Quantcast
FLASH
[21/06/2019] Reuters: L’Iran a reçu un message de #Trump via Oman durant la nuit, l’avertissant d’une attaque imminente contre l’Iran, selon des responsables du gouvernement iranien  |  [20/06/2019] #Trump affirme que ceux qui ont détruit un drone américain au Moyen Orient ne l’ont pas fait intentionnellement et que l’Iran n’est pas impliqué  |  9 terroristes recherchés, arrêtés en Judée et Samarie  |  [19/06/2019] Les médias disent que les électeurs Républicains ont perdu leur enthousiasme, alors ils cachent que Trump a reçu 24,8 millions $ de dons en 24 h!  |  Les islamistes ne se reposent jamais : nouvelle tuerie dans des villages du centre du Mali, 38 morts et de nombreux blessés  |  [18/06/2019] Guerre de propagande. La Russie met en garde les Etats-Unis contre une tentative de « provoquer la guerre » avec l’Iran  |  Les partisans de Trump font la queue depuis 40 heures pour assister au lancement de sa campagne de réélection – contre 2000 personnes pour le meeting de Joe Biden  |  #Allemagne (Prenzlauer Berg), encore un incident antisémite : un homme non identifié par les médias a insulté et craché sur un #juif portant une kippa  |  Le Bureau de la sécurité diplomatique a cité 15 fonctionnaires pour avoir mal manipulé des informations classifiées concernant le scandale des emails d’Hillary Clinton. L’examen interne est en cours  |  [17/06/2019] Les partisans de #Trump commencent à faire la queue près de deux jours avant le coup d’envoi de la campagne de réélection massive d’Orlando, mardi soir  |  [16/06/2019] Dr Michael Evans (conférence Jerusalem Post – New-York): « Le président Trump est plus sioniste que beaucoup de juifs américains de gauche »  |  Dr Michael Evans : « la gauche tue l’âme, les terroristes tuent le corps »  |  [12/06/2019] Yemen : les rebelles attaquent un aéroport saoudien, 26 blessés  |  Hong Kong: la manifestation vire à l’affrontement avec la police  |  [11/06/2019] L’Alabama signe un projet de loi qui exige qu’une personne coupable d’infraction sexuelle avec une mineure de moins de 13 ans subisse une castration chimique avant d’être libérée de prison  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 27 janvier 2017

Je pense que Donald Trump a compris que déplacer l’ambassade à Jérusalem revient à perdre une carte majeure dans son jeu.

La semaine dernière, un communiqué du porte-parole du gouvernement israélien rapportait la conversation téléphonique entre Benjamin Netanyahu et Donald Trump.

Un détail retint mon attention.

«Les deux dirigeants ont parlé des accords sur le nucléaire iranien, du processus de paix avec les Palestiniens, et d’autres sujets».

«D’autres sujets» ? Pas un mot sur le déplacement de l’ambassade US à Jérusalem ? Etrange…

  • Le monde arabe est en ébullition depuis l’annonce de déplacement de l’ambassade.
  • Certains, comme Muqtada al-Sadr, parlent de déclaration de guerre contre l’islam (rien que ça !).
  • L’OLP menace de révoquer sa reconnaissance d’Israël.
  • Un haut responsable musulman est même allé jusqu’à défier Trump (la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf) : «Méfiez-vous, si vous déplacez l’ambassade à Jérusalem»,
  • Mahmoud Abbas a averti que «le déplacement de l’ambassade entraverait le processus de paix.»
  • Et l’Union européenne a dénoncé la décision.

Hier, pressé sur la question par le très pro-israélien journaliste Sean Hannity, Donald Trump, lors d’une interview à la Maison-Blanche lui a répondu :

«Je ne veux pas en parler pour l’instant…»

N’oublions pas que des architectes américains ont été envoyés à Jérusalem, et qu’ils sont en ce moment en train de visiter des bâtiments, d’étudier des emplacements possibles, et que Trump a dit et redit qu’il est homme à tenir ses promesses.

Que se passe-t-il donc ?

Trois hypothèses.

La première et la plus évidente est que les services de renseignement israélien ont informé Netanyahu que les risques d’embrasement de la région nécessitent un déploiement sécuritaire musclé qui demande préparation, et que déplacer maintenant l’ambassade limiterait fortement la marge de manœuvre de l’armée et des différents services.

La seconde tout aussi vraisemblable et en partie confirmée, est que similairement côté américain, les services de sécurité ont informé que les risques pour les ambassades et possessions américaines à l’étranger et spécialement dans les pays arabes demandent à voir leur sécurité renforcée avant toute action.

Mais il existe une troisième hypothèse à laquelle je m’en veux de ne pas avoir pensé plus tôt, et c’est la déclaration de Trump qui m’a rappelé à la rigueur de ma logique.

Benjamin Netanyahu a montré son grand talent de stratège politique en neutralisant pendant 8 ans la plupart des pernicieuses attaques d’O. et Kerry. Mais Donald Trump ne boxe pas sur le même ring. Il est– sa campagne électorale et sa victoire l’ont montré– trois coudées au-dessus. Un de ses immenses talents, The Art of the Deal* (comme le titre de son livre), c’est l’art de négocier.

Je pense que Donald Trump a compris que déplacer l’ambassade revient à se priver d’un moyen de pression fantastique.

En ce début d’année, Dreuz a besoin financièrement de votre soutien, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Voyant le monde arabe déchaîné, il a compris– en tous cas c’est le raisonnement que je tiens et je le crois plus intelligent que moi– que l’ambassade représente une monnaie d’échange inestimable pour exiger et obtenir de la Ligue arabe (les Palestiniens ne décident rien, les décisions sont prises par leurs maîtres), des compromis essentiels à Israël.

Je crois Trump largement sensible à la bêtise des Arabes, qui par leurs hurlements contre cette ambassade, ont fait monter les enchères sur sa valeur symbolique, pour exiger en échange de l’annulation temporaire de son déplacement, un donnant-donnant majeur pour Israël.

Et je sais Trump assez persuasif pour faire comprendre aux Arabes qu’au moindre geste de trahison des engagements qu’il les contraindra à prendre en échange du maintien de l’ambassade à Tel-Aviv, elle sera déplacée dans les 24 heures.

Trump peut par exemple exiger du Fatah qu’il cesse de donner aux rues les noms des terroristes, qu’il assure le désarmement et le démantèlement des cellules jihadistes de Ramallah et des environs, qu’il renonce aux campagnes de boycott contre Israël et démantèle BDS, qu’il révise les livres d’école et les programmes antisémites destinés aux enfants palestiniens, qu’il renonce à exiger le droit au retour de millions de ces réfugiés fabriqués par l’UNRWA, les pistes ne manquent pas.

Contre une seule promesse, celle de … ne rien faire !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz