Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 24 février 2017
Après la nuit d’émeutes du 20 février à Rinkeby en Suède le « petit Mogadishu »

Phase 1 : Déclaration de Trump sur la Suède

Le 18 février 2017, lors de son meeting en Floride, le président Donald Trump parle de la situation catastrophique en Europe à cause de l’immigration, et il évoque la Suède.

« Regardez ce qui s’est passé hier soir en Suède. La Suède ! Qui aurait pu penser ça ! La Suède. Ils ont accepté un grand nombre [de réfugiés de pays musulmans]. Ils ont des problèmes comme ils n’ont jamais cru que cela soit possible. Regardez ce qui se passe à Bruxelles. Regardez ce qui se passe dans le monde. Regardez Nice [attentat du 14 juillet], Regardez Paris [Attentat du Bataclan, de Charlie, de l’Hyper Cacher]. »

Visiblement, Trump a mal tourné sa phrase concernant la Suède. Il faisait référence à l’émission qu’il avait regardée la veille qui évoquait les problèmes de la Suède. Il aurait dû dire « j’ai regardé hier soir ce qui se passe en Suède ».

Phase 2 : les médias mentent et attaquent Trump

Les journalistes en bloc comme des moutons, sans qu’aucun ne prenne le moindre recul et fasse sérieusement son métier, sont tombés sur Trump en l’accusant d’inventer des attentats terroristes qui n’existent pas.

  • Premier mensonge : Trump n’a pas parlé d’attentats. Les médias ont menti. Ca ne fait rien, les médias ont tous les droits (avaient tous les droits, et cela change rapidement, merci internet et les réseaux sociaux)
  • Malhonnêteté : aucun média n’a reconnu que Trump avait raison concernant Bruxelles, Nice et Paris : les attentats ont été commis par des gens issus de l’immigration musulmane.

C’est le mensonge des médias qui est généralement souligné ici, puisque Trump n’a jamais parlé d’attentats, et qu’ils ne se sont jamais excusés d’avoir induit les gens en erreur, mais le pire est à venir :

Phase 3 : la désinformation

Le 20 février 2017, une émeute éclate dans une banlieue de Stockholm largement dominée par la présence immigrée, Rinkeby, surnommé « la petite Mogadishu » en raison de l’importante population somalienne.

La police venait d’arrêter un dealer de drogue, mais la population musulmane ne l’entendait pas ainsi, et pour protéger cet immigré, une centaine de musulmans déclenchèrent des violences, lancèrent des pierres contre la police, brûlèrent des voitures, cassèrent des vitrines, etc.

Que pensez-vous que firent les médias ? Qu’ils présentèrent leurs excuses à Trump ? Vous savez bien que non : les médias ne s’excusent jamais de leurs erreurs, ils passeraient leur temps à le faire.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Ce qu’ils firent est bien pire : eux qui avaient tous rapporté les propos de Trump pour le ridiculiser, décidèrent de taire cette émeute. Tous les médias considérés comme « très fiables » par le Décodex du Monde jouèrent la censure – (sauf Le Monde qui en parle le 22 février !)

Les lecteurs du Figaro, de l’Obs, de Libé, les auditeurs de France inter et j’en passe n’ont jamais su que des émeutes ont éclaté à Stockholm. Pour eux, Trump rapporte des informations qui n’existent pas. Ils ne sauront jamais que Trump avait raison d’évoquer le drame de l’immigration suédois (sauf ceux qui ont lu Dreuz).

Conclusion

Voilà comment fonctionne la désinformation, voilà comment les médias, jour après jour, en appuyant sur certains faits, en en cachent d’autres, contrôlent l’opinion des gens.

Voilà pourquoi, en France, certains de mes contacts, des gens (mal) informés, (très bien) éduqués, (très) intelligents et à l’esprit (très) critique font la moue ou éclatent de rire lorsque je leur dis le bien que je pense de Donald Trump. Et je ne peux pas leur en vouloir ou leur en faire le reproche.

Les journalistes ont pris les Français en tenaille et leur ont fait subir un lavage de cerveau méticuleux qui a produit ses effets : phase 1, les faits importants sont occultés par une distraction ; phase 2, le mensonge est installé ; phase 3, la réalité est censurée pour que les gens ne sachent pas ce qu’il se passe réellement, et croient au narratif des médias.

L’opération média est telle que ceux qui auront été pris au piège ne changeront plus jamais d’opinion sur Trump.

Vous ne lirez ces informations que sur les sites classés rouges dans le Decodex du Monde, que sur la fachosphère, l’endroit où l’information circule.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz