Publié par Sidney Touati le 30 mars 2017

François Hollande a utilisé des méthodes identiques pour s’emparer du pouvoir et pour assurer sa succession, méthodes que l’on pourrait résumer par le triptyque : manœuvres, intrigues et coups tordus.

1 °) Hollande s’est emparé du pouvoir à l’issue d’une campagne médiatique anti-Sarkozy délirante.

En 2012, les Français n’ont pas voté « pour » Hollande, mais contre Sarkozy que les médias avaient diabolisé à outrance.

Résultat de cette machination : Hollande fut le président le plus impopulaire de la Vème République.

Le clan Hollande a sans doute oublié une chose, la chose la plus importante.

En dépit de toutes ses imperfections, la France est une démocratie et sans un minimum d’adhésion populaire, un président élu au suffrage universel direct ne peut gouverner. Sans cette adhésion, le manœuvrier le plus habile s’agite dans le vide.

Les deux journalistes qui l’ont suivi durant son quinquennat expriment sans détour cette situation inédite en France :

« François Hollande n’intéresse plus les Français —si tant est qu’il ne les ait jamais intéressés. Il indiffère, au mieux. » (G. Davet, F. Lhomme, « Un président ne devrait pas dire ça… »* éd. Stock)

Hollande a donc dirigé la France pendant cinq ans, comme il a dirigé le Parti socialiste pendant dix années. Dans le vide, sans soutien réel, sans projet solide, sans imagination, avec l’unique objectif d’assurer sa survie et celle de son clan. Il a triomphé non par la force de ses propositions, l’élan induit par son programme, mais en éliminant un à un tous ses adversaires et concurrents.

Bilan accablant pour Hollande : il laisse d’une part un pays dévasté par le doute dont tous les clignotants sont au rouge et d’autre part un parti socialiste anémié, exsangue, menacé de disparition. Avec lui, se termine définitivement la parenthèse ouverte par François Mitterrand en 1971 et 1981.

2 °) Ayant renoncé à se représenter tant son impopularité est immense, François Hollande travaille à l’élection de son « poulain » Macron.

Hollande espère imposer Macron en diabolisant Fillon comme il s’est imposé en diabolisant Sarkozy

Le Président quitte le pouvoir certes, mais il entend faire l’unique chose qu’il sache faire : éliminer ceux qui le gênent. Il utilise donc les méthodes qui lui ont permis de triompher en 2012. Il brouille la campagne électorale par le vacarme d’un concert médiatico-judicaire savamment orchestré rendant inaudible le programme des candidats. Il interdit au peuple de choisir sereinement celui qu’il juge digne de le représenter. Le peuple l’a humilié. Il humilie le peuple en décidant en ses lieux et place qui doit lui succéder.

Hollande espère imposer Macron en diabolisant Fillon comme il s’est imposé en diabolisant Sarkozy. La ficelle est énorme. Imaginons qu’elle marche une seconde fois. Qu’adviendra-t-il ?

Si Macron est élu ça ne sera pas sur un programme, mais uniquement contre Fillon d’une part et contre Marine Le Pen de l’autre.

Les mêmes causes engendrant les mêmes effets, le Président Macron sera dans une position encore plus inconfortable que celle de son mentor Hollande. Comme lui, il ne pourra pas gouverner. Sous son quinquennat, la France confrontée à la tempête d’une crise sans précédent sera comme un navire sans gouvernail.

La France a décliné sous Hollande.

Elle sombrera sous Macron.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Mais les gens qui sont à cette sinistre manœuvre devraient prendre garde. L’histoire n’est jamais écrite d’avance. Le triomphe de ce sombre scénario hollande-macron semble probable, il n’est nullement certain.

Comme le rappelle Marx, lorsque l’histoire se répète, la première fois est une tragédie, la seconde une comédie.

La situation en 2017 est sensiblement différente de celle de 2012.

Le livre « Bienvenue Place Beauvau* » (par O. Recasens, D. Hassoux, C. Labbé, éd. Robert Laffont) met au grand jour les méthodes utilisées par l’Elysée sous le quinquennat de F. Hollande :

  • violation des grands principes d’un Etat de droit
  • instrumentalisation de la police, de la justice, des médias, à des fins strictement privées.
  • Les auteurs montrent que le sommet de l’Etat ressemble à un marigot où les dirigeants s’entredévorent.
  • On élimine, on « tue » sans se soucier du bien public et des règles de droit : mise sous écoute, chantage, contrôle fiscal, fuites organisées, campagne de presse, action de la justice… la panoplie des barbouzeries élyséennes est édifiante.

On ressort de la lecture de ce livre avec la nausée.

La prédiction faite par Jean-François Revel d’un « pourrissement par la tête » de l’Etat est amplement confirmée. (J.F. Revel, Le Regain démocratique*, éd. Fayard.)

Les Français seront-ils une nouvelle fois les dupes de ce système déliquescent ?

On ne peut y croire en dépit des oracles-sondages d’une « Pythie » aux ordres du « microcosme », « ce club informel et élitiste réunissant politiciens d’envergure, avocats puissants, grands chefs d’industrie, journalistes influents, habitués à discuter, dîner, parfois même à partir en vacances ensemble… » (Davet et Lhomme, o.c ; page V)

Le Roi Hollande et son bouffon Macron sont nus. Fillon, malgré ses défauts, est le seul à proposer un programme cohérent. En entrant dans l’isoloir, remis de la gueule de bois provoquée par la folle ivresse médiatique, au moment de décider du destin du pays, les Français s’en souviendront.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz