Publié par Nancy Verdier le 28 janvier 2017

véhicules arrivent en trombe devant les urgences de Centre Hospitalier Dron. Une douzaine de Maghrébins qui accompagnaient une personne malade s’en sont pris physiquement au personnel soignant de garde au service des urgences. Un médecin a été roué de coups. Une infirmière, tirée par la chevelure, a eu les cheveux arrachés.

Outre cette liste interminable de violences et d’agressions ethniques et religieuses qui perdurent dans nos services hospitaliers, il faut noter qu’en médecine de ville, en 2014, ce sont plus de 900 praticiens libéraux, en majorité des généralistes, qui ont été agressés, soit dans leur cabinet, soit au cours de visites extérieures. Comme par hasard, les départements les plus touchés (Nord, Bouches-du-Rhône, Isère…) sont ceux où les populations immigrées sont les plus nombreuses.

Du plan Juppé au plan Touraine en passant par les 35 heures, cela fait vingt ans que l’hôpital public encaisse les coups de réformes qui sont à l’inverse des besoins et situations que signalent les professionnels de santé. Comme si ces calamités administratives ne suffisaient pas, dans le même temps s’amplifient les agressions islamistes : injures, menaces, violences physiques.

  • Toutes les 30 minutes un professionnel de santé est agressé (source : Observatoire national des violences en milieu de santé).
  • A cela, s’ajoutent les intrusions de pratiques religieuses en salle d’accouchement ou en bloc opératoire : le mari de la parturiente psalmodie des versets du Coran à l’oreille du nouveau-né ou prie sur le sol, quand il n’intime pas au médecin l’ordre d’euthanasier le bébé si son aspect ou son sexe ne lui convient pas.

Faut-il conclure que la vie en commun est impossible avec les musulmans fondamentalistes et leur islam subversif ? Dans nos quartiers devenus zones de non-droit, de montée des revendications politico-religieuses, d’invasion migratoire et de tensions quotidiennes, la vie est devenue un calvaire pour les blancs et même pour les immigrés qui souhaitent faire l’effort de s’intégrer dans la société française.

Voici ce qu’a écrit Hassan al-Banna, fondateur des Frères musulmans :

«C’est une organisation complète qui englobe tous les aspects de la vie, c’est tout à la fois un État et une nation, ou encore un gouvernement et une communauté. C’est également une morale et une force ou encore le pardon de la justice, etc., mais c’est surtout une lutte dans la voie de Dieu et un appel, ou encore une armée et une pensée. Les lois du Coran sont immuables et universelles, elles ne peuvent être ni critiquées ni modifiées, puisqu’elles parviennent de Dieu par Mahomet.»

Donc, pas de négociation possible. Ce sera eux ou nous !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Nancy Verdier pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous