Quantcast
FLASH
[18/09/2019] Une terroriste arabe palestinienne a été tuée alors qu’elle tentait d’attaquer des soldats israéliens avec un couteau  |  [17/09/2019] Election Israël: Echantillon Rotter: Likoud; 37, Gantz: 34, Liste jointe (arabe) 11, Shas 8, Iahadut hathora 8, Yamina (Shaked Bennet) 7, Liberman : 7, Camp démocrate 4, Havoda/Gesher 4  |  Election Israël: à l’échelon national, le taux de participation est en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Premier sondage coalition « naturelle » : Likoud 57 sièges, Gantz 55 – c’est le seul sondage qui compte  |  Election Israël: Netanyahou = 33 sièges, Gantz = 34 sièges – ce qui ne dit rien puisque l’élection est une affaire de coalitions  |  Election Israël: des hackers localisés en Indonésie ont tenté de pirater les ordinateurs du parti de Liberman  |  Election Israël: Netanyahou: « nous pouvons encore gagner »  |  Ayelet Shaked: « c’est la dernière heure pour bloquer un gouvernement de gauche »  |  Election Israël: taux de participation à 20h = 63,7%, en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Taux de participation des Arabes à 20h: 63,8%  |  Election Israël: Yaïr Lapid s’adresse à des téléphones éteints pour stimuler les derniers votants  |  Election Israël: Netanyahou : « si nous perdons, il y aura distribution de bonbons à Téhéran et à Gaza »  |  Election Israël: durant un podcast, un journaliste révèle par inadvertance que les chiffres de Bleu et Blanc sont plus faibles dans les villes autour de Tel Aviv qu’au centre  |  Election Israël: A Hadera, des activistes d’Israel Beitenou (Liberman) attrapés en vidéo offrant 500 shekels pour un vote  |  Election Israël: si le taux de participation arabe est élevé, et le taux de participation en Judée Samarie est faible, on est parti pour des mauvaises surprises  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Alain Leger le 26 février 2017

Les députés Philippe Vigier et Christian Jacob ont accusé Emmanuel Macron de s’être servi dans les caisses de l’Etat pour financer son mouvement «En marche !»

Macron est bordé de partout, protégé par les médias qui refusent de faire leur métier et enquêter, protégé par une justice – qu’on sait politiquement corrompue avec l’acharnement juridique – qu’on l’aime ou pas – contre Fillon, il ne reste qu’internet pour faire le sale boulot.

Philippe Vigier et Christian Jacob s’appuient sur un livre enquête (Dans l’enfer de Bercy: Enquête sur les secrets du ministère des Finances*) consacrée aux coulisses du ministère de l’Economie et des Finances dont un croustillant passage est consacré à Emmanuel Macron à Bercy.

«Il y a des choses importantes qu’on a apprises … notamment au niveau des frais de bouche, puisque 120.000 euros des crédits du ministre à Bercy [ont servis à ] des agapes En marche!, pour réunir tel ou tel, pour préparer sa campagne présidentielle», accuse le le député UDI Philippe Vigier.

Les journalistes Marion L’Hour et Frédéric Says ajoutent :

«Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80% de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget.

[…]

L’enveloppe annuelle des frais de représentation du ministère de l’Economie dépasse cent cinquante mille euros, soit au moins cent vingt mille euros utilisés en huit mois par le jeune ministre pour ses seuls déjeuners et dîners en bonne compagnie».

Le 20 janvier 2017, Le Figaro accusait à son tour :

«Pendant deux ans, l’ancien ministre de l’Economie a eu recours à tous les moyens et facilités offerts par son ministère, y compris financiers, pour installer sa candidature.»

Le quotidien expliquait que Macron s’est servi de son ministère comme «d’une rampe de lancement» de sa campagne. «Le jeune ex-ministre … est resté moins de deux ans dans les murs. Le temps de façonner sa cote de popularité, de renforcer ses réseaux, d’acquérir l’expérience de l’Etat, bref, de préparer l’offensive, dans le confort d’un ministère puissant» précise l’article.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Dans un article publié sur Atlantico, les bonnes feuilles du livre de Says et L’Hour révèlent des détails embarrassants sur ces dépenses personnelles et formulent de lourdes accusations :

  • «Emmanuel Macron a utilisé Bercy pour s’élever» : utiliser Bercy, cela veut dire utiliser l’argent public à des fins privées.
  • «Emmanuel Macron recevait à tour de bras les personnalités influentes dans son bureau du troisième étage. Y compris des hiérarques religieux, des philosophes, des responsables associatifs, tous estimables, mais qui n’avaient pas grand-chose à voir avec les attributions officielles du ministre.»
  • « Il multipliait les dîners, parfois deux par soir », raconte un autre membre du gouvernement installé à Bercy.
  • «Michel Sapin [qui] a eu vent de ces repas par les huissiers et les chauffeurs de Bercy, s’est indigné».
  • «Dans les murs du ministère, Emmanuel Macron a aussi reçu des centaines d’“amis” Facebook. Par deux fois, il a organisé avec eux des soirées de discussion.»
  • «A posteriori, ces rendez-vous ressemblent davantage à un pré-meeting électoral.»
  • «Michel Sapin se reproche sa naïveté : “Avec Macron, nous avions une relation très simple, très fluide. C’est un esprit alerte, très léger, pas lourdingue. Je m’en veux de n’avoir pas vu assez vite qu’il avait une ambition cachée.»
  • En mai 2016, lors d’un déjeuner avec quelques journalistes, le chef de l’État se joint aux critiques de ses ministres et compare Emmanuel Macron à Donald Trump « Trump est un milliardaire, donc les gens se disent : “Tiens, il ne va pas être corrompu car il est déjà riche.” », ce que son passage à Bercy ne démontre pas.

Suite à de telles accusations, le parquet national financier (PNF) devait demander à Macron de détailler avec quel argent, pour quel montant, de quelles sources, il a financé sa campagne. Le PNF déclencher s’auto-saisir d’une enquête comme pour Fillon. Sauf que le conseiller justice du chef de l’Etat est un ancien substitut du PNF…

La France est un pays corrompu (elle arrive au 23e rang du classement mondial de Transparency International), et lorsqu’on tombe à ce rang, il n’est pas évitable, à un moment où à un autre, que la corruption soit visible à l’œil nu : vous y êtes en plein, vu l’importance de l’échéance présidentielle.

Notre prochaine enquête : Macron reçoit 3 millions chez Rothschild, mais il ne paie pas l’ISF.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz