Quantcast
Publié par Sidney Touati le 27 novembre 2016

mount_carmel_forest_fire14

De nombreux incendies d’origine criminelle ravagent Israël. Selon le gouvernement, après les bombes, les couteaux, les voitures béliers… les incendies de forêt sont utilisés comme arme par les terroristes palestiniens.


Cette agression contre la nature, contre les arbres, qui fait suite à celles contre les civils, les bébés, femmes, vieillards… montre que le combat que mènent les Palestiniens n’est pas uniquement politique, mais puise à d’autres sources qui appellent à détruire, à néantiser, à purifier, par l’usage du feu.


Le recours au feu est un véritable crime contre la nature. Il est l’expression d’une haine absolue du genre humain, d’une forme extrême de barbarie.

Les terroristes qui agressent Israël revendiquent une triple identité : ils se définissent comme arabes, palestiniens et musulmans.

Première guerre d’Israël : contre les nations arabes.

Israël s’est battu victorieusement contre les Etats arabes.

Deuxième guerre d’Israël : contre le terrorisme arabo-palestinien.

Les Etats arabes, conscients qu’ils ne pouvaient l’emporter militairement, ont instrumentalisé les Arabes palestiniens, appelés « peuple shaid », les incitant à multiplier les actes terroristes contre les Juifs.

Là encore, Israël a trouvé la parade et est parvenu à maîtriser les agressions terroristes de toutes natures.

Troisième guerre : la « Guerre du feu » est l’expression du troisième volet identitaire, celui du rapport à l’Islam et à la pratique religieuse.

Les incendies criminels sont directement tirés des pages du Coran

Pour ce qui concerne l’usage du feu, il suffit d’ouvrir le Coran. De très nombreuses sourates évoquent le feu comme expression directe de la volonté d’Allah, comme l’arme punitive et purificatrice par excellence.

Voici quelques exemples tirés de la centaine de sourates appelant à vouer aux flammes, les infidèles, les incroyants, bref tous ceux qui ne marchent pas dans le sentier d’Allah.

  • Sourate II verset 22 : « Mais si vous ne le faites pas, et à coup sûr vous ne le ferez pas, redoutez le feu préparé pour les infidèles, le feu dont les hommes et les pierres seront l’aliment. »
  • S.II, V75 : « … ceux que leurs péchés enveloppent de tous côtés, ceux-là seront voués au feu, et ils y demeureront éternellement. »
  • S.II, V202 : « Si on lui dit : Crains Dieu, l’orgueil s’ajoute à son impiété. Le feu sera sa récompense. »
  • S.III, V.8 : « Les infidèles ne retireront aucun avantage de leurs richesses et de leurs enfants auprès de Dieu. Ils seront la victime des flammes. »
  • Id. Verset 112 : « Les infidèles, leurs richesses et leurs enfants ne leur seront d’aucune utilité auprès de Dieu ; ils seront livrés au feu et y demeureront éternellement. »
  • Id ; V.177 : « Subissez le châtiment du feu ».
  • Id. V196 : « Que la prospérité des infidèles (qui sont à la Mecque) ne t’éblouisse point. C’est une jouissance de courte durée. Leur demeure sera le feu. »
  • Sourate IV, V.144 : « Les hypocrites seront relégués au fond de l’abîme de feu, et n’obtiendront aucun secours. »
  • Sourate VI, V.128 : « Le feu sera votre demeure ».

L’évocation de la destruction des villes revient de manière récurrente :

  • Sourate VII, V3 : « Que de villes nous avons détruites ! Notre colère les a surprises, les unes dans la nuit, d’autres à la clarté du jour. »
  • V.34 : « Ceux qui traitent mes signes de mensonges, ceux qui les dédaignent, seront livrés au feu et y demeureront éternellement. »
  • V.36 : « Dieu leur dira : Entrez dans le feu… »
  • Sourate VIII, V 14 : « Telle est votre rétribution, souffrez-là ; le feu est préparé pour les infidèles. »
  • V.52 : « Quel spectacle, lorsque les anges ôtent la vie aux infidèles ! ils frappent leurs visages et leurs reins, et leur crient : Allez goûter la peine du feu. »
  • Sourate IX, V17 : « Les idolâtres ne doivent pas visiter le temple de Dieu, eux qui sont les témoins vivants de leur infidélité. Leurs œuvres deviendront nulles, et ils demeureront éternellement dans le feu. »
  • Sourate IX, V5 : « Tuez les idolâtres partout où vous les trouverez… »
  •  V.29 : « Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils payent le tribut de leurs propres mains et qu’ils soient soumis. »
  • V.35 : « Le jour où le feu de la géhenne sera allumé sur leurs têtes… »
  • V.38 : « O croyants ! … Allez combattre dans le sentier de Dieu, vous vous êtes montrés lourds et comme attachés à la terre ? Vous avez préféré la vie de ce monde à la vie future ; les jouissances d’ici-bas sont bien peu, comparées à la vie future. »
  • V.39 : « Si vous ne marchez pas au combat, Dieu vous châtiera d’un châtiment douloureux ; il vous remplacera par un autre peuple… »
  • V.64 : « Ne savent-ils pas que le feu est réservé à celui qui s’oppose à Dieu et à son apôtre ? »
  • V.75 : « S’ils se convertissent, cela leur sera plus avantageux ; mais s’ils tergiversent, Dieu les châtiera d’un châtiment douloureux dans ce monde et dans l’autre. Sur toute la terre, ils ne trouveront ni protecteur ni aide. »
  • V114 : « Il ne sied point au Prophète ni aux croyants d’implorer le pardon de Dieu pour les idolâtres, fussent-ils leurs parents, lorsqu’il est devenu évident qu’ils seront livrés au feu. »
  • V124 : « O croyants ! combattez les infidèles qui vous avoisinent… »
  • Sourate XI, V20 : « Le feu menace les confédérés infidèles… »
  • V104 : « Quand Dieu s’empare des cités criminelles, c’est ainsi qu’il s’en empare. Il s’en empare terriblement, avec violence. »
  • V.108 : « Les réprouvés seront précipités dans le feu ; ils y pousseront des soupirs et des sanglots. »
  • Sourate XII ; V6 : « Ils ne croient point en Dieu, des chaînes entourent leurs cous ; ils seront voués aux flammes, et y demeureront éternellement. »
  • Sourate XVII, V19 : « Quiconque a désiré les biens de ce monde qui passera promptement, à celui-là nous avons promptement accordé dans ce monde ce que nous avons voulu, ensuite nous lui avons préparé la géhenne ; il y sera brûlé, couvert de honte et privé de toute ressource. »

Cette hyper violence à l’égard de la partie de l’humanité qui ne marche pas dans le sentier d’Allah, cette volonté de détruire sans pitié ni sans retenue cette humanité non musulmane, s’explique par le fait que Dieu n’aime pas vraiment l’homme. Y compris celui qui se soumet à ses préceptes, ne peut espérer être aimé en retour : « Dieu a décidé de n’adorer que lui… »Sourate XVII V. 24.

L’amour étant l’expression d’un manque, Dieu étant parfait n’a pas de manque : il ne peut donc aimer. Il peut éprouver de la pitié, se montrer clément. Mais il ne peut éprouver de l’amour au sens où nous l’entendons.

Sourate XVIII, V28 : « Quant à nous, nous avons préparé pour les impies le feu, qui les entourera de ses parois.. »

Inutile de poursuivre cette énumération. Il existe des dizaines d’autres Versets où il est dit que le feu sera le châtiment infligé aux infidèles après la mort.

Il convient ici de se poser une question : la répétition de cette évocation du feu comme punition divine n’a-t-elle pas une influence sur des esprits imprégnés depuis leur enfance, par la haine d’Israël et des Juifs et qui entendent répété en boucle lors des prêches dans les mosquées, que les « méchants » sont voués aux flammes éternelles ? Si l’on rattache ces menaces de subir le feu éternel aux autres condamnations qui frappent les infidèles, à la nécessité de les combattre en permanence et par tous moyens, n’y a-t-il pas risque d’anticiper sur la mort et de frapper par le feu les infidèles ici bas, dès maintenant ?

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

L’exemple de l’Eglise nous montre que ce risque de confusion entre le monde terrestre et l’au-delà fut une réalité. Jusqu’à la Renaissance, l’Eglise qui faisait un ample usage de la punition céleste par le feu, a sans aucun doute contribué à allumer les bûchers des tribunaux civils et ceux de l’Inquisition, précipitant dans les flammes des centaines de milliers de malheureux et de malheureuses accusés d’hérésies et de sorcellerie.

L’Eglise a renoncé certes à ces imprécations. Ce qui se passe en Israël nous montre que des Palestiniens musulmans n’ont pas renoncé à l’usage du feu. Le texte sacré qu’est le Coran n’est ni interprétable ni amendable. Il est rigoureusement interdit aux fidèles d’en retirer une ligne :

« Nous punirons ceux qui distinguent » (c’est-à-dire qui admettent certaines choses de l’Ecriture et qui en rejettent d’autres, note du traducteur) Sourate XV, V90

« Révèle ce qui t’a été révélé du Livre de Dieu, sans introduire aucun changement dans ses paroles ; dans le cas contraire, tu ne saurais trouver aucun refuge devant Dieu. » (Sourate XVIII, V.26)

La troisième guerre d’Israël a une dimension religieuse

Comment conduire une telle guerre ?

Peut-on encore en ignorer les soubassements idéologiques et religieux ?

Pour gagner cette guerre, il faudra certes les lances des pompiers, mais également s’engager dans la libre critique de l’Islam. Tous les pays confrontés au problème du terrorisme islamiste doivent se saisir de la question de l’Islam. Lire ce texte et poser la question à tous les responsables religieux : que faire des Sourates nombreuses qui prônent la haine, la violence, la destruction ?

Le monde entier est au demeurant confronté à cette rage de tuer, de détruire, que l’on désigne sous le vocable d’islamisme, lequel prend directement sa source dans le texte sacré.

Point n’est besoin d’être prophète, pour imaginer que l’incendie allumé en Israël se propagera partout où les « soldats d’Allah », ces « fabricants de déserts » estimeront qu’il faut vouer aux flammes les infidèles et autres impies.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz