Publié par Daniel Frédéric Gandus le 3 janvier 2017

filmées sur le terrain (voir wikipedia.org et youtube.com) ;

films le plus souvent réalisés sous l’égide de Ramallah et parfois en collaboration avec des journalistes étrangers et la complicité de leurs chaînes commanditaires).

Avant la guerre de Syrie, pas moins de 51 lobbyistes professionnels circulaient entre leurs pays Moyen-Orientaux et l’IMA (qui organise aussi des rencontres avec les milieux très pro-palestiniens, où j’avais d’ailleurs failli être lynché par une bande de ‘jeunes’ le jour où j’ai répliqué à un intervenant musulman révisionniste de la Shoa) ainsi que d’autres institutions françaises, travaillant au corsetage de la France et à son usage comme Cheval de Troie volontaire de l’Occident.

La définition de la propagande au niveau stratégique dont je parle deux paragraphes plus haut s’accompagne de nombreux services de conseils, dont certaines parties sont aussi sous-traitées, directement ou indirectement, par des géopoliticiens généralement directeurs d’instituts de recherches, en plus de toutes sortes de cabinets privés.

Dans ces milieux gravitent des gens comme Pascal Boniface, dont la tristesse du visage -proche d’un cyborg raté par métal mal fondu provoquant maints rictus du visage – s’affiche de suite dès qu’il entend le mot ‘Israël’, mais aussi -affligeant – un fils de survivant de la Shoa comme Dominique Moïsi, plus intelligent et intellectuellement plus honnête que le précédent malgré son côté caniche à poil rose du pouvoir, qui collabore assez bien quand il s’agit de présenter Israël comme principal fauteur du conflit israelo-palestinien. Ce n’est certes pas un Moïse libérateur de peuples.De temps en temps, par ses non-réponses ou ses hésitations, on le sent traversé du silence gêné des vieux juifs honteux abandonnant leurs frères à la calomnie pour mieux convenir aux puissants et être sûr de pouvoir encore manger la pâtée du pouvoir servie dans un récipient d’argent bordé de velours rouge.

Quant au profil type des serviteurs au look censer incarner la GDF ‘grande diplomatie française’ auprès de la cause palestinienne, on peut citer De Villepin, dont la merveilleuse finesse de museau à la Doberman n’a pu l’empêcher de sortir la petite phrase ‘Israël n’est qu’une parenthèse de l’Histoire’, alors que c’est lui qui s’est fait peu après castrer du pouvoir (et d’autre chose ?) à coup de parenthèses historiques.

Qui se souvient encore de lui alors que la parenthèse d’Israël dure depuis plus de 3000 ans et que l’ère Trump annonce son rebondissement ?

Concernant les Musulmans qui sont au service de différentes officines islamistes en France, outre le vrai faux diamant Tariq Ramadan que l’on ne présente plus et dont l’un des Maîtres à Penser n’est rien moins qu’Al Qaradawi – expert en tambouilles djihadistes par multi-cruautés théologiques appliquées (voir cette excellente source à mieux faire connaître : ikhwan.whoswho) -, il existe une nouvelle génération de lobbyistes, particulièrement ‘décomplexés’, qui sont d’autant mieux préparés à islamiser la France tranquillement et, on peut le dire, ‘sympathiquement’. Leurs idées peuvent parfois relever de la folie des grandeurs, comme celui qui avait proposé, avec financement d’un émir Qatari, d’ouvrir un restaurant Halal au coeur de la Tour Eiffel mais qui dut faire marche arrière suite à certaines résistances politiques qui menaçaient d’en révéler le projet aux médias.

L’Arabie Saoudite et ses appuis français de gauche se sont disputés avec le Qatar (aux appuis français de droite) les investissements dans les banlieues françaises et pour l’heure, la bataille n’est pas finie.

Mais une chose est sûre : Un partenariat nommé ‘programme d’investissement massif’ fut bel et bien signé par Hollande entre La France et l’Arabie Saoudite lors de sa visite au Royaume et il permet à celui-ci d’entrer dans le domaine des crédits à l’exportation de la France (donc énorme dépendance assurée de la France sur sa politique étrangère forcément liée), le domaine du ferroviaire (et donc le TGV, ses nouvelles versions en préparation et les marchés du ferroviaire français à l’étranger, qui est assez côté à l’international. Pour info,Israël a fait construire son tramway de Jerusalem par plusieurs entreprises françaises dont Veolia/Connex) et les nouvelles technologies (ce marché du présent et du futur étant par nature lié aux domaines de l’information, il ne faut pas s’attendre à une amélioration concernant l’habituelle désinformation française même si un candidat présidentiel de 2017 voudrait faire mieux).

Officiellement, il n’y a pas d’autre contrepartie qu’un vague ‘renforcement des liens avec la France’, manière de formuler poliment la soumission.

Depuis les violences de 2005, le thème de l’éternel victimisation des jeunes de banlieue est plus difficile à ‘vendre’ en tant que tel par les officines pro-Islam agissant auprès des politiciens, mais s’appuyant sur ce que j’appelle ‘le culte du dialogue à tout prix’, avec tout le monde et n’importe qui, ils réussissent à trouver des moyens par lesquels ils touchent les yeux et le coeur des classes moyennes et celles dîtes supérieures -jusqu’aux politiques – par des idées assez innovantes qui aboutissent à faire produire des émissions comme ‘Viens dîner dans ma cité’ . Il faut reconnaître qu’il arrive en ces occasions, en plus de quelques vrais tombées de masques, quelques bons moments d’humanité. Les dîners avec Philippot et Mélenchon sont assez mémorables et on peut les consulter sur Youtube :

On retrouve cependant des moments de gêne perceptible ou des sourires moqueurs quand ‘par hasard’ le mot ‘juif’ s’échappe d’une bouche. Cette émission n’est donc probablement pas exempte de toute taqiya.

Commençant à sentir les limites de ce qu’il est possible de faire avec les jeunes de banlieues non seulement dans les médias mais aussi dans la vie réelle, les axes majeurs du lobbying musulman en plein redéveloppement sont la création d’une élite intellectuelle de même niveau que les élites nationales (et dans un esprit de forte concurrence avec les intellectuels juifs tous perçus comme ‘vendus par avance’ à la cause sioniste), la diffusion et l’adaptation cuturelle de l’identité musulmane et du Coran aux milieux de la classe moyenne et désormais aussi aux élites. Ceci explique qu’ils investissent dans le monde de la librairie, qu’ils tentent de placer des versions bisounours du Coran en grandes bibliothèques et de plus en plus de livres en langue arabe ou affichant tout au moins nombre d’écritures arabes en couverture dans le réseau des Fnacs dont les chefs de rayon collaborent assez bien, notamment sur Paris et sa région.

François Hollande, de manière très semblable à l’esprit Quai d’Orsay et à tous les pré-formatés sortis de l’ENA, Polytechnique et autres systèmes semblables, utilise la culture et l’éducation pour mener ses combats idéologiques qui, sous des apparences bienveillantes et visant ‘la concorde’ doivent toujours aboutir à des applications politiques bien précises.

C’est dans cette perspective que fut recrutée Najat Vallaud-Belkacem, en plus de l’intérêt qu’elle soit femme. Mais comme elle a raté deux fois de suite l’ENA, on la fit entrer au siège du PS à Solférino et de là seulement, elle fut propulsée au gouvernement.

Bien qu’elle ne puisse être qualifiée de lobbyiste, elle a vite appris, semble-t-il par elle-même, mais naturellement aussi aidée des nombreuses élites professionnelles’fascinées’ par le Proche et Moyen-Orient, tout ce qu’il est possible de proposer et d’imaginer pour islamiser de manière soft, culturelle et sympathique, le pays d’accueil de ses aînés.

Ceci tandis que continue l’habituel deal entre élus locaux (principalement de gauche) et responsables d’associations musulmanes consistant en les termes suivants (mais bien évidemment formulés plus finement aux intéressés) : ‘ Vous réalisez les requêtes de notre communauté en échange de quoi les ‘grands frères’ – (supposés être plus raisonnables que leurs cadets) assureront le calme’. Logique de mafia locale, d’autant plus que ce que ne dit pas le deal, c’est que la police doit laisser travailler tranquillement ceux qui parmi les grands frères sont des dealers de drogue, tandis que les Musulmans intégrés ne réagissent pas et ne contestent pas, même pour ceux qui comprennent la honte que cette image donne aux leurs.

Dans ces conditions, les élus locaux, sans soutien, n’ont pas vraiment d’autre choix que se soumettre. S’ils avaient des valeurs, ils abdiqueraient. Mais leur remplaçant, toujours aussi seusl face au problème, ne feraient pas forcément mieux, et ce, quelque soit leur bord politique.

Ceci est la principale explication de la raison pour laquelle les mosquées poussent comme des champignons en France, en plus de la crise d’identité des démocraties post-modernes déchristianisées.

Peut-être les élus locaux devraient téléphoner à Hollande pour lui demander son aide ?

Mais il est vrai, il fait lui-même tellement pitié à voir…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Daniel Frédéric Gandus pour Dreuz.info.

* qui l’aurait en fait plagié d’Emile de Girardin, tandis que cela pourrait avoir été repris d’un haut dignitaire anglais selon d’autres sources.

** En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz