Quantcast
FLASH
[21/06/2019] Reuters: L’Iran a reçu un message de #Trump via Oman durant la nuit, l’avertissant d’une attaque imminente contre l’Iran, selon des responsables du gouvernement iranien  |  [20/06/2019] #Trump affirme que ceux qui ont détruit un drone américain au Moyen Orient ne l’ont pas fait intentionnellement et que l’Iran n’est pas impliqué  |  9 terroristes recherchés, arrêtés en Judée et Samarie  |  [19/06/2019] Les médias disent que les électeurs Républicains ont perdu leur enthousiasme, alors ils cachent que Trump a reçu 24,8 millions $ de dons en 24 h!  |  Les islamistes ne se reposent jamais : nouvelle tuerie dans des villages du centre du Mali, 38 morts et de nombreux blessés  |  [18/06/2019] Guerre de propagande. La Russie met en garde les Etats-Unis contre une tentative de « provoquer la guerre » avec l’Iran  |  Les partisans de Trump font la queue depuis 40 heures pour assister au lancement de sa campagne de réélection – contre 2000 personnes pour le meeting de Joe Biden  |  #Allemagne (Prenzlauer Berg), encore un incident antisémite : un homme non identifié par les médias a insulté et craché sur un #juif portant une kippa  |  Le Bureau de la sécurité diplomatique a cité 15 fonctionnaires pour avoir mal manipulé des informations classifiées concernant le scandale des emails d’Hillary Clinton. L’examen interne est en cours  |  [17/06/2019] Les partisans de #Trump commencent à faire la queue près de deux jours avant le coup d’envoi de la campagne de réélection massive d’Orlando, mardi soir  |  [16/06/2019] Dr Michael Evans (conférence Jerusalem Post – New-York): « Le président Trump est plus sioniste que beaucoup de juifs américains de gauche »  |  Dr Michael Evans : « la gauche tue l’âme, les terroristes tuent le corps »  |  [12/06/2019] Yemen : les rebelles attaquent un aéroport saoudien, 26 blessés  |  Hong Kong: la manifestation vire à l’affrontement avec la police  |  [11/06/2019] L’Alabama signe un projet de loi qui exige qu’une personne coupable d’infraction sexuelle avec une mineure de moins de 13 ans subisse une castration chimique avant d’être libérée de prison  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 4 décembre 2016
Keith Ellison et Ako Abdul Samad-29 décembre 2015
Keith Ellison et Ako Abdul Samad-29 décembre 2015

Au moment où les démocrates américains cherchent à redevenir un parti national, ils favorisent la montée de Keith Ellison, un gauchiste radical, musulman et pro-islam, pour diriger les destinées du parti, alors que Tim Ryan, un catholique modéré, échoue à battre Nancy Pelosi au leadership parlementaire de la minorité démocrate à la Chambre des Représentants.

J’ai résumé et traduit pour les lecteurs de Dreuz trois articles.

Keith Ellison le candidat de « Nation of Islam »

Keith Ellison – Le mauvais homme au mauvais moment (Article d’Alan Dershowitz, paru le 30 novembre sur le site du Gatestone Institute).

Que devrait faire un parti politique, quand il perd l’appui de sa base constituée de la classe ouvrière blanche, qui lui préfère un nationaliste disant vouloir rendre sa grandeur à l’Amérique, s’il cherche à regagner ces mêmes électeurs ?

Pourquoi ne pas nommer comme nouveau chef du parti un idéologue de la gauche radicale qui a été longtemps associé à Nation of Islam, un groupe anti-américain, anti-blanc, antisémite et raciste ?

Une telle nomination devrait sûrement ramener des électeurs qui ont perdu leur emploi à la mondialisation et au libre-échange !

Est-ce vraiment ce que croient les dirigeants démocrates qui appuient Keith Ellison afin qu’il soit nommé à la tête du Comité national des démocrates (DNC) ?

Keith Ellison a la réputation d’être un type décent, apprécié de ses collègues du Congrès. Mais il est difficile d’imaginer un candidat pire pour prendre le contrôle du DNC en ce moment.

Ellison représente l’extrême gauche du Parti démocratique, juste au moment où le parti — s’il veut gagner à nouveau — doit se déplacer vers le centre afin de ramener les électeurs qu’il a perdus.

Les démocrates n’ont pas perdu parce que leurs candidats n’étaient pas suffisamment à gauche. Ils ont gagné les votes des libéraux.

Les électeurs radicaux qui ont voté pour Jill Stein (NDT La candidate du Parti Vert) étaient en petit nombre et ne sont pas susceptibles d’être influencés par la nomination d’Ellison.

Les électeurs centristes qui ont voté pour Trump risquent de se sentir encore plus aliénés par la nomination d’un idéologue de gauche, qui semble se soucier davantage des questions de globalisation que des emplois perdus en Indiana, au Wisconsin ou au Michigan.

Le choix d’Ellison ne servira certainement pas à ramener au bercail démocrate les électeurs juifs de la Floride, de l’Ohio et de la Pennsylvanie ou les électeurs chrétiens pro-israéliens qui vivent ailleurs dans le pays.

Les relations troubles d’Ellison avec Louis Farrakhan — le chef de longue date de Nation of Islam — lui nuiront dans les États du centre de l’Amérique où les gens n’apprécient pas les discours délirants anti-américains de Farrakhan.

Récemment, Farrakhan a fait les manchettes en rendant visite à l’Iran à l’occasion du 35e anniversaire de la Révolution islamique. Il en a profité pour réprimander les États-Unis, tout en refusant de critiquer les violations des droits humains en Iran.

Farrakhan est également apparu en tant qu’invité spécial du président iranien, lors du défilé dans lequel un char allégorique rejouait la détention humiliante subie par 10 marins de la Navy américaine dans le Golfe persique.

En plus de sympathiser avec les ennemis des Américains à l’étranger, Farrakhan a tendance à épicer ses sermons de discours haineux antisémites.

Ainsi, à la même époque où Ellison œuvrait main dans la main avec Nation of Islam, Farrakhan prononçait des discours contre « la synagogue qui est Satan ».

Il a décrit les Juifs comme des « trompeurs pervers du peuple américain » qui ont « enroulé [leurs] tentacules autour du gouvernement des États-Unis » et « trompent et envoient cette nation en enfer ».

Longtemps après que Jesse Jackson ait désavoué Farrakhan en 1984 qu’il jugeait comme étant « répréhensible et moralement indéfendable » à cause de sa description du judaïsme comme une « religion d’égout », Ellison défendait encore Farrakhan et Nation of Islam en 1995 en tant que modèle pour les Afro-Américains, le qualifiant d’« infatigable fonctionnaire des noirs, qui enseigne constamment l’autonomie et l’auto-examen à la communauté noire ».

Ellison a tenté de justifier son association avec Farrakhan et Nation of Islam. Il a reconnu avoir travaillé avec Nation of Islam pendant environ 18 mois pour organiser la délégation du Minnesota à la Marche des Millions d’hommes de 1995 de Farrakhan, à Washington.

Toutefois, Ellison insiste sur le fait qu’il n’a jamais rejoint Nation of Islam et, plus récemment, il a prétendu être un ami du peuple juif et d’Israël.

Cette conversion tardive a coïncidé avec la décision d’Ellison de poursuivre un mandat électif au Minnesota et une prise de conscience apparente que son association avec Nation of Islam pourrait nuire à sa fortune politique.

En 2006, il a écrit une lettre au Jewish Community Relations Council de Minneapolis, où il s’est excusé de ne pas avoir « examiné adéquatement les positions » de Farrakhan et d’autres dirigeants de Nation of Islam. « Ils étaient et sont antisémites, et j’aurais dû arriver à cette conclusion plus tôt que je ne l’ai fait ».

Dans son livre récemment publié « My Country,’ Tis of Thee: My Faith, My Family, Our Future* », Ellison écrit à propos de Farrakhan :

« Il arrivait à l’éloquence seulement lorsqu’il prenait d’autres groupes comme boucs émissaires » et à propos de Nation of Islam : « si vous n’êtes pas en colère contre un groupe de personnes (blancs, juifs, noirs prétendument égarés), vous n’êtes pas religieux. »

Ses positions lors de différents votes au Congrès ne prouvent d’ailleurs pas non plus qu’il soit devenu un « ami » d’Israël.

Il était l’un des 8 membres du Congrès qui ont voté contre le financement du programme Dôme de Fer, développé conjointement par les États-Unis et Israël, qui vise à protéger les civils israéliens contre les roquettes du Hamas.

En 2009, Ellison était parmi les deux douzaines de membres du Congrès qui ont voté « présents » plutôt que de voter en faveur d’une résolution non contraignante « reconnaissant le droit d’Israël de se défendre contre les attaques, et réaffirmant le ferme soutien des États-Unis au Processus de paix palestinien ».

Et en 2010, Ellison était co-auteur d’une lettre au président Obama, l’appelant à faire pression sur Israël pour qu’il ouvre la frontière avec Gaza. La lettre décrit le blocus de la bande de Gaza contrôlée par le Hamas comme une « punition collective de facto des résidents palestiniens ».

Même au-delà des associations passées d’Ellison avec le fanatisme anti-américain et antisémite et son expérience lors du vote de résolutions concernant Israël, sa nomination comme chef du DNC serait une blessure que s’auto-infligerait le Parti démocrate à ce moment critique de son histoire.

Il placerait le parti dans la voie de l’extrémisme de gauche à un moment où une stabilité centriste est nécessaire.

Dans le monde entier, il y a une tendance de mouvement vers les extrêmes, à droite comme à gauche. Le Parti démocrate doit éviter cette tendance dangereuse et revenir au centre où se trouvent les votes et où l’Amérique devrait être.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Pourquoi Tim Ryan aurait dû réussir

Réélu dans le treizième district de l’Ohio alors que son parti a pris une dégelée aux élections, Tim Ryan est un démocrate modéré, opposé aux accords de libre-échange. Il est aussi, en principe, contre l’avortement en raison de sa foi catholique.

Voici quelques extraits d’une interview que Tim Ryan a accordée à Chris Wallace dans l’émission Fox News Sunday diffusée le 27 novembre dernier, un moment où il pensait avoir des chances de l’emporter contre Nancy Pelosi :

Wallace : « Je veux parler de l’état du parti parce que je veux examiner d’autres chiffres sur les démocrates de la Chambre dans le pays. Plus d’un tiers des membres de la nouvelle Chambre démocrate viennent de seulement trois États : la Californie, New York et le Massachusetts. Près des deux tiers proviennent de la côte ouest ou de la côte est. Les démocrates ne sont-ils plus un parti national ? »

RYAN : « Je ne le pense pas…. même nos membres des régions côtières reconnaissent que nous ne sommes pas un parti national en ce moment. (…) Les membres actuels du Congrès ont battu des maires. Ils ont battu des élus locaux pour obtenir ce poste. Ce sont les personnalités politiques les plus chevronnées de leur région. Ils comprennent la politique. Ils comprennent qu’il s’agit de présenter un nouveau message et un nouveau messager et d’être en mesure d’atteindre ces gens. Et les chiffres sont importants, mais ils savent que si nous n’obtenons pas les votes dans le centre du pays, nous ne reviendrons jamais dans la majorité.

Est-ce simplement une question de communication ?

« Ça l’est en grande partie, mais nous ne pouvons pas continuer à dire que c’est uniquement un problème de communication. Nous disons cela depuis 2010. Nous devons donc trouver un message économique robuste, et nous ne communiquons pas. Ces gens nous ont abandonnés en masse. Ils sont allés vers Trump ou bien ils sont restés à la maison. Et sans un bon message qui nous relie profondément aux questions qui les préoccupent, dont leurs familles parlent quand ils sont assis à la table dans la cuisine, ils ne vont jamais revenir. Et nous avons besoin d’un leader qui puisse se rendre dans ces districts et soit en mesure d’attirer les électeurs de Trump et de dynamiser les électeurs dont nous avons besoin aux urnes ».

Vous dites que vous proposez un programme qui pourrait toucher un grand nombre de districts du Congrès qui se sont rendus à Donald Trump dans le sud, dans la Rust Belt, dans les régions rurales ?

« Nous devons mettre l’accent sur la fabrication et nous devons avoir des discussions sur les impôts. Quels sont les investissements que nous avons à faire, quelle est la prochaine génération de fabrication de pointe. »

Ronald Reagan est allé dans des aciéries à Pittsburgh et il a dit : « on va les ramener ». Nous ne les ramènerons pas et nous ne l’avons pas fait depuis 36 ans.

« Je suis content que vous me posiez la question. Nous ne reviendrons jamais à la fabrication bas de gamme. Je pense qu’on ment aux électeurs quand on leur dit que tout ce qui est allé en Chine d’une façon ou d’une autre va revenir automatiquement si nous faisons un geste magique ou si nous avons les bonnes politiques.

Mais je vais vous donner un exemple. À Youngstown, nous avons une usine d’acier de plus d’un million de dollars qui fabrique des tuyaux en acier, des tubes en acier. C’est une opportunité pour nous avec une fabrication de pointe un peu plus haut de gamme. Importante dans l’industrie de l’aérospatiale. L’énergie propre est une aubaine et je ne pense pas que les démocrates n’aient jamais parlé de l’énergie propre comme un moyen de ressusciter la fabrication ».

Si vous regardez un moulin à vent, Chris, il a 8 000 composants, les changements de vitesse, l’hydraulique. Il y a des kilomètres de béton, des kilomètres de trottoir en béton dans une éolienne. Ce sont des choses que nous fabriquons dans des endroits comme Youngstown, Gary, Indiana, Milwaukee. Donc, si nous voulons réanimer le secteur manufacturier, prendre un bon élan vers une économie propre n’est pas seulement bon pour l’environnement, mais c’est bon pour des endroits comme ceux que je représente de ramener ces emplois. »

L’avenir du Parti démocrate

Alors que Tim Ryan explique que les démocrates, selon lui, devraient parler d’emplois et d’économie afin de redevenir un parti national, Thomas B. Edsall a écrit dans les pages d’opinion du New York Times, le 1er décembre dernier, un texte nettement partisan dans lequel il attribue la défaite d’Hillary Clinton à la question identitaire.

Selon Edsall, la défaite d’Hillary Clinton aurait relancé avec une intensité nouvelle le conflit entre les partisans d’une politique identitaire — focalisant l’attention électorale sur les Afro-Américains, les Hispaniques, les femmes et la Communauté L.G.B.T.

Edsall écrit qu’Hillary Clinton a surtout mis l’accent sur son identité de femme

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz