Quantcast
FLASH
[17/11/2019] La zone verte fortifiée de Bagdad, qui abrite des ambassades et des bâtiments gouvernementaux, a été touchée par une roquette. Pas de victime  |  Deux croix gammées ont été découvertes dans les toilettes d’une école du Maryland  |  Tout va mieux avec Macron : 7 Français sur 10 préfèrent avoir froid plutôt qu’allumer le chauffage  |  Netanyahou dimanche matin « Notre politique de sécurité n’a pas changé, pas même légèrement. Nous avons gardé toute notre liberté d’action et nous porterons atteinte à ceux qui veulent nous atteindre”  |  [16/11/2019] C’est reparti. Les foules de Téhéran crient « Mort au Dictateur » et « Reza Shah repose en paix. »  |  Syrie : Une grosse explosion frappe un terminal de bus à Al-Bab sous contrôle turc. 10 civils auraient été tués, milices Kurdes soupçonnés  |  Regime répressif de Macron contre les Gilets Jaunes : 24 interpellations et plus de 2000 contrôles avant la manif de Paris  |  [15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  |  Afghanistan: 7 morts dans l’explosion d’une voiture piégée près du ministère de l’intérieur à Kaboul  |  Après une nuit calme, les terroristes musulmans de Gaza ont tiré plusieurs roquettes sur des civils Israéliens du sud et de la région de Jérusalem #Gaza  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 27 novembre 2016

arrogance.

Un parti qui contrôle une si petite part des postes d’élus à travers le pays est un parti qui devrait être engagé dans un débat vigoureux sur la façon d’améliorer sa position.

Une grande partie des luttes intestines républicaines actuelles— aussi embarrassantes et contre-productives soient-elles— reflète une saine impulsion vers la reconnaissance du fait que le parti manque de la pleine mesure de pouvoir qu’il désire, et doit débattre des stratégies optimales pour l’obtenir.

Du côté démocrate, le succès politique personnel de Barack Obama a créé une atmosphère de complaisance et de confiance excessive.

L’attitude des démocrates semble être que si un homme noir ayant Hussein comme nom du milieu peut gagner la Maison-Blanche, alors tout est possible.

En conséquence, le parti se déplace progressivement vers la gauche sur différentes questions— adoptant le mariage homosexuel, redécouvrant l’enthousiasme pour le contrôle des armes à feu, rejetant le règlement du taux d’imposition du revenu de janvier 2013 comme inadéquat, augmentant ses aspirations de salaire minimum de 12 $ à 15 $.

Il abandonne sa quête d’une entente pour équilibrer le budget tout en proposant de nouveaux versements pour la garde d’enfants et le congé parental, même si ces positions semblent incompatibles avec la majorité de la Chambre ou ne connaîtront pas de succès significatif au niveau des États.

Quoi que vous fassiez de cet ordre du jour, il n’y a aucun moyen de le promulguer avant d’avoir atteint un niveau considérablement plus élevé de succès électoral que ce que les démocrates ont connu jusqu’à présent.

Mais au lieu d’avoir un dialogue constructif sur la façon d’obtenir ce succès, les démocrates sont actuellement en train de débattre dans une guerre d’enchères un peu bizarres entre Hillary Clinton et Bernie Sanders pour voir si le Congrès en 2017 rejettera ou non un programme législatif qui sera un peu plus à la gauche d’Obama ou beaucoup plus à sa gauche. Les différences sont réelles, bien sûr, et assez importantes.

Mais la question beaucoup plus importante à laquelle le parti est confronté ne concerne pas la Maison-Blanche— elle concerne tous les autres postes du pays.

Le problème est que le contrôle de la présidence semble avoir aveuglé les militants progressistes au point qu’ils n’ont même pas une discussion sur ce qu’il faut faire pour obtenir ces postes dans les États.

Cela changera si et quand le GOP s’empare de la Maison-Blanche, et si les démocrates touchent le fond.

Mais la chose vraiment frappante est de savoir à quel point le parti est déjà proche du fond et à quel point il est aveugle de ce fait.

Conclusion

S’adressant aux supporters des démocrates, Michael Goodwin du New York Post a écrit :

«Maintenant que les Clinton sont écartés, les démocrates se sont engagés dans un virage socialiste effréné dirigé par Sanders, la sénatrice Elizabeth Warren et le président présumé du parti, le représentant Keith Ellison.

À l’exception du leader de la minorité sénatoriale Chuck Schumer, la direction démocrate adopte des politiques radicales propres à faire passer le président Obama pour un centriste.

(…)

Les élections sont terminées, soyez donc totalement honnêtes: vous ne rejetez pas seulement Trump, vous détestez aussi ses partisans. Vous minimisez leurs préoccupations et diabolisez leur résistance à votre pouvoir. Entre vous, vous demandez: «comment peuvent-ils être si stupides et élire un homme tellement stupide?»

Vous avez succombé au tour le plus usé du manuel des propagandistes. Obama, Clinton, Hollywood et leurs serviteurs dans les médias ont fait taire des dizaines de millions d’Américains exigeants et craignant Dieu, et vous avez dit amen.

Ces trafiquants ont transformé des anecdotes en vérités universelles.

Ils ont trouvé un raciste ou entendu un commentaire anti-musulman à un rallye pro-Trump et abracadabra: les partisans de Trump ont été décrits comme étant amers, déplorables et irrécupérables.

Vous avez accepté cette caricature parce qu’elle correspondait aux stéréotypes véhiculés dans votre cercle restreint.

Voici comment le magazine Time décrivait la convention démocrate de 1932 qui a nommé Franklin Delano Roosevelt: «Les délégués de la ville sont comme les pommes de terre irlandaises et autres cultures nocives— les attelages pleins de Tammany (des hommes de paille), des Micks (surnom méprisant des Irlandais-Américains) de Brooklyn et de Boston, des hybrides (des métis) de Chicago, des péquenauds du Texas, de l’Oklahoma et de la Louisiane et des excréments desséchés de divers pays pris au bord des routes.»

C’est à peu près la façon dont le New York Times et MSNBC ont décrit les partisans de Trump.

Si vous devez être en colère, soyez en colère contre eux. Ce sont eux qui n’ont pas cessé de vous tromper.»

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz