Publié par Manuel Gomez le 1 décembre 2016

francois-hollande-ridicule

Moi, président, j’estime que ne pas me présenter serait une forme de démission, admettre que je me suis trompé, ce qui, selon moi, n’est pas une évidence.

Moi, président, j’attends cette prochaine campagne avec impatience pour expliquer les réformes que j’ai entreprises et réussies.

Moi, président, j’ai accepté le principe d’une primaire, imposée par Cambadélis, afin de couper l’herbe sous les pieds d’un Montebourg, qui ce serait déclaré candidat.

Moi, président, je ferai selon mon bon plaisir et ma stratégie élaborée depuis des mois.

Moi, président, j’empêcherai mon principal rival à gauche, Manuel Valls, de se présenter en le conservant comme premier ministre, malgré ses attaques irrévérencieuses et, comme de son côté il ne démissionnera pas, malgré son désir de le faire mais l’éventualité d’être considéré comme un félon, ce qu’il a publiquement reproché à  Emmanuel Macron.

Moi, président, je pourrai ainsi participer, le cas échéant, à une éventuelle primaire de la gauche, avec une chance appréciable de l’emporter face à des rivaux de moindre envergure.

Moi, président, je connais à présent mes adversaires à droite : François Fillon et Marine Le Pen.

Sauf surprise inimaginable, Marine Le Pen élu dès le premier tour, nous serons trois à nous disputer le second tour. Qui sera le Sarkozy perdant ?

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Si à droite la situation est débloquée, en revanche, à gauche, elle est bien loin d’être brillante : Mélenchon, Macron, Jadot et demain qui d’autres ?

Moi, président, puis-je prendre le risque d’être battu dans une primaire ? Et, dans un tel cas de figure, comment pourrai-je poursuivre mon mandat jusqu’à son échéance, serai-je devant l’obligation de me démettre ?

Alors qu’elle est la décision qui s’impose à Moi, président ?

Moi, président, je suis candidat à un second quinquennat, sans passer par une primaire.

Ou je ne présenterai pas ma candidature et je me retirerai !

Moi, Manuel Gomez, c’est le pari que je prends, il est risqué, j’en suis conscient.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

22
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz