Publié par Gaia - Dreuz le 20 mars 2017

Emmanuel Macron affirme vouloir copier le modèle social et économique suédois. Il commencerait par abaisser les impôts des riches actionnaires, des gros épargnants, et par favoriser banquiers et assureurs…

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Comme on ne fait pas d’alliance politique sans céder un peu de ses convictions, François Bayrou a remisé au placard sa critique acide du candidat « des forces de l’argent ». Mais lesdites forces de l’argent, elles, n’ont pas cédé un pouce dans l’affection qu’elles portent au programme d’Emmanuel Macron.

Soutenez Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Et pour cause : lorsque les sondages montrent qu’il peut l’emporter face à Marine Le Pen, les taux d’intérêt exigés sur les dettes françaises se rapprochent de ceux acquittés par l’Allemagne.

La candidate du Front national ne représentant plus, comme le précise la banque néerlandaise ABN Amro dans son jargon fleuri, qu’« un risque de queue » (comprendre « maîtrisable »), une crise de la zone euro est moins probable. « L’effet Macron » a été repéré par Forbes Finance début mars lorsqu’un sondage l’a placé devant Marine Le Pen. Ce jour-là, le CAC 40 a franchi les 5 000 points.

Les analystes de la banque suisse UBS anticiperaient même une hausse de 10 % des valeurs européennes.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Marianne

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

11
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz