Quantcast
FLASH
[11/12/2019] #Netanyahou songe à recruter l’ancien directeur de campagne de #Trump, Corey Lewandowski, pour sa prochaine campagne électorale  |  Sondage : #Trump devant tous les candidats Démocrates dans le Michigan  |  #Obama a refusé de donner une aide militaire à l’#Ukraine, mais @CBSNews prétend que #Trump met l’Ukraine en danger face à la #Russie  |  Un Islamiste a fait encore un attentat-suicide, à l’extérieur de la principale base américaine en #Afghanistan  |  [10/12/2019] La Finlande inaugurera la plus jeune Premier ministre du monde, Sanna Marin, 34 ans  |  Les Américains soupçonnent l’#Iran d’être à l’origine des attaques à la roquette contre des bases irakiennes accueillant des forces américaines près de l’aéroport international de Bagdad  |  [08/12/2019] Les autorités saoudiennes enquêtent pour savoir si le terroriste de #Pensacola s’est radicalisé lors d’une visite dans le royaume l’année dernière, selon deux responsables saoudiens  |  #Pensacola. Le FBI détient 10 Saoudiens après l’attaque, et en recherche d’autres qui ont participé avec le terroriste à une fête pour regarder des vidéos de tueries de masse  |  Les avions à réaction de l’armée de l’air israélienne ont frappé un camp terroriste de #Hamas, des entrepôts d’armes, des bureaux et des postes de sécurité à #Gaza  |  [07/12/2019] A 20h54 heure locale, 3 roquettes ont été tirées depuis #Gaza sur #Israël, 2 interceptées. Ni @Reuters, @AFP n’en parlent  |  [06/12/2019] En raison d’une aggravation des menaces de l’#Iran, #Israël a testé avec succès des tirs de missile capable de porter une tête nucléaire  |  [04/12/2019] Fatigué des blabla, #Trump annule la dernière conférence de l’Otan et rentre à Washington  |  [30/11/2019] Le terroriste du #LondonBridge était un proche de l’infâme prédicateur islamiste Anjem Choudary  |  La Bolivie rétablit ses liens diplomatiques avec #Israël  |  Près de 3 000 faux permis de conduire américains envoyés par la Chine ont été interceptés par la douane américaine  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Lia Fowler le 18 janvier 2017

Après des décennies d’aide secrète aux terroristes, Soros se dévoile en Colombie

Lía Fowler

Le 9 janvier, le quotidien colombien El Espectador a publié une chronique du gestionnaire de fonds spéculatifs de New York George Soros intitulée « Les temps anormaux de Trump », dans laquelle le milliardaire hongrois-américain a déclaré: «Je dois vous dire qui je suis et ce en quoi je crois. » Il semblerait à travers ce morceau, écrit « spécialement pour El Espectador », que le fondateur de l’Open Society Foundations tentait de se présenter aux Colombiens. Trop tard de quelques décennies.

En fait, Soros a joué un rôle clé dans l’élaboration de la politique des États-Unis à l’égard de la Colombie et de la politique intérieure de la Colombie depuis au moins les années 1990. Grâce à son propre réseau d’ONG et à ses commanditaires, Soros a mené une agression de plusieurs décennies sur les institutions colombiennes destinées à légitimer les groupes narco-terroristes colombiens – un objectif qu’il est très proche d’atteindre (1).

En décembre dernier, le Congrès colombien a ratifié un «accord de paix» entre le gouvernement du président Juan Manuel Santos et le groupe narco-terroriste connu sous le nom de FARC, en dépit du fait que cet accord avait été rejeté par un plébiscite national le 2 octobre 2016. Le principal cartel du trafic de drogue au monde aura des sièges garantis et non élus au Congrès. Santos a des pouvoirs par décret et la Colombie se transforme rapidement en un narco-Etat défaillant. La voie à cette fin a été pavée et financée par George Soros, et réalisée par une triple approche: affaiblissement de l’État et de ses institutions, blocage des efforts d’éradication des drogues et promotion de la légalisation et de la dépénalisation des drogues.

Sous le prétexte de la promotion des droits de l’Homme, Soros a co-fondé en 1978, Human Rights Watch (à l’origine Helsinki Watch). Non seulement il a y versé des centaines de millions de dollars, par l’intermédiaire de la Open Society Foundations (2), mais il siège également à son Conseil consultatif pour les Amériques. Dans les années 1990, HRW, ainsi que Amnesty International (3), et le Bureau de Washington pour l’Amérique latine (WOLA) (4) et les Brigades Internationales pour la Paix (5), tous parrainés par Open Society, ont commencé à qualifier l’armée colombienne de violatrice systématique des droits de l’homme. En effet, lors de la présidence d’Ernesto Samper (1994-1998), accusé par les Etats-Unis de financer sa campagne présidentielle avec l’argent du cartel de la drogue, et du gouvernement d’Andres Pastrana (1998-2002), les efforts combinés des ONG financées par Soros ont réussi à diffamer l’armée, entraver ses opérations et retirer ses principaux dirigeants par le biais d’accusations abusives de violer les droits de l’Homme.

Au milieu et à la fin des années 1990, il y a eu une bataille au sein du gouvernement des États-Unis entre le Département d’État et le Pentagone au sujet de la nature des groupes terroristes FARC et ELN. Myles Frechette, ancien ambassadeur des États-Unis en Colombie, a insisté sur le fait qu’il n’y avait aucune preuve de lien entre ces organisations terroristes et le trafic de drogue – une revendication répétée par les FARC dans diverses communications, y compris une « Lettre ouverte au peuple américain » datant de 1998 (6). A présent, Frechette siège au conseil consultatif de HRW de Soros.

Le général américain Barry McCaffrey a déclaré en 1996 que les FARC et l’ELN étaient « une force de la narco-guérilla ». Le Pentagone a fait preuve de vérité, car les FARC sont désormais reconnues comme le principal cartel mondial de la cocaïne.

HRW et d’autres ONG financées par Soros ont dirigé une campagne sans relâche contre les Forces armées colombiennes et ses membres. Dans un rapport de 1996, intitulé «Les réseaux assassins en Colombie: l’alliance militaire-paramilitaire et les États-Unis» (7), HRW a écrit: «Avec l’objectif de déclarer une guerre contre la drogue, les États-Unis ont armé, formé et conseillé les forces armées colombiennes. Dossier désastreux sur les droits de l’homme ». Le rapport accusait le général à la retraite Farouk Yanine Diaz et le général Harold Bedoya, entre autres, de collusion avec des groupes paramilitaires pour commettre ou dissimuler des atrocités.

Ces allégations constantes ont été amplifiées par les médias américains liés à Soros. Parmi eux, le Washington Post. Il n’est pas surprenant que Len Downie, rédacteur en chef du Washington Post de 1991 à 2008, et à présent vice-président du journal, soit également membre du conseil d’administration du Centre for Investigative Reporting, qui a reçu plus d’un million de dollars de Open Society.

Dans un article du Washington Post de 1997 intitulé « Alors que sa guerre civile s’intensifie, la Colombie émerge comme la Bosnie d’Amérique du Sud », Ana Carrigan et Robert O. Weiner, les auteurs, ont parlé de collusion présumée entre les militaires et les trafiquants dans une « guerre sale ». Et a comparé ceci au nettoyage ethnique en Bosnie. « Les paramilitaires massacrent [les civils], satisfaisant le désir des militaires d’augmenter le nombre des morts et permettant à leurs commanditaires de consolider et d’étendre leurs terres », ont-ils ajouté, sans fournir aucune base pour ces déclarations.

Ana Carrigan, co-auteur de l’article de 1997, est écrivaine chez OpenDemocracy, une organisation financée principalement par Open Society et Open Society Initiative pour l’Europe (8). Soros lui-même est un chroniqueur à OpenDemocracy. Sa couverture suivie du conflit colombien est restée pro-terroriste au fil des ans. Carrigan est également l’auteur de « Le Palais de justice: une tragédie colombienne », dans laquelle elle a faussement affirmé que c’était l’armée, et pas les terroristes du M-19, qui ont assassiné la plupart des victimes lors de l’attaque terroriste du M-19 au Palais de Justice en 1985. Une critique de son livre faite par Rex A. Hudson, a souligné les nombreuses erreurs de son travail, y compris sa dépendance des sources anonymes et en ignorant le témoignage de survivants crédibles. Le livre reste l’un des rares témoignages du massacre commis par le M-19, en langue anglaise (9).

Bernard Aronson, un ancien secrétaire d’État, a promu le faux récit militaire et paramilitaire de HRW en écrivant qu’en aidant l’armée colombienne, les Etats-Unis risquaient de « s’allier aux forces paramilitaires qui ont récemment massacré 21 civils, y compris un enfant de 4 ans, dans un village isolé dans un territoire contrôlé par la guérilla ». Aronson a proposé plutôt que les FARC et l’ELN puissent aider à éradiquer les champs de coca en échange de l’aide américaine et d’une part du pouvoir en Colombie (10).

Aronson a été et est toujours membre du Dialogue Interaméricain, financé indirectement par Soros, via la Fondation Avina. Cette dernière est citée par Dialogue comme l’un de ses principaux donateurs et elle est financée par Open Society. De plus, le directeur du Dialogue Interaméricain, Michael Schifter, fait partie du Conseil consultatif de HRW auprès de Soros. Avec la récente ratification de l’accord Santos-FARC, Bernard Aronson a non seulement vu sa proposition de 1998 se réaliser, mais il a contribué à le structurer, car il a été envoyé par le président Obama en qualité d’envoyé américain aux pourparlers de paix Santos-FARC depuis 2015.

En 1998, la forte influence de Soros au sein du département d’État était complète, avec la nomination d’Harold Koh comme secrétaire d’État adjoint pour la démocratie, les droits de l’Homme et le travail. Dans un conflit d’intérêt flagrant, Koh était également membre du conseil d’administration de HRW (11).

«Le principal mécanisme de la campagne de diffamation contre l’armée colombienne est le Human Rights Report que le département d’État présente tous les ans au Congrès américain», a écrit Miguel Posada, fondateur du Centre d’Etudes Analytiques et de Verdad Colombia – et mon père -, dans un article de mars 2000 de l’Association interaméricaine de la Presse Economique (12). Pendant de nombreuses années, le rapport du département d’État était presque une copie exacte du rapport de Soros-HRW.

Parmi les réalisations de Soros en Colombie, grâce à son influence au Département d’État, on peut citer: le démantèlement de la 20e Brigade de Renseignement (13) en 1998 (accusé par le Département d’Etat – selon le Washington Post) de « promouvoir les activités des escadrons de la mort »); le blocage de millions de dollars de l’aide américaine, tel que décrit dans les rapports de HRW pour toutes les années pertinentes; et le licenciement de centaines d’officiers (14).

Le résultat de la politique de Soros vis-à-vis de la Colombie a été désastreux. Selon les statistiques de l’Université militaire Nueva Granada, à Bogota, entre 1990 et 2000, le nombre de terroristes des FARC est passé de quelque 8 000 à plus de 20 000. Les terroristes de l’ELN sont passés de 2 000 à 4 500 et les paramilitaires ont quintuplé en force, passant de 1 800 terroristes à plus de 10 000. À cette époque, environ 7 000 enfants-soldats ont été recrutés dans ces groupes terroristes.

Parmi les officiers limogés en raison des pressions exercées par HRW et par le département d’État on retrouve le général Harold Bedoya, commandant des Forces Armées, qui a été contraint de prendre sa retraite en 1997. En 1998, un rapport de HRW intitulé «All-Out War: Colombia and International Humanitarian Law» (Guerre sans quartier: la Colombie et le droit international humanitaire) (15), dit : « En 1997, le gouvernement colombien a limogé le général Harold Bedoya, dont l’hostilité envers les droits de l’homme et dont l’association tout au long de sa carrière avec l’augmentation spectaculaire des opérations conjointes entre l’Armée et les paramilitaires sont bien connus ».

En réalité, il n’y a jamais eu de preuve crédible que le général Bedoya ait eu des liens avec les paramilitaires. Comme la grande majorité des informations lancées par HRW, et diffusées par ses partenaires, les accusations n’étaient pas étayées. Selon l’ONG Monitor, les publications de HRW «reflètent l’absence de normes professionnelles, de méthodologies de recherche et d’expertise militaire et juridique» (16).

Alors, où ont-ils obtenu cette information? Alors que les rapports de HRW n’identifient pas les organisations qui fournissent l’information dans leurs remerciements, en invoquant des raisons de sécurité, un examen du contenu de leurs rapports suggère qui ils pourraient être : la Commission Colombienne de Juristes (CCJ), la Commission Inter-Ecclésial de Justice et Paix (CIJP), le Centre d’Investigation Populaire et d’Éducation (CINEP), et la Corporation Collectif d’Avocats José Alvear Restrepo (CCAJAR). Fait intéressant, toutes ces ONG sont soutenues par les Brigades Internationales de la Paix, qui reçoit des fonds directement de la Société Ouverte de Soros.

Après sa retraite forcée, le général Bedoya a présenté sa candidature présidentielle pour les élections de 1998. Sa plateforme consistait à s’opposer aux politiques du gouvernement Samper et à combattre directement le narco-terrorisme. Dans les mois précédant l’élection, trois des bureaux de campagne de Bedoya ont été attaqués avec des explosifs et, en mai, le conseiller de campagne de Bedoya, l’ancien ministre Fernando Landazabal, a été assassiné. En dépit de sa défaite lors des élections, le général Bedoya a poursuivi ses efforts pour lutter contre la propagande pro-FARC parrainée par Soros aux États-Unis, en réalisant des conférences à l’Institut Schiller et au National Press Club.

A chaque tour, il a dû faire face à des campagnes intenses de diffamation aux États-Unis et en Colombie. Aux États-Unis, les groupes pro-FARC ont fait du bruit pour l’utilisation du mot «patria» en espagnol, qu’ils ont traduit comme «patrie» (au lieu du terme «pays» plus approprié) pour faire des comparaisons avec Hitler. Depuis cela, les politiciens aux États-Unis et les ONG ont commencé à définir le général Bedoya comme un « fasciste ». En 1999, par exemple, un courrier électronique du Colombian Labour Monitor, une ONG dont le financement est inconnu, a déclaré: «Le général fasciste colombien Bedoya parlera au National Press Club» (17). L’Équipe Nizcor et Derechos Human Rights, membres du GILC de Soros (18), a inclus le nom du général Bedoya dans une liste de « notables colombiens diplômés de l’École des Amériques» (19) et l’a accusé d’avoir organisé des escadrons de la mort, des allégations tirées directement des rapports de HRW et des communiqués des FARC (20).

Ces allégations ont eu un écho en Colombie. Dans un article de février 1998 dans le journal El Tiempo, qui parlait du Général Bedoya, Ivan Duque, à présent un sénateur du parti Centre Démocratique (CD), a écrit: « Ce n’est pas sérieux et il est désagréable d’entendre ce récit fasciste à la fin du 20ème siècle ». Ce n’est pas surprenant. Dans une chronique d’avril 2010 dans la revue Portafolio intitulée «Leçons de Soros», Duque exaltait la «richesse intellectuelle» de Soros et faisait la promotion de ses idées (21). Que ce soit par ignorance ou par conviction, Duque n’a pas fait mention du rôle que Soros avait joué dans la politique colombienne au cours des 15 dernières années.

Ce qui nous amène au présent. L’accord de paix, ratifié l’an dernier, a été initié par Santos – dont les liens avec Soros sont bien documentés – et soutenu par une intense campagne de propagande parrainée par Soros en Colombie et à l’étranger.

Plus précisément, le lobbying de Juan Manuel Santos aux États-Unis a été fait principalement à travers le groupe Dialogue Interaméricain, dont les liens avec Soros sont détaillés ci-dessus, et par le Conseil Atlantique, qui inclut Open Society dans sa liste de contributeurs (22). Les négociations « de paix » ont été entièrement approuvées par l’administration Obama, qui a ramené les acteurs clés liés à Soros des années 1990 pour aider à cimenter l’affaire: Harold Koh, ancien membre du conseil d’administration de HRW, a été nommé conseiller juridique du département d’Etat en 2009. Et Bernard Aronson a été nommé envoyé spécial aux négociations en 2015. Le rôle douteux d’Aronson dans les négociations a fait l’objet de ma chronique d’avril 2016: «Bernard Aronson: Les intérêts conflictuels de ‘Our Man in Havana’ » (23).

En ce début d’année, Dreuz a besoin financièrement de votre soutien, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La couverture journalistique des négociations de paix aux États-Unis était essentiellement pro-Santos-FARC, ce qui signifiait implicitement pro-Cuba, car les FARC ont longtemps été parrainées et formées par Cuba, et Cuba était un sponsor et l’hôte de la négociation. À la tête de cette couverture aux États-Unis était, encore une fois, un individu lié à Soros dans le Washington Post, le journaliste Nick Miroff (24). Son parti-pris était encapsulé dans un effrayant tweet du 6 janvier. En réponse aux photographies des observateurs de la paix des Nations Unies qui dansaient avec de très jeunes femmes des FARC –dont la seule présence dans les rangs des FARC constitue un crime de guerre– il a écrit: «Pour la paix en Colombie, quelqu’un devrait

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz