FLASH
[25/04/2017] Trump (jour de l’holocauste) : « Israël est le monument éternel de la force immortelle du peuple juif »  |  Jean-Lin Lacapelle: « Je suis membre de la commission Sécurité de la Région IDF et je vous affirme que 12500 individus sont fichés S pour islamisme »  |  Israël : un colon arabe a tenté de poignarder des soldats en Samarie juive illégalement occupée par les arabes palestiniens  |  Espagne, Barcelone : opération anti-jihad. 8 musulmans interpellés, dont 4 en lien avec les attentats de Bruxelles  |  Explosion près de la synagogue de Metz : une opération de déminage sur une voiture suspecte  |  La Chine interdit de donner un nom musulman aux nouveaux nés de la province à majorité musulmane de Xinjiang  |  Elle fait tout pour rester le punching ball politique : Marine Le Pen contre l’abattage rituel en France  |  Israël : Netanyahu annule sa réunion avec le ministre des Affaires étrangères allemand, qui a rencontré des ONG antisionistes radicales  |  Caterpillar en hausse de 6% aujourd’hui: conseil, investissez dans toutes les entreprises boycottées par BDS  |  Henri Guaino : “Jamais personne ne me fera voter pour Emmanuel Macron”  |  Ivan Rioufol: « Prouesse technique : Hollande votera pour son hologramme Macron »  |  Espagne, Barcelone : sur informations des renseignements belges, la police arrête 12 jihadistes musulmans  |  Israël a frappé une position militaire syrienne près de Quneitra  |  [24/04/2017] Marine Le Pen se met « en congé » de la présidence du Front national  |  Résultats en voix : Macron 8 657 326, Le Pen 7 679 493, Fillon 7 213 797, Mélenchon 7 060 885, Hamon 2 291 565  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 4 décembre 2016

karsenty-usa-1

Philippe Karsenty, maire adjoint de Neuilly-sur-Seine, nous fait partager son expérience après son retour des Etats-Unis.

Philippe Karsenty, vous revenez tout juste d’un voyage à New York. Quel est votre ressenti de l’atmosphère ambiante après l’élection de Donald Trump ?

La société américaine apparaît encore divisée, mais, en dehors de l’extrême gauche marxiste, des mauvais perdants inconditionnels d’Hillary Clinton, la plaie va vite se refermer. Par exemple, les chauffeurs de taxi— de toutes confessions— parlent librement et ils sont un bon thermomètre de l’Amérique. Ils se font à l’idée de cette nouvelle présidence et semblent s’en accommoder… bien mieux que nos journalistes français qui n’ont toujours pas compris ce qui leur est tombé sur la tête.

Vous avez publié «Après Obama, Trump ?» de notre ami Guy Millière en mai 2016, alors que Donald Trump n’avait même pas encore gagné les primaires, vous avez dû vous sentir un peu seul dans l’environnement intellectuel parisien.

Seul et incompris. J’ai plusieurs fois tenté de briser le mur du silence. Nous avons envoyé des centaines d’exemplaires du livre de Guy Millière aux rédactions des principaux médias français. Tous ont refusé de nous entendre. Hillary devait gagner, Hillary allait gagner, nul besoin d’écouter ceux qui anticipaient un autre résultat.

obama-trump

Le mardi du 8 novembre, alors que les bureaux de vote américains n’étaient pas encore ouverts, vous aviez déjà écrit sur votre page Facebook : « Contrairement à l’opinion générale, en France et aux USA, je pense que Donald Trump sera élu président des Etats-Unis. »

Qu’est-ce qui vous a conduit à publier ce message avec tant de certitude ?

Je n’avais aucune certitude, simplement un sentiment que les médias, les politologues et les sondeurs s’étaient auto-intoxiqués en se lisant entre eux, en s’échangeant les mêmes points de vue sans même se donner la peine d’aller sur le terrain. Je suis retourné plusieurs fois aux Etats-Unis cette année, je me suis rendu compte du rejet d’Hillary Clinton tout en observant l’adhésion progressive à la candidature de Donald Trump. La plupart des gens que je rencontrais n’étaient pas des «Trumpistes» de la première heure, mais ils se sont rangés derrière lui quand ils ont compris que lui seul était en mesure de faire barrage à Hillary Clinton et à la continuation des politiques néfastes d’Obama.

Vous revenez de New York où vous avez assisté au dîner de la Zionist Organization of America, l’une des seules organisations juives encore très pro-israéliennes du paysage américain, qui vous avait d’ailleurs honoré en 2008.

PK : En effet, je reviens de ce dîner qui était l’un des plus beaux auxquels il m’a été donné d’assister. 1200 personnes réunies pour se réjouir de la nouvelle ère qui s’ouvre… et surtout de voir se refermer les 8 années désastreuses de la présidence Obama.

Vous êtes conscient que l’élection de Trump inquiète beaucoup de monde. Êtes-vous si certain qu’il sera un bon président ?

Quand tous les médias français sont unis dans leur détestation d’un Etat démocratique ou d’une personne élue, c’est que cet Etat ou cette personne contrarie leurs plans et leur vision pervertie du monde

Nous ne sommes jamais sûrs de rien, mais il y a un indicateur qui ne trompe pas : quand tous les médias français et la plupart des politiques français sont unis dans leur détestation d’un Etat démocratique ou d’une personne élue, c’est que cet Etat ou cette personne contrarie leurs plans et leur vision pervertie du monde. Et ça, ça me rassure ! Maintenant, naturellement, comme tout homme, comme tout politique, Trump peut se révéler être une déception, mais il part avec un a priori favorable.

Steve Bannon a été nommé conseiller stratégique de Donald Trump. Cela ne vous pose-t-il aucun problème ?

Aucun, bien au contraire ! J’ai l’habitude de ces attaques personnelles. J’en ai moi-même été victime pendant plus de 15 ans. L’associé de Steve Bannon dans Breitbart.com, Joel Pollak, est un ami de longue date.
Lorsque Joel Pollak étudiait à Harvard, il m’avait invité à y effectuer une conférence devant sa classe et son professeur, le très respecté et démocrate Alan Dershowitz.
Lorsque Joel Pollak s’est présenté au Congrès américain en 2010, il m’avait demandé de venir le soutenir afin de lever des fonds pour sa campagne électorale.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Pour mémoire, voici l’article que Joel Pollak avait écrit à la fin de mon procès contre France 2 et Charles Enderlin : Karsenty: Al-Dura Video Remains ‘An Antisemitic Blood Libel». Ces attaques contre Steve Bannon viennent toujours du même côté, de ceux qui n’acceptent pas la défaite et qui savent que les quatre années à venir (et peut-être huit) seront des années où leurs idées seront confrontées à la réalité de ce que vivent les «vrais» gens. Leur idéologie sera pulvérisée par la réalité qui éclate au grand jour.

Tous les médias affirment que Donald Trump revient sur toutes ses promesses de campagne, ou presque. Est-ce aussi votre analyse ?

Encore une fois, les médias prennent leurs désirs pour des réalités. En anglais, ça s’appelle du «wishfull thinking». Mais leurs pires cauchemars— qui sont nos rêves— vont eux probablement se réaliser. Pour le moment, Barack Obama est encore Président et c’est lui qui dirige le pays. Attendez que Donald Trump prenne le pouvoir le 20 janvier 2017, et alors on devrait voir Donald Trump et son équipe dérouler certains des points les plus marquants de son programme. Attachez vos ceintures, Trump sera aux commandes et tout le monde va s’en apercevoir. D’ailleurs, avant même d’être en fonction, il a déjà tenu une de ses promesses de campagne et a sauvé 1 200 emplois de l’usine Carrier qui devait partir au Mexique.

Quelle a été l’attitude des organisations juives américaines lors de l’élection de Donald Trump ?

A l’exception de celle de la Zionist Organization of America, les prises de position des organisations juives américaines, essentiellement dirigées par des idéologues, ont été très partiales, à l’opposé des préoccupations de beaucoup de Juifs américains.

L’Anti Defamation League (ADL) s’est vautrée dans la diffamation la plus grossière à l’encontre de Donald Trump et de Steve Bannon, à tel point que, face à l’évidence, l’ADL a été contrainte de retirer ses accusations d’antisémitisme contre Steve Bannon.

Comme à son habitude, l’American Jewish Committee s’est encore plus mal comportée. A la suite de l’élection de Donald Trump, l’AJC se radicalise encore plus et a annoncé le lancement d’une union avec la Société islamique d’Amérique du Nord (ISNA), une organisation liée aux Frères Musulmans ! C’est pitoyable et cela devrait ouvrir les yeux des Juifs américains et européens, qui ont vu cette organisation juive prospérer à leurs dépens.

Lors d’une précédente interview, vous n’avez pas mâché vos mots contre le CRIF. Pensez-vous que le CRIF suive la même pente que ces organisations juives américaines ?

Même si la pente du CRIF est inquiétante en raison de l’influence néfaste de certains de ses membres, on ne peut pas être aussi catégorique, car le président du CRIF, Francis Kalifat, est un homme respectable. En revanche, son organisation n’a plus aucun impact sur la vie politique française, ni même sur les Juifs de France. Après l’abstention de la France à l’UNESCO face à une résolution négationniste niant toute relation du peuple juif à Jérusalem, la faiblesse de la réaction du CRIF est très préoccupante. Je profite de votre question pour inviter vos lecteurs à découvrir l’excellent livre de Pierre Lurçat que j’ai publié en octobre 2016 : «La trahison des clercs d’Israël».

En France, après une interview remarquée sur BFM TV, vous avez donné votre sentiment sur la primaire de la droite et du centre lors d’une interview sur RMC, le 9 novembre, 11 jours avant le premier tour. Interrogé à la suite de l’élection de Donald Trump, vous aviez annoncé la probable victoire de François Fillon. Pourquoi ?

J’ai rencontré Bruno Le Maire, j’ai suivi sa campagne, ses prises de position et j’ai compris qu’il n’y parviendrait pas

De la même façon qu’au sujet de l’élection américaine, j’ai eu l’impression que le combat de second tour imposé par les médias ne se déroulerait pas comme prévu. A un moment, il y a près de 6 mois, j’avais rencontré Bruno Le Maire et j’avais imaginé qu’il pourrait bousculer l’ordre établi. J’ai suivi sa campagne, ses prises de position et j’ai compris qu’il n’y parviendrait pas. J’ai alors eu le sentiment qu’en raison de ses qualités personnelles et de sa stature, François Fillon allait émerger. J’ai aussi compris avec le suffrage censitaire lié aux primaires, c’est-à-dire le fait de devoir payer 2 € pour voter (en plus de l’attente parfois très longue pour voter), les électeurs voteraient utile dès le premier tour. D’ailleurs, il apparaît maintenant clairement que si les électeurs de gauche n’étaient pas venus perturber ce processus électoral de façon malhonnête, François Fillon aurait été élu dès le premier tour. C’est dire l’importance de la vague populaire qui le porte à droite.

Vous êtes maire adjoint de Neuilly, que comptez-vous faire l’an prochain ? Serez-vous candidat aux élections législatives ?

Oui, je pense que je serai candidat, car les idées que je porte— notamment un vrai libéralisme, un atlantisme affirmé, et encore plus réaffirmé avec l’élection de Donald Trump, une volonté de lutter contre la propagande des médias— ne sont véhiculées par aucune personnalité politique française. J’annoncerai ma décision prochainement.

Merci Philippe Karsenty

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz