Quantcast
FLASH
[23/05/2019] En Ile-de-France majoritairement immigrée, 10 200 hommes et femmes sont séropositifs sans le savoir, selon les estimations de l’Institut national de la santé  |  Inde : victoire historique du parti conservateur de Modi aux législatives  |  Le président du directoire du journal Le Monde, Louis Dreyfus, convoqué le 29 mai par la DGSI  |  Marine Le Pen devra rembourser 300 000 € au Parlement européen, dans l’affaire des assistants parlementaires des députés européens FN  |  Hérault : Une dizaine de tombes du cimetière de Bédarieux dégradées et vandalisées  |  [22/05/2019] Centrafrique : une religieuse franco-espagnole, âgée de 77 ans, a été égorgée  |  [21/05/2019] Effet Trump. Nouveau sondage : la confiance du public dans le marché de l’emploi atteint 71% – plus haut de toute l’histoire des Etats-Unis (Gallup)  |  La poupée Barbie a eu 60 ans cette année (elle ne les fait pas)  |  L’Europe ne succombera pas aux ultimatums de l’#Iran, déclare le ministre français des Finances Bruno Le Maire  |  Il semble que #Trump va changer son slogan. #MAGA devient Keep America Great  |  [20/05/2019] Israël : les militaires de rang officiers et supérieurs ne doivent plus utiliser que des iPhone car ils ont un meilleur niveau de sécurité que tous les concurrents  |  mardi 21 mai, manifestation pro-Israël devant l’Ambassade d’Islande (52 avenue Victor-Hugo, 16e) à 19 heures. N’hésitez pas à venir nombreux avec des drapeaux Israéliens  |  Suisse : plus de 63 % des électeurs ont accepté de durcir et aligner les lois du pays sur les règles de l’UE en matière d’armes à feu  |  [19/05/2019] Egypte : attentat terroriste, nombreuses victimes suite à l’explosion d’un bus de touristes près des pyramides en plein ramadan  |  [18/05/2019] Effet Trump : la confiance des ménages a atteint son plus haut depuis 15 ans  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 31 mars 2017

C’est un scénario récurrent de politique-fiction, tout à fait possible du strict point de vue constitutionnel, mais qui contreviendrait totalement aux usages républicains. Rien, dans la loi fondamentale, n’oblige le Premier ministre à démissionner de son poste après l’élection d’un nouveau président de la République. Car le gouvernement (et par extension son chef) n’est responsable que devant l’Assemblée nationale, qui seule peut le destituer en votant une motion de censure. Sur le papier, le résident de Matignon peut donc tout à fait refuser de s’en aller après une alternance présidentielle. Jusqu’ici, ce cas de figure ne s’est toutefois jamais produit. Mais il semblerait que Bernard Cazeneuve soupèse l’idée dans le cadre de l’hypothèse de l’élection à la présidence de Marine Le Pen le 7 mai prochain.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

C’est en tout cas ce qu’affirme Challenges jeudi 30 mars, dans une brève signée du journaliste Nicolas Domenach, qui cite le Premier ministre en ces termes :
Bernard Cazeneuve ‘n’a aucunement l’intention de déserter le front de Matignon au cas où Marine Le Pen emporterait la présidentielle’.

Toujours selon Challenges, le chef du gouvernement ajoute, comme pour souligner que tout est possible :
Je n’ai laissé aucune lettre de démission en blanc à la présidence.

Autrement dit : ni l’actuel ni le (la) futur(e) chef de l’État ne peut le forcer à quitter son poste. Un tel refus de sa part entraînerait évidemment un sérieux blocage et une impossibilité de gouverner pour le (la) nouvel(le) Président(e), pourtant élu(e) au suffrage universel. Suite à la publication de cet article, l’entourage de Bernard Cazeneuve a cependant démenti auprès du Lab l’existence de tels propos, assurant :
Le Premier ministre n’a jamais, jamais évoqué ce scénario.

Soutenez Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Poussons tout de même la logique jusqu’au bout. Face à cette résistance de Bernard Cazeneuve, Marine Le Pen aurait alors deux options. La première serait d’attendre qu’une nouvelle majorité soit élue aux élections législatives du mois de juin (environ un mois et demi après la présidentielle, donc) et que les députés frontistes déposent une motion de censure contre le gouvernement qui, si elle était adoptée, provoquerait la démission de ce dernier. La seconde serait d’invoquer l’article 16 de la Constitution, qui accorde les pleins pouvoir au président de la République.

En tout état de cause, cette non-démission de Bernard Cazeneuve occasionnerait un désordre politique et institutionnel sans précédent sous la Vème République. Un scénario déjà envisagé fin 2015 par le député socialiste Malek Boutih, qui imaginait alors Manuel Valls (qui n’avait pas encore démissionné) rester en poste malgré l’élection de Marine Le Pen.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Europe1

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz