commis certains crimes.

Il déplore aussi les informations faisant état de mauvais traitement – électrochocs et admissions forcées de médicaments et d’hormones – que subissent les enfants dits LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans) afin de les « guérir ». Bien que les mutilations génitales féminines soient contraires à la loi, cette pratique persiste dans plusieurs régions, dont le Kurdistan et l’Azerbaïdjan occidental, déplore également le comité.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Lefigaro

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :